mouvementsansterre


Des mercenaires envahissent un campement dans l’État de Maranhão

1302185889_Dossie contra criminalizacao dos movimentos sociais[1] 

Par Reynaldo Costa, de La Page du MST

Quatre mercenaires fortement armés ont envahi ce jeudi (24 mai 2012) le campement de Roseli Nunes, dans la ville de Senador La Roque, dans l’état du Maranhão. Ces « pistoleros » font partie d’une milice rurale forte de 15 hommes établie dans une hacienda voisine à la zone occupée.

Les habitants du campement avaient été précédemment intimidés par ces hommes de main qui les avaient prévenus qu’ils feraient envahir le campement pour y rechercher les dirigeants du MST. Organisés, les travailleurs ruraux sans terre ont réussi à faire échouer l’attaque des quatre hommes arrivés au camp en moto. Après leur reddition, les bandits armés ont été remis à la police.

Cependant, sans les avoir même entendus, le chef de la police locale les a libérés contre le paiement d’une caution pour simple détention illégale d’arme. L’autorité n’a pas pris en compte les menaces subies par les travailleurs ruraux sans terre.

Tension permanente

La milice qui fait régner la terreur autour du campement est soutenue par les propriétaires des zones de Cipo Cortado, Rollete, la Boca da Mata et Barreirão, et est commandée par Zé Bonfim, mercenaire responsable de la mort de nombreux travailleurs ruraux sans terre dans des conflits de terre dans la région pendant les décennies du joug de l’Union Rurale Démocratique (UDR). D’autres  informations indiquent qu’un sergent et trois policiers à la retraite dirigent la milice.

Ce n’est pas la première fois que des bandits armés menacent des familles de travailleurs ruraux sans terre qui vivent à cet endroit. Dès la fin de 2007, une milice qui gardait le siège social de l’hacienda « Cipo Cortado » a intimidé les Sans Terre qui avaient occupé la zone, par des tirs d’armes à feu et des patrouilles organisées aux abords du campement.

En novembre 2010, des travailleurs ruraux sans terre ont été enlevés et emmenés jusqu’au siège social de l’hacienda où ils ont été interrogés avec des armes à feu pointées sur leurs têtes. Les bandits armés ont essayé d’obtenir des informations sur les dirigeants du MST dans la zone.

Dans les périodes de culture, des propriétaires voisins au camp ouvrent les clôtures de leurs latifundio pour que le bétail aille manger les récoltes des travailleurs ruraux sans terre.

250 familles Sans Terre occupent l’hacienda Cipo Cortado depuis novembre 2007. La ferme est une des 12 propriétés qui composent le domaine Boca da Mata Berreirão. En juin 2008, la Justice Fédérale a décrété l’expropriation du domaine de 114 mille hectares et en a cédé la propriété à l’Institut National de Colonisation et de la Réforme Agraire (Incra). Cependant, jusqu’à aujourd’hui, la zone n’a pas été récupérée par l’Institut en raison de la résistance des propriétaires terriens.

Les chiffres prouvent l’existence d’un mouvement violent contre des paysans, indigènes et quilombolas dans l’État de Maranhão. Selon les données de la Commission Pastorale de la Terre (CPT), environ 90 personnes sont menacées de mort dans cet état.

Ce jeudi, 12 familles ont été expulsées d’une propriété qu’elles occupaient depuis plus de cinq ans alors que d’après des rapports, cette propriété était abandonnée avant d’être mise en production par les travailleurs ruraux sans terre. Dans l’intervention, des hommes encapuchonnés sont arrivés, armés. et ont oblgé les familles à s’en aller.

Samedi dernier (19), la demeure du travailleur rural sans terre Francisco d’Assis a été envahie dans le quartier municipal d’Itinga de Maranhão. Il a été menacé de mort avec sa femme et leurs enfants. Francisco coordonne un groupe de familles qui attendent l’expropriation de l’hacienda Monte Alto, vouée à la Réforme agraire selon l’ordonnance présidentielle.

Le 28 avril, dans la ville de Grajaú, la Cacique de la Terre Indigène Canabrava Maria Amélia Guajajara, 52 ans, a été assassinée par des mercenaires se déplaçant en moto.

Le 14 avril, Raimundo Alves Borges dit « la Tête », leader et président de l’Unité de Production Agricole Terra Bela du MST, Buriticupu-MA, a été exécuté par des bandits armés.

Source : http://www.mst.org.br/Pistoleiros-invadem-acampamento-no-Maranhao

Traducteur : Ermelindo Tadeu Giglio pour www.mouvementsansterre.wordpresss.com

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :