mouvementsansterre


Le mouvement des « Sans Terre » alimentera les écoliers de la plus grande ville du Brésil

aroz 2arroz-pro

Récolte de riz par les producteurs du Mouvement des Sans Terre

Le « Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre » (MST) est un mouvement social qui milite pour que les paysans brésiliens ne disposant pas de terres puissent en cultiver.

Ce mouvement lutte aussi pour une agriculture écologique et une réforme agraire juste et non commerciale.

Récemment, la mise en production de plusieurs grandes propriétés (« latifundios ») récupérées par les Sans Terre a permis la signature d’un accord inédit et sans précédent avec la mairie de Sao Paulo, centre économique du pays, portant sur la livraison de 930 tonnes de riz organique, produit par la coopérative des travailleurs agricoles de la région de Porto Alegre (Cooperativa dos Trabalhadores dos Assentados da Região de Porto Alegre (Cootap).

Ce riz est destiné au réseau public des écoles de Sao Paulo. Le MST fournit donc de la nourriture organique à la plus grande ville du pays et y voit l’embryon d’une nouvelle responsabilisation de l’État en ce qui concerne l’alimentation dans le secteur de l’éducation publique:  les écoles municipales, qui abritent près de 260.000 enfants, recevront des aliments exempts de pesticides, produits dans les coopératives de groupes d’agriculteurs qui luttent pour la réforme agraire dans le pays.

Pour Erika Fisher, du département de l’Alimentation Scolaire de la Mairie (PT, parti de Dilma Roussef) de Sao Paulo, « il est fondamental que les enfants puissent consommer une alimentation saine, cela aura des répercussions favorables sur leur croissance« .

Cet accord est estimé à une valeur de 2,4 millions de Réal, sois environ 1,08 millions de dollars US.

La signature d’autres accords semblables  entre le MST et la mairie de Sao Paulo est déjà prévue pour d’autres aliments de base tels que les haricots.

haddad joao pedro1

Le maire de Sao Paulo Fernando Haddad (Parti des Travailleurs) avec le Coordinateur du Mouvement des Sans Terre Joao Pedro Stedile.

Source : http://www.mst.org.br/MST-assina-primeiro-contrato-de-comercio-de-alimentos-com-prefeitura-de-Sao-Paulo

Pour soutenir concrètement le Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre du Brésil, on peut contacter Lucas Tinti, prointer@mst.org.br

URL de cet article : http://bit.ly/1chrnuN



(Vidéo: ) Le Mouvement des Sans Terre mène une action en défense de l’Unité Productive Milton Santos à São Paulo, ce mardi

10 décembre 2012

Les familles de producteurs du MST produisent des légumes dans l’Unité Productive menacée par le pouvoir judiciaire.

De la Page du MST

Ce mardi 11 décembre 2012, le Mouvement des Travailleurs Sans Terre réalisera une action en défense de l’Unité Productive Milton Santos, située dans la municipalité  Americana (État de Sao Paulo), cette action aura lieu dans l’Avenida Paulista, à São Paulo, à partir de 10 h.

Le Mouvement proteste contre la restitution aux anciens propriétaires décidée par la Justice Fédérale et exige de la Présidente Dilma Rousseff qu’elle signe le décret d’expropriation de la zone.

Le 28 novembre dernier, la deuxième Juridiction de Piracicaba de la Justice Fédérale a décidé de la restitution de la zone.

Les 100 familles qui vivent – produisant des aliments et fournissant le marché local (photos) – depuis sept années dans l’Unité Productive doivent quitter les lieux dans les 15 jours à partir de la notification officielle si elles veulent éviter l’expulsion par les forces de la Police Militaire.

Ces terres appartenaient à la famille Abdalla et furent transférées à l’INSS comme forme de paiement des impôts, à la suite de dettes contractées vis-à-vis de l’État brésilien.

L’Unité Productive a été reconnue par l’Institut de Colonisation et de la Réforme Agraire (Incra) en juillet 2006.

Jusqu’à son expropriation la zone était utilisée de manière irrégulière par la Centrale Ester pour la monoculture de la canne à sucre.

La famille Abdalla, conjointement avec la Centrale Ester, ont mené une action de Justice qu’elles ont gagné en deuxième instance, par le biais d’une brèche légale.

“Nous vivons un moment d’appréhension avec la visible paralysation de la Réforme Agraire dans l’État de São Paulo et les menaces qui pèsent sur nos conquêtes” explique le membre de la Direction Nationale du MST, Gilmar Mauro.

Le MST demande à la Présidente Dilma Rousseff qu’elle signe le décret d’Expropriation pour Intérêt Social du site Boa Vista où se trouve l’Unité Productive, décret qui a été envoyé par l’INCRA à la Présidence.

L’expropriation pour Intérêt Social selon la Loi  Nº 4.132 du 10 septembre  1962, prévoit qu’elle “sera décrétée pour promouvoir la juste distribution de la propriété et pour conditionner son usage au bien-être social, sous la forme prévue par l’article 147 de la Constitution Fédérale”.

“Nous ne pouvons laisser régresser la réforme agraire. Nous nous sommes engagés à lutter pour maintenir cette unité productive et contre le démantèlement de la Réforme Agraire par le Pouvoir Judiciaire” a ajouté  Gilmar Mauro.

Ce mercredi, les familles du MST menacées par l’expulsion montent un campement de résistance dans l’Unité Productive Milton Santos. Lundi un groupe de familles de Milton Santos, non membres du MST, organisent une autre manifestation à São Paulo.

Photos: João Zinclar

Source : http://www.mst.org.br/content/mst-faz-ato-em-defesa-do-assentamento-milton-santos-em-s%C3%A3o-paulo-nesta-ter%C3%A7a-feira

Traduction du portugais : Thierry Deronne

Pour soutenir concrètement le MST, on peut écrire à Lucas Tinti, prointer@mst.org.br

URL de cet article: http://mouvementsansterre.wordpress.com/2012/12/10/le-mouvement-des-sans-terre-mene-une-action-en-defense-de-lunite-productive-milton-santos-a-sao-paulo-ce-mardi/



Sept ans après leur reconnaissance légale, les producteurs agricoles de l’unité Milton Santos reçoivent un avis d’expulsion.

30 novembre 2012

Por José Coutinho Júnior
De la page du  MST

ms4

Les habitants de l’unité productive Milton Santos ont reçu le 29 novembre l’avis d’une décision de justice sur la reprise de possession de la zone par la raffinerie de canne à sucre Ester. Les habitants ont 15 jours pour quitter les lieux, faute de quoi ils seront expulsés par les Police militaire et Fédérale.

Bien que l’installation des familles sur ces terres improductives avait été reconnue par l’Institut de Colonisation et de la Réfprme Agraire (Incra) il y a sept ans, une brèche légale trouvée par la famille Abdala (ancien propriétaire de la zone), conjointement avec la raffinerie sucrière Ester qui entoure cette unité productive, leur a permis de mener une action en justice qu’ils ont gagnée en seconde instance.

Localisée dans les municipalités de Americana et Cosmópolis (État de Sao Paulo), l’Unité productive Milton Santos a toujours produit des aliments pour la région au long des dernières années, en plus d’être en cours de reconnaissance par la EMBRAPA comme unité productive modèle de la Région pour sa production agro-écologique.

ms3

Une part de la production est destinée aux différentes entités des municipalités voisines, par le biais du Projet de Donation Simultanée.

Les producteurs installés sur ces terres ont bénéficié de fonds d’investissement de programmes gouvernementaux, et ont créé une île de production d’aliments et de biodiversité au milieu d’une mer de monoculture de canne à sucre.

ms2Un projet de décret d’Expropriation pour Intérêt Social du site Boa Vista a été envoyé à la présidente  Dilma Rousseff. L’expropriation d’intérêt social, selon la loi Nº 4.132, du 10 septembre 1962, prévoit qu’elle “sera decrétée pour promouvoir la juste distribution de la propriété ou de conditionner son usage au bien-être social, sous la forme de l’art. 147 de la Constitution Fédérale”. Si la Présidente signe, les producteurs resteront à Milton Santos.

“Actuellement les paysans se réunissent pour déterminer les meilleures formes de mobilisation et de pression pour que cet ordre d’expulsion ne soit pas exécuté” explique Maria de Fátima da Silva, de la Direction du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre dans cet État et membre de la communauté des producteurs agricoles de Milton Santos.

ms1

On peut signer une pétition publique ici : http://www.peticaopublica.com.br/PeticaoAssinada.aspx?pi=AMS2012

Source : http://www.mst.org.br/Assentamento-Milton-Santos-recebe-ordem-de-despejo-7-anos-apos-seu-reconhecimento

Traduction du portugais : Thierry Deronne

Pour soutenir concrètement le Mouvement des Sans Terre, on peut écrire à Lucas Tinti, prointer@mst.org.br

URL de cet article : http://mouvementsansterre.wordpress.com/2012/12/02/sept-ans-apres-leur-reconnaissance-legale-les-producteurs-agricoles-de-lunite-milton-santos-recoivent-un-avis-dexpulsion/



Les producteurs des coopératives organisées par le mouvement sans terre produisent pour les cantines scolaires brésiliennes
23 de novembro de 2012

De la page du MST

Cette vidéo montre la production et la commercialisation d’aliments produits par la coopérative d’Itapeva, dans l’intérieur de l’État de São Paulo. Il s’agit de la Coopérative des ex-Sans Terre organisés en Unités Productives et des Petits Agriculteurs de la Région de Itapeva (COAPRI).

Ces producteurs qui ont réussi à obtenir des terres cultivables en vertu de la Réforme Agraire contribuent aujourd’hui à l’alimentation scolaire des enfants de la région, en offrant du lait, du yoghourt, des haricots, des fruits et des légumes.

Source : http://www.mst.org.br/node/14116

URL de cet article : http://mouvementsansterre.wordpress.com/2012/11/23/les-producteurs-des-cooperatives-organisees-par-le-mouvement-sans-terre-produisent-pour-les-cantines-scolaires-bresiliennes/

Pour soutenir concrètement le MST, on peut écrire à Lucas Tinti, prointer@mst.org.br



Les enfants de l’École Itinérante font des recherches sur les semences autochtones (Paraná)

De la Page du MST

Les étudiants de l’École Itinérante Maria Aparecida R. Franciosi, localisée dans la pré-unité de production Eli Vive, district de Lerroville, à Londrina (État de Paraná) ont presenté les résultats de leur recherche sur les semences autochtones qu’ils ont menée localement.

La recherche qui a pris un peu plus d’um mois, a été planifiée et exécutée par près de 400 participants depuis l’enseignement infantile à l’enseignement moyen et par leurs professeurs, soucieux de recenser tout ce que les familles produisent, ou cessent de produire, ou stockent en matière de semences autochtones.

“Tous nos étudiants ont participé, chaque classe a assumé la responsabilité d’étudier un type de semences en particulier comme le maïs, le café, le riz, le haricot ou la pastèque. En plus de cela ces groupes doivent offrir un exposé et produire un type de nourriture avec le type de semences étudié”, explique Maria Antonia Assis, une des coordinatrices de l’école.

Selon Igor Denadai, éducateur, le travail développé a deux grands objectifs : recenser les semences autochtones et rapprocher l’école de la communauté.

“Ce travail resserre les liens car nous avons visité les 540 maisons des travailleurs établis dans cette pré-unité productive pour les interroger sur ce qu’ils font avec les semences, depuis le stockage, la production jusqu’à la récolte”. Et Il souligne “un autre aspect très important, c’est que ce travail a permis de recenser aussi le nombre d’habitants qui vivent dans notre secteur. Actuellement nous comptons 1.593 habitants.”

L’étudiante Silvana Nascimento Ribeiro, de huit ans, qui étudie en quatrième année de l’enseignement fondamental, explique que le travail lui a enseigné l’importance de cultiver des semences sans utiliser de produits toxiques. « Ce fut très bien et très important de le dire dans l’exposé sur les semences. J’ai appris que nous ne devons pas utiliser de poison pour cultiver. Avant nous n’avions pas besoin de poison et nous devons continuer ainsi. »

Le membre de la coordination de l’École Latino-Américaine d’Agro-écologie (ELAA), José Maria Tardin, explique que cette recherche paraît simple mais constitue um portrait important de la réalité des paysans. “Elle nous montre em détail combien nous prenons possession politiquement et techniquement de notre capacité de produire et d’étudier. La recherche ne peut pas dormir sur une étagère, il faut l’utiliser dans les salles de classe, dans les familles, elle doit être discutée aussi par le secteur de production de l’unité productive Eli Vive et du MST en général. Cette école doit être félicitée pour cette importante initiative” a-t-il conclu.

Source : http://www.mst.org.br/Criancas-de-Escola-Itinerante-pesquisam-sobre-sementes-crioulas-no-PR

Url de cet article : http://mouvementsansterre.wordpress.com/2012/09/29/les-enfants-de-lecole-itinerante-font-des-recherches-sur-les-semences-autochtones-parana/

Traduction du portugais : Thierry Deronne

Pour soutenir concrètement le MST, on peut écrire à Lucas Tinti, prointer@mst.org.br



Les Sans Terre conquièrent des tracteurs pour le zones de réforme agraire dans l’État de Paraíba

24 septembre 2012


De la page du MST

Ce 21 septembre les Travailleurs Ruraux Sans terre des unités productives de l’État de Paraíba se sont rassemblés à João Pessoa, capitale de l’État, pour recevoir 15 tracteurs destinés aux zones productives, fruit de la négociation avec le gouvernement régional pendant les journées de lutte d’avril 2012.

Pendant la remise des tracteurs, João Pedro Stedile, de la Coordination nationale du MST, a parlé de la nécessité de créer une entreprise brésilienne de production de petits tracteurs pour l’agriculture familiale. “Tous ces tracteurs sont importés et ne font que renforcer des multinationales exploiteuses. Il faut créer une “Embrapa” de petits tracteurs qui renforce la production brésilienne et soit adaptée à notre agriculture familiale” a critiqué Stedile.

Les Sans Terre ont aussi exigé du Gouvernement de l’État la signature de l’accord avec la Banque Nationale de Développement Économique et Social (BNDES) pour l’installation d’agro-industries dans les unités productives. “Cette agro-industrialisation ajoutera une valeur aux produits et augmentera les revenus des agriculteurs et agricultrices” explique le coordinateur.

Nous ne naissons pas pour mourir au travail. Tous les agriculteurs et agricultrices pouvons allier le travail à l’usage de la technologie” a déclaré pour sa part Elenice da Silva, membre d’une unité de production.

Les 15 tracteurs destinés aux zones productives resteront sous la responsabilité des coopératives et desw associations des unités productives du MST.

Parallèlement à cette activité était organisée une foire agro-écologique pour commercialiser des produits de la réforme agraire provenant des unités productives de tout l’État de Paraíba. On a vendu des produits in natura, de l’artisanat et des produits agro-industriels.

Connaissance scientifique

Pendant le discours offert durant la remise des tracteurs, Stedile a déclaré que tous les changements sociaux seront rendus possibles à travers la réalisation de trois facteurs :  “L’organisation populaire et la lutte du peuple sont le premier facteur. Le deuxième, ce sont des gouvernements populaires qui agissent en accord avec la volonté et les énergies populaires. Et enfin, la connaissance, car celui qui ne connaît pas, finira toujours par suivre la pensée de quelqu’un« , a-t-il affirmé.

Dans ce sens il a expliqué la nécessité pour les agriculteurs de s’approprier la connaissance scientifique. “Les agriculteurs ont besoin de s’approprier ce savoir scientifique, tout l’effort que nous pourrons appliquer aux machines est bienvenu. Logiquement cette connaissance doit s’allier aux savoirs millénaires de l’agriculture familiale, comme c’est le cas de l’agroécologie”.

Micro-usine


 Les travailleurs ruraux ont aussi pu visiter l’expérience développée par le professeur Carlos Cabral, de l’Université Fédérale de Paraíba (UFPB). Il s’agit d’une micro-usine d’huile végétale du coton.

Ce sont des initiatives comme celles-ci qui doivent être multipliées et stimulées par les gouvernements car cette micro-usine peut servir à récupérer la culture du coton dans le Nord-Est que les multinationales ont délocalisée danss l’État du Mato Grosso. Cela aurait un impact sur l’utilisation de carburant, y compris pour ces tracteurs, stimulerait la production de vêtements à travers la culture du coton et pourrait substituer l’usage de l’huile de soja par celle de coton, qui est beaucoup plus saine” selon Stedile qui a conclu que “un tel investissement n’est rien pour un gouvernement mais peut représenter une avancée pour l’agriculture familiale« .

Source : http://www.mst.org.br/content/sem-terra-conquistam-tratatores-para-areas-da-reforma-agraria-na-pb

Url de cet article : http://mouvementsansterre.wordpress.com/2012/09/25/les-sans-terre-conquierent-des-tracteurs-pour-le-zones-de-reforme-agraire-dans-letat-de-paraiba/

Traduction du portugais : Thierry Deronne

Pour soutenir concrètement le MST, on peut écrire à Lucas Tinti, prointer@mst.org.br



(Vidéo) Un documentaire pour comprendre le Mouvement des Sans Terre

Le Mouvement des Sans-terres du Brésil est un des plus grands mouvements paysans du monde.

Issu des luttes paysannes existantes au Brésil depuis le début de la colonisation, le MST lutte pour la récupération de la terre afin de rompre avec la profonde injustice générée par le modèle d’agriculture industrielle et par la concentration des terres qui sont à l’origine de l’insécurité alimentaire du pays.

Dans ce documentaire court métrage, nous entrons dans l’univers d’un campement du MST et des membres du mouvement nous expliquent leur lutte et leur projet de société.

http://www.mst.org.br/

http://documentairesemences.blogspot.com/

URL de cet article: http://mouvementsansterre.wordpress.com/2012/07/07/video-un-documentaire-pour-comprendre-le-mouvement-des-sans-terre/

Pour soutenir concrètement le MST dans sa lutte, on peut écrire à Lucas Tinti, prointer@mst.org.br

Pour une information continue en français sur les activités du MST : http://mouvementsansterre.wordpress.com/




Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 508 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :