mouvementsansterre


Mouvement des sans-terre du Brésil : une histoire séculaire de la lutte pour la terre
9 janvier 2012, 3:05
Filed under: Analyse
Douglas Estevam Mouvement des Sans Terre du Brésil – MST

23.11.2009. Mouvement des sans-terre du Brésil : une histoire séculaire de la lutte pour la terre

lundi 23 novembre 2009

Introduction

Le Mouvement des travailleurs ruraux sans-terres du Brésil (MST) célèbre cette année 25 ans d’histoire. Actuellement reconnu comme l’un des plus importants mouvements sociaux des dernières années en Amérique latine, sa simple longévité et l’amplitude de son pouvoir de mobilisation pourraient être interprétées comme un signe de sa force et de sa capacité d’organisation populaire. Le MST compte aujourd’hui plus de 350 000 familles qui ont vu leur situation régularisée suite à des occupations de terres inexploitées, en construisant des campements qui se multiplient au bord des routes, dans de grandes fermes et surfaces inoccupées. Ce sont ces occupations, organisées par le MST, qui ont ainsi assuré aux paysans démunis ou déracinés l’accès à la terre, et marqué profondément l’image politique du Brésil contemporain. Aujourd’hui, les paysans sans-terres, qui pourraient bénéficier d’une politique de réforme agraire, est estimée à quatre millions de familles. Parmi elles, 100 000 vivent dans des campements organisés par le MST.

Dans le contexte mondial actuel, caractérisé par une économie internationale basée sur une libéralisation croissante du marché et des finances, l’agriculture n’échappe pas à la norme. L’un des facteurs importants de la crise alimentaire de 2007, qui risque de durer encore des années, a été la spéculation sur les denrées alimentaires. La crise énergétique qui menace le modèle de production et de consommation établi, et le rend insoutenable à l’avenir, attribue à l’agriculture une nouvelle fonction. Ce modèle accroît également une crise environnementale dont les conséquences se font sensiblement sentir depuis quelques années. Ces facteurs dessinent une situation qui donne à la problématique agraire et paysanne une dimension et une signification d’une importance que nous sommes encore en train de découvrir. C’est dans ce contexte que l’on doit analyser l’actuel stade du développement du MST, d’autant plus que le Brésil joue un rôle de premier plan dans une conjoncture économique privilégiant la production de monocultures, notamment la canne à sucre pour la production de l’éthanol, l’eucalyptus, le maïs et le soja.

On analysera ici la formation de la structure agraire au Brésil, le processus de concentration de la terre et l’une de ses conséquences, la création d’une population de sans-terres, avant de voir l’émergence du MST dans ce contexte. Le Brésil est l’un des pays à la plus grande concentration de la propriété foncière au monde : 73,7 % des paysans, petits propriétaires, disposent de 12 % de terres, pendant que 0,8 % des paysans en possèdent à eux seuls 31,7 %.

Antécédents coloniaux L’héritage esclavagiste

Les problèmes liés à l’accès à la propriété foncière au Brésil ne concernent pas seulement les paysans. Parmi ceux qui sont touchés par la concentration foncière et sont fréquemment expropriés de leurs terres, on pourrait citer les communautés d’anciens esclaves – comunidades quilombolas, les populations et les réserves indigènes, ou encore des populations tradionnelles comme les Quebradeiras de Coco de babaçu – un groupe de femmes qui s’occupent de l’exploitation de la noix de coco de babaçu. Une grande partie de ces problèmes trouvent leurs racines dans la période coloniale, dont on retrouve encore aujourd’hui des traces, qui se conjuguent avec le développement des formes les plus modernes de l’économie internationale.

Le premier aménagement du territoire brésilien planifié par la couronne portugaise établissait une division du Brésil en régions appelées « capitaineries », dont le titre d’exploitation était attribué à des Portugais, dans des zones parfois plus vastes que le Portugal même. Ce titre garantissait à ses détenteurs le droit de désigner des autorités administratives, des juges et d’organiser la redistribution des terres. Ce système avait la particularité d’accorder un droit d’utiliser la terre et d’en récolter les profits, de façon héréditaire, mais n’accordait pas de droit de propriété individuelle sur la terre, qui restait propriété de la couronne.

Ce modèle, sauf quelques exceptions, comme la capitainerie de Pernambuco et São Vicente, a complètement échoué économiquement et comme moyen de colonisation du territoire, mais il a jeté les bases du système de production agricole colonial. Celui-ci était centré sur la production à grande échelle, destinée à l’exportation vers le Portugal, et basé sur un régime de travail esclavagiste. Cette production agricole était caractérisée par la monoculture, ayant pour conséquence des problèmes de sous-alimentation. Au point de mettre en danger le processus colonial, et d’obliger la couronne à prendre des mesures spécifiques pour assurer la production alimentaire pour la population de la colonie. L’indépendance du pays, promulguée en 1822, n’a pas changé cette structure foncière, ni les bases de ce modèle de production. Contrairement à la plupart des pays d’Amérique latine qui ont acquis leur indépendance à la même époque et ont institué un régime républicain, le Brésil a conservé la monarchie, la propriété de la terre par la couronne, désormais brésilienne, et la production centrée sur l’esclavage.

L’année 1850 représente à cet égard un moment décisif. L’interdiction par l’Angleterre du trafic d’esclaves a affecté le cœur du système de production brésilien. L’abolition de l’esclavage, défendue par quelques secteurs de la société brésilienne, notamment les républicains, se heurtait encore à une grande résistance de la part des grands propriétaires fonciers. Cette même année, pour faire face à la menace que représentait l’inévitable fin de l’esclavage pour la forme de production alors en cours, le sénateur Vergueiro, grand producteur agricole de São Paulo, a fait promulguer la Lei de Terras N° 601 de 1850, première loi relative à la propriété privée de la terre au Brésil. Cette loi précise, dans son premier article, que « sont interdites les acquisitions de terres devolutas par autre titre que celui d’achat ». Les terres devolutas désignent toutes les terres qui ne sont pas utilisées pour l’exploitation agricole, n’appartiennent pas à des domaines particuliers et qui de ce fait sont dévolues à l’Etat. Toutes les terres n’ayant pas été régularisées comme propriété privé demeuraient ainsi propriété de l’Etat.

Ces terres représentaient une surface énorme à l’époque, étant données les limites de la colonisation et même la faiblesse démographique du pays. Une importante partie des terres du pays étaient inexploitées. En en faisant une propriété de l’Etat, en exigeant qu’elles soient achetées pour qu’elles puissent être occupées, cette loi interdisait aux esclaves qui seraient bientôt en liberté d’accéder ces terres. C’était une forme de privatisation de la terre qui garantissait aux propriétaires privés leurs droits, une main d’œuvre abondante et donc des profits substantiels.

Libérer l’homme Esclavagiser la Terre

Comme le sociologue brésilien José de Souza Martins, on peut interpréter cette loi de 1850 comme une loi ayant « esclavagisé » la terre pour libérer l’homme. Le Brésil est le dernier pays à avoir aboli l’esclavage, en 1888. L’esclave, une fois en liberté, n’avait pas pour autant accès à la terre légalement. Cela n’a pas empêché un intense mouvement d’occupation des terres exploitées les plus éloignées, par des esclaves qui étaient les premiers « sans-terre » à avoir occupé des terrains sans titre juridique reconnu. A ces esclaves s’est jointe une partie de la population brésilienne, des hommes libres, petits paysans pauvres, qui habitaient de petits villages, mais qui n’ont pas pu régulariser leurs terres. C’est aussi à cette époque que naissent les bidonvilles – favelas – du Brésil contemporain. Une partie de cette population a voulu rester près des villes, et a occupé les terres des environs de la même façon, sans l’accord de la couronne. Les études de l’historien Caio Prado Junior indiquent que, sur huit millions d’habitants en 1850, le Brésil comptait 2,5 millions d’esclaves (et 1,5 millions d’Indiens en 1800 selon l’anthropologue Darcy Ribeiro). L’application de la « Loi des Terres » nécessitait une procédure de régularisation à laquelle une énorme partie de la population brésilienne n’était pas préparée. La faiblisse de ces processus de régularisation est à l’origine de litiges qui perdurent encore aujourd’hui. Par exemple, une pratique de falsification de titre de propriété connue par le nom de grilagem au Brésil provient d’une lacune de cette loi. Les grileiros font de faux titre que remontent à l’époque antérieure à la loi de 1850 et demandent à l’Etat de les régulariser. Or, les terres revendiquées sont parfois habitées par des communautés de paysans, d’Indiens ou de descendants d’esclaves. On pourrait en trouver un exemple avec l’actuelle Mesure Provisoire MP 458/09, promulguée en 2009 par le gouvernement brésilien. Cette mesure régularise une surface de 67,4 millions d’hectares (ha) en Amazonie. Parmi ceux qui font les démarches de régularisation auprès de l’Etat, on trouve certes des milliers de paysans qui ne possédaient pas les titres de leur exploitation, mais également des grand propriétaires qui ont occupé d’immenses surfaces tout en établissant de faux titres, puisque ces terres étaient inexploitées. C’est ainsi que, sur 67,4 millions d’ha, 72 % font partie de propriétés de plus de 1 500 ha…

La réforme agraire sous contrôle militaire

L’histoire de la lutte pour la terre au Brésil s’accélère à la fin des années 1950. La question agraire s’impose dans le débat public, allant de l’Eglise catholique conservatrice aux partis de gauche. La « menace communiste » en Amérique latine, dans le contexte de la guerre froide, était associée aux problématiques paysannes et à la mise en œuvre d’une reforme agraire. Programme politiques et théories économiques pointaient la structure agraire comme obstacle au développement du pays. Cette structure était formée par de grandes surfaces nommée latifundios, marquées par un faible développement technique, peu productives, insuffisantes pour nourrir des urbains de plus en plus nombreux. Ce faible développement retenant un grand nombre de travailleurs agricoles, au détriment de l’industrie, et entretenait le système fermé des fazendas, où des paysans étaient soumis à des relations de travail non salariales. Ces facteurs constituaient un obstacle au développement du marché intérieur pour la production industrielle. La fonction de l’agriculture était au centre des programmes politiques de développement et la réforme agraire apparaissait comme une mesure nécessaire pour résoudre une part des obstacles à la modernisation du pays.

Sur la scène politique, la question prenait de l’importance à mesure que se formaient des mouvements paysans inédits, recrutant parmi les nombreux paysans expulsés des fermes où ils travaillaient. Parmi les paysans, on distingue les meeiros, qui payaient la moitié de leur production comme loyer de la terre, les parceiros, qui payaient la location de la terre en produits sur des proportions variées, ou encore les arrendatários, qui payaient en espèces. Différents mouvements paysans, qui se formaient dès la moitié des années 1950, aux propositions spécifiques, se sont rassemblés en 1961, au Congrès National des paysans et travailleurs agricoles. Parmi ces organisations on trouve les Ligas Camponesas, formées et agissant principalement dans la région du Nordeste, l’União Nacional de Lavradores e Trabalhadores Agricolas do Brasil – ULTAB, de caractère syndicale et proche du Parti communiste, ou encore le Movimento Sem Terra – MASTER, qui a mené les premières actions au Sud du pays. Ces organisations dénonçaient l’extrême concentration des terres et proclamaient la devise « La terre à ceux qui la travaillent ».

Le 13 mars 1964, le président João Goulart réalisait à Rio de Janeiro, devant plus de 200 000 personnes, son célèbre meeting de la Central do Brasil, au cours duquel il annonçait la réalisation de la réforme agraire au Brésil. Quelques jours après le pays était victime d’un coup d’Etat. Le nouveau gouvernement militaire interdit toute forme d’organisation sociale, en particulier les syndicats et les mouvements sociaux alors en pleine expansion. Contradictoirement, les militaires ont adopté la Loi n°4504, le document connu par le nom d’Estuto da Terra, la première loi de réforme agraire du pays. Ce document établissait les conditions d’expropriation de terres sous-utilisées et soumettait la propriété de la terre à une fonction sociale, demandait la réalisation d’un cadastre de toutes les terres du pays et, entre autres, créait les institutions responsables de la distribution des terres expropriées. Si le gouvernement militaire a adopté cette loi c’est en partie parce qu’elle permettait la mise en œuvre des orientations des Etats-Unis à travers le programme Alliance pour le Progrès. Cet ensemble de mesures de collaboration économique pour le développement avait pour objectif de faire face à l’influence de la révolution cubaine sur le continent, et d’éviter que les paysans s’allient aux courants révolutionnaires qui faisaient de la question agraire une priorité.

Finalement, la dictature militaire a abouti à une forme de modernisation de l’agriculture sans changement de la structure foncière. Bénéficiant d’importants investissements de l’Etat, la modernisation de l’agriculture s’inscrivait dans le modèle international de la Révolution Verte, basé sur la mécanisation et le recours aux intrants chimiques. Encore une fois, des milliers de paysans ont été expulsés, alimentant l’exode rural et se réfugiant dans les périphéries urbaines.

La formation du MST

Le coup d’Etat avait bloqué un processus considéré comme l’un des plus importants pour la vie démocratique dans l’histoire du pays, basé sur la mobilisation sociale. Le MST, formé à la fin de la dictature au Brésil, reprend cette conception et l’actualise dans un autre contexte et avec sa forme propre. La fin de la dictature était accompagnée d’un renforcement du mouvement social. Le syndicalisme brésilien venait alors de retrouver sa force de mobilisation. La lutte des ouvriers de São Paulo avait occasionné la première vraie fissure au sein du régime dictatorial. Cette lutte des ouvriers s’ajoutait à la forte présence d’une partie de l’Eglise brésilienne, très active socialement et marquée par la Théologie de la Libération. L’Eglise soutenait les luttes des paysans via la « Commission pastorale de la terre », créée en 1975, et intervenait dans les milieux urbains par l’intermédiaire des communautés ecclésiastiques de base qui rassemblaient des centaines de milliers de personnes dans tout le pays. De ce contexte renaissait l’espoir qu’une action collective et massive amène des changements.

Pendant la dictature, avec la modernisation agricole, une nouvelle phase d’occupation de terres avait commencé. Toutefois, en l’absence d’une coordination plus large, leur influence était limitée, laissant les mains libres aux grands propriétaires et à leurs milices privées pour les éliminer. C’est en 1979 qu’un groupe de paysans dans le Sud du pays, a réalisé les premières occupations de terres qui marqueront la naissance du MST, créé officiellement en 1984. Le choix des occupations massives avait pour but notamment de s’opposer à la violence. Ces occupations se font sur des grandes fermes parfois complètement inexploitées, parfois utilisées pour la spéculation, parfois détenues uniquement pour le statut et le pouvoir politique qu’elles confèrent.

La chute de la dictature s’accompagne de l’élaboration d’une nouvelle constitution brésilienne. Le MST et d’autres mouvements et syndicats ont travaillé activement dans ce cadre à la construction des propositions de reforme agraire. Approuvée en 1988, elle instituait que toutes les terres doivent avoir une fonction sociale. Et que les terres inexploitées peuvent être utilisées pour la réforme agraire. Les opposants à cette réforme se sont alors organisés et renforcés, par exemple la União Democrática Ruralista – UDR, qui menait des actions armées contre les pays, la Associação Brasileira de Agrobussiness et la Frente Ampla de Agropecária Brasileira. Ces groupes de pression ont contribué à freiner les avancées de la nouvelle constitution, en garantissant aux grands propriétaires qu’il n’y aurait pas de changement de la structure foncière. Ces organisations ont pu s’appuyer sur une majorité parlementaire pour défendre leurs intérêts. Exemple emblématique : dans l’Etat du Mato Grosso, le gouverneur est le plus grand producteur de soja du pays…

L’organisation au centre du projet En 1984 a lieu la première rencontre nationale du Mouvement des paysans sans-terres, avec des représentants de treize Etats du Brésil. Le Mouvement a développé une organisation solide en relation étroite avec ses formes d’actions, basées sur une large participation. Les occupations se déroulent en famille, les campements constituent un modèle d’auto-organisation, le lieu de création d’une forme de sociabilité centrée sur la coopération, la solidarité et l’émancipation. Les activités y sont coordonnées par secteur comme par exemple l’éducation, la formation, la production, la culture ou la santé.

L’éducation est depuis toujours un secteur fondamental pour le MST, qu’elle concerne l’alphabétisation, la formation technique ou encore la formation politique. Des écoles sont systématiquement construites dans les campements, soit 2 000 écoles ayant accueilli quelque 200 000 enfants. Plus de 50 000 jeunes et adultes ont également suivi des programmes d’alphabétisation. Enfin, un programme spécifique et une dizaine de cours de niveau universitaire ont été développés, en partenariat avec des universités publiques, pour les paysans et les habitants des zones rurales, qu’ils soient membres du MST ou d’autres organisations paysannes liées à Via Campesina. Un projet de réforme agraire ne peut plus, aujourd’hui, se cantonner à la distribution de terres. Il doit intégrer des politiques de production agricole, d’éducation et de protection des droits sociaux, en garantissant à chacun les moyens de vivre en zone rurale.

Dans le domaine de la production agricole, le MST essaie de créer les conditions pour une production biologique, en harmonie avec l’environnement. Il dispose aujourd’hui de 79 coopératives de production, 50 de commercialisation, 28 pour l’assistance technique et quatre en charge de l’octroi de crédits. Des programmes de renforcement des capacités techniques ont été mis en place, tenant compte des spécificités régionales et environnementales du pays. Enfin, un centre de production de semences biologiques fournit les graines aux paysans.

Afin de comprendre les évolutions des rapports sociaux et des contextes politiques, le MST a créé l’Escola Nacional Florestan Fernandes, conçue comme une université populaire des mouvements sociaux, devenue une référence des activités de formation politique développées depuis longtemps par le Mouvement dans des centaines de centres de formation dans tout le pays.

Les défis pour l’avenir

Le processus de concentration de terres et d’expropriation de paysans au Brésil a franchi une nouvelle étape. Aujourd’hui, la production agricole est contrôlée par des groupes industriels qui disposent d’immenses capitaux pour investir dans l’agriculture. L’entreprise brésilienne Cosan, le plus grand producteur de canne à sucre au monde, compte parmi ses actionnaires les entreprises Cargill, Tate & Lyle, Cristal Sev. Contrôlant une surface de plus de 550 000 ha de terre en 2008, l’entreprise a élargi ses actions grâce à l’entreprise Radar Propriedades Agrícolas. Utilisant un système de haute technologie, à l’aide de radars, son objectif est d’acheter un maximum de terres pour les revendre plus tard, en raison de leur valorisation liée à l’augmentation de la production de soja, coton, maïs et eucalyptus.

L’entreprise brésilienne Aracruz Celulose contrôlait à la fin de 2008 plus de 540 000 ha. Ses actionnaires sont la BNDES, banque de développement de l’Etat brésilien, la banque privée Safra, et la société britannique Newark Financial Inc, basée dans le paradis fiscal des Îles vierges. Aracruz Celulose a eu des litiges dans l’Etat de l’Espirito Santo, où elle a été obligée de restituer plus de 13 000 ha à des tribus indigènes. L’entreprise avait « acheté » ces terres à l’aide de faux titres de propriété, établis en fonction des terres non répertoriées au cadastre dès l’époque coloniale.

La concentration des terres se fait aujourd’hui par ces grandes entreprises liées au secteur financier, avec pour armes le capital de banques et de fonds d’investissement. Ce complexe économique utilise la terre pour des monocultures tournées vers l’exportation qui dégradent l’environnement. Le prix des terres augmente sans cesse dans les zones où celles-ci sont les meilleures et les infrastructures les plus développées. Les terres devolutas au Brésil, qui n’avaient pas de titre de propriété, en grand partie inexploitées, auraient dû être utilisées pour la reforme agraire, comme le préconisait la Constitution de 1988, mais elles sont de plus en plus concentrées entre les mains des entreprises de l’agro-business.

Pour faire face à cette situation et développer un mode de production favorable aux paysans, à la société et plus largement à l’équilibre écologique de l’écosystème, le MST est convaincu de la nécessité de renforcer l’organisation sociale. Les changements ne viendront pas de secteurs particuliers de la société, ni des paysans tout seuls mais de l’articulation de l’ensemble des acteurs sociaux, au niveau national et international.

Photographies de Mariana Pessah

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :