mouvementsansterre


Il est temps de réaliser enfin la réforme agraire
La redistribution d’exploitations aux paysans sans-terre est peu ou mal appliquée, dénonce un avocat qui défend leur cause. Les terres appartiennent en majorité à de grands propriétaires, certains sols donnés sont stériles, et les paysans manquent d’assistance technique.
7417345910_efd81385e6_o
« Des favelas rurales » dans la campagne brésilienne :  c’est l’alerte lancée en février dernier par Gilberto Carvalho, le Secrétaire Général de la Présidence de la République, au sujet de certains « assentamentos ». [Ce sont les colonies de paysans qui ont reçu une approbation officielle après l’occupation d’une terre par l’Institut National de la Colonisation et de la Réforme Agraire (Incra)].

Les opposants aux mouvements sociaux ruraux n’attendaient que ce message pour enterrer pour de bon la réforme agraire.

Mais, de façon démocratique, un cadre légal a été inscrit dans la constitution pour la mener à bien [inscrite dans la constitution dès les années 60, la réforme agraire a longtemps été ignorée des autorités- notamment sous la dictature -, qui se refusaient à remettre en cause la structure de latifundias – terres appartenant à de grands propriétaires terriens. Depuis le retour de la démocratie en 1985, le mouvement de distribution des terres s’est acceléré, mais de nombreuses difficultés demeurent] .

Par conséquent, tant que la constitution n’est pas modifiée, la réforme agraire est une politique publique au caractère obligatoire. Ce n’est pas seulement pour des raisons juridiques qu’elle doit être impulsée.

Forte concentration foncière

L’ONU et la FAO [l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture], par exemple, recommandent sa mise en œuvre afin d’éradiquer la pauvreté et de rendre effectif des droits humains comme le droit à une alimentation adéquate et à l’éducation.

Pour ces organismes, la concentration foncière et l’absence de politiques publiques de production en faveur de l’agriculture familiale ont pour corollaire la pauvreté et les inégalités sociales.

Selon le recensement sur l’agriculture et l’élevage de 2006 [réalisé par l’INSEE brésilien], le Brésil occupe le deuxième rang mondial en termes de concentration des terres, derrière le Paraguay. L’indice de concentration foncière de 2006 (0.872) est plus élevé que celui des deux derniers recensés : 0.857 en 1985 et 0.856 en 1995.

En 1985, il existait 67 assentamentos, avec 117 000 familles concernées, totalisant 9.8 millions d’hectares rattachés à la réforme agraire. Aujourd’hui, les assentamentos sont au nombre de 8.792, avec 921 000 familles, pour un total de 85 millions d’hectares. De fait, même avec l’expansion des assentamentos, la concentration foncière a augmenté [73.7 % des petits paysans disposent de 12 % de terres, tandis que 0.8 % des grands propriétaires en possèdent à eux seuls 31,7 %].

Démocratiser l’accès à la terre

Ajoutons que les demandes de soutien technique ne sont pas une exclusivité du MST [le Mouvement des travailleurs ruraux Sans-Terre, dont trois militants ont été assassinés récemment]. Ce sont également des revendications des grands propriétaires. La différence, c’est que ces derniers sont entendus par le pouvoir.

Que l’on pense au soutien historique de l’Etat au secteur de la canne à sucre. Les revendications des mouvements sociaux ont pour objectif de consolider une politique publique qui, contrairement à celle de nature assistentialiste, créée des structures pour l’émancipation socioéconomique.

Les données du Recensement de 2006 montrent que l’agriculture familiale représente 84% des exploitations rurales tout en occupant seulement 24.03% des surfaces cultivées, avec des revenus près de dix fois inférieurs aux exploitations non familiales. L’agriculture familiale produit en outre la plus grande partie des aliments consommés sur le marché intérieur (60%), avec 74% du total de la main d’œuvre agricole.

La réforme agraire présuppose la démocratisation de l’accès à la terre et aux structures qui viabilisent la production. On ne peut donc dire qu’elle a échoué étant donné qu’elle n’a pas eu lieu.

Ceux qui s’opposent à ce processus démocratique ne respectent pas la constitution et encouragent l’augmentation des inégalités sociales. Par ailleurs, si la diversité alimentaire existe toujours dans nos assiettes, on peut remercier l’agriculture familiale. Dans le cas contraire, il faudrait se contenter uniquement de maïs, de soja et de viande comme menu.

CONTEXTE — Les nombreuses victimes du conflit agraire

La violence ne faiblit pas dans les zones rurales du pays. Le 2 avril, un Fábio Santos da Silva, un dirigeant du Mouvement des Sans Terre a été criblé de balles par des hommes de main, à Iguaí, dans l’Etat de Bahia. Un mois et demi plus tôt, Cícero Guedes dos Santos, un autre militant du MST était assassiné à Campos dos Goytacazes dans l’Etat de Rio de Janeiro sur des terres occupées depuis 2000.Le nombre de victimes de conflits agraires reste important au Brésil selon la Commission pastorale de la Terre (CPT), une institution liée à l’Eglise catholique :

32 en 2012 contre 29 un an plus tôt. Entre 2000 et 2012, 458 militants ont été tués, majoritairement dans les Etats amazoniens du Pará et du Rondônia, au nord du pays. Des crimes qui restent le plus souvent impunis.Dernier exemple en date, le 4 avril, le tribunal de Maraba, la capitale administrative du sud du Pará, a acquitté un grand propriétaire terrien commanditaire de l’assassinat d’un couple de militants écologistes, membres de la CPT, défenseurs de la forêt amazonienne. Le procureur a annoncé qu’il ferait appel de la sentence.

Source: http://www.courrierinternational.com/article/2013/04/09/il-est-temps-de-realiser-enfin-la-reforme-agraire
Pour soutenir concrètement le Mouvement des Sans Terre on peut écrire à Lucas Tinti prointer@mst.org.br
URL de cet article : https://mouvementsansterre.wordpress.com/2013/05/25/il-est-temps-de-realiser-enfin-la-reforme-agraire/

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :