mouvementsansterre


La « Maison de lecture » de la Réforme Agraire reçoit un prix dans l’État de Rio Grande do Sul.

Par Vanessa Ramos
De la Page du MST

C’est lentement et sûrement que la simple lecture d’un livre ou d’un conte a transformé la vie des enfants de l’Unité Productive « Filhos de Sepé » (État de Rio Grande do Sul).

Le projet “Le conte dans l’unité de production Filhos de Sepé”, développé par la Faculté de Lettres de l’Université Fédérale de l’État de Rio Grande do Sul (UFRGS) a permis aux  enfants des sans terre d’entrer en contact avec la littérature brésilienne et en espagnol dans un milieu historiquenent limité dans son accès à l’information comme l’est le milieu rural.

Pour la coordinatrice du projet, la professeur Graciela Quijano, “le conte dans l’unité de production de Sepé” est une expérience concrète de développement d’une relation culturelle créatrice et diversifiée en milieu rural, au sein d’une unité de production du Mouvenent des Sans Terre.

“Le grand objectif est de faire en sorte que la lecture, la recherche de nouveaux apprentissages et une plus grande jouissance des biens culturels deviennent un élément de la vie quotidienne de l’unité de production” explique-t-elle.

Ce projet qui existe depuis 14 ans a déjà valu la reconnaissance professionnelle à Graciela Quijano, qui a reçu le prix “Machado de Assis” de l’Académie Brésilienne des Lettres ; et le Prix “Viva Leitura” des ministères de l’Éducation et de la Culture.

En avril 2012, le projet a également reçu la mention “Amis du Livre” lors d’un hommage réalisé par la Chambre du Livre de l’État de Rio Grande do Sul.

Après avoir débuté par des activités de narration d’histoires en portugais et en espagnol pour les enfants, le travail s’est étendu à l’ensemble de la communauté des producteurs agricoles et à toutes les tranches d’âges. Près de huit élèves du cours d’extension de l’Institut des Lettres de l’UFRGS ont participé au projet initial.

Graciela raconte comment les activités du projet ont commencé dans l’Unité Productive du 13 mai, à Charqueadas, dans l’intérieur de l’État de Rio Grande do Sul. Mais la continuité du travail a souffert de la distance. Entretemps, pour ne pas l’interrompre, le travail a été redirigé vers l’unité productive qui se trouve à l’entrée de Cocão, dans la municipalité de Viamão, également située dans l’état de Rio Grande do Sul.

 La littérature au campement

A cette époque un grand nombre d’enfants vivait sur un lopin de terre très réduit, insalubre, au relief abrupt, sans canalisation d’eau ni électricité. Malgré cela, parmi les baraques couvertes de bâches noires, il y en avait une consacrée à la bibliothèque, avec l’indication des heures d’ouverture.

Dans deux autres baraques fonctionnaient une salle de classe, une école itinérante. “Ce fut dans ce local sans grandes ressources matérielles mais grâce à un profond engagement pour l’éducation que notre groupe d’étudiants en lettres, de lecteurs et conteurs d’histoires, s’est consolidé comme projet proprement dit, et donne encore des fruits aujourd’hui”, se souvient la coordinatrice.

En 1999, à quelques kilomètres de l’UFRGS, à Àguas Claras, autre municipalité de Viamão à 30 km de Porto Alegre, les travailleurs ruraux ont conquis une terrain de 9 mille hectares, qui a donné naissance à l’unité productive de « Filhos de Sepé ». C’est là où le projet a déménagé.

Pendant trois ans, les activités du projet d’extension ont été développées dans cette unité agricole où vivent environ 500 familles, réparties dans quatre secteurs. “Nous avons visité les différents secteurs et nous sommes restés dans chacun d’eux pour y mener des activités de stimulation à la lecture avec les enfants, durant près de huit mois” raconte  Graciela.

Ces activités se sont déroulées les samedis matins dans des hangars, des chapelles, des baraques ou tout simplement sous les arbres, c’est-à-dire dans des espaces informels transformés en lieux de culture associée au loisir.

« La présence spontanée des enfants et des jeunes, poursuit Graciela, a toujours favorisé la création d’une ambiance de fortes implication et participation, et d’une relation harmonieuse entre les conteurs d’histoires, les promoteurs de l’activité ludique et les enfants des producteurs agricoles. »

Actuellement le projet a donné naissance à la bibliothèque «Maison de Lecture», un espace ou se développent toutes sortes d’activités culturelles et qui intéressent les familles de l’unité agricole. La Maison possède pour l’heure plus de mille livres de toute catégorie et offre plusieurs ateliers dont la photographie, la cuisine, le théâtre, le recyclage de ferraille et la capoeira.

Pour Graciela, Il existe aujourd’hui de nombreux “latifundios” (grandes propriétés terriennes, NdT) à briser et à redistribuer comme le latifundio du savoir, de la culture et des arts. “Tous ensemble nous devons  contribuer à la poursuite de la construction d’un si bel espace, construit avec autant d’amour et de tendresse, et qui servira certainenemt d’exemple pour d’autres unités productives et d’autres campements dans tout le Brésil” confie-t-elle.

Source : http://www.mst.org.br/content/casa-de-leitura-da-reforma-agraria-e-premiada-no-rio-grande-do-sul

Traduction : Thierry Deronne, pour www.mouvementsansterre.wordpress.com

Pour soutenir concrètement le MST dans sa lutte, on peut écrire à Lucas Tinti, prointer@mst.org.br

Pour une information continue en français sur les activités du MST :https://mouvementsansterre.wordpress.com/

 


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :