mouvementsansterre


Les centrales syndicales et le Mouvement des Sans Terre fixent au 11 juillet une grève générale pour les droits des travailleurs, la démocratisation des médias et la réforme agraire au Brésil

Protestation populaire face au siège du grand groupe privé Globo qui détient le quasi monopole de l'information, pour exiger la démocratisation du champ médiatique au Brésil. Source : Brasil de Fato

Protestation populaire face au siège du grand groupe privé Globo qui détient le quasi monopole de l’information au Brésil, pour exiger la démocratisation du champ médiatique (1). Source : Brasil de Fato

"Ses idées étaient les mêmes que les nôtres ! Nous voulons que cette Dilma nous revienne !"

« Ses idées étaient les mêmes que les nôtres ! Nous voulons que cette Dilma nous revienne ! » Photo de Joao Godinho/ Jornal O TEMPO

 

3438513_6_ec49_la-presidente-bresilienne-dilma-rousseff_655ddaa0fb56cc2ff91dc2f5040ad82a
26/06/2013, de la rédaction de Brasil de Fato

Lors d’une réunion réalisée le 25 juin les grandes centrales syndicales du Brésil et le Mouvement des Travailleurs Sans Terre (MST) ont fixé au 11 juillet prochain la Journée Nationale des Luttes sur le thème « Pour les libertés démocratiques et les droits des travailleurs« . Les paralysations, grèves et manifestations auront pour objectif de déverrouiller l’ordre du jour de la classe des travailleurs au Congrès National et dans les cabinets ministériels, en plus de construire et d’impulser l’agenda qui s’est exprimé dans les rues de tout le pays ces jours derniers.

Participeront à la mobilisation nationale la Centrale Unique des Travailleurs (CUT), la Centrale des Travailleurs et Travailleuses du Brésil (CTB), la Force Syndicale, l’Union Générale des Travailleurs (UGT), la Centrale Syndicale et Populaire (CSP) Conlutas, la Centrale Générale des Travailleurs du Brésil (CGTB), la Centrale des Syndicats du Brésil (CSB) et la Nouvelle Centrale Syndicale des Travailleurs (NCST), en plus du Mouvement des Sans Terre (MST).

La réunion a permis d’établir une plate-forme unitaire de lutte :

1) Education : pour l’investissement de 10% du PIB, l’amélioration de la qualité, les maternelles dans les grandes villes, etc.;

2) Santé : garantie des investissements en conformité avec la Constitution, amélioration du Système Unique de Santé (SUS), appel à la participation de médecins cubains, etc.;

3) Réduction de la durée de la journée de travail à 40 heures : approbation du projet qui se trouve au Parlement.

4) Transport public de qualité : proposition de tarif zéro dans toutes les grandes villes ;

5) Contra la PEC 4330 – projet gouvernemental qui institutionnalise la sous-traitance sans aucun droit, comme le Fonds de Garantie pour le Temps de Service (FGTS) et les congés;

6) Contre la vente de concessions pétrolières au privé ;

7) Pour la Réforme Agraire : solution des problèmes des paysans sans terre vivant dans les campements, expropriations des grandes propriétés, ressources pour la production d’aliments sains, légalisation des zones appartenant aux communautés afro-descendantes (quilombolas) entre autres revendications;

8) Pour la fin du système actuel qui affecte les droits des travailleurs à la retraite.

En outre les mouvements sociaux défendront dans cette mobilisation les revendications suivantes : réforme politique et plébiscite populaire ; réforme urbaine pour affronter la crise des grandes villes et la spéculation immobilière ; démocratisation des médias, avec la présentation au Congrès National du Projet de Loi d’Initiative Populaire construit avec le Forum National de Démocratisation de la Communication  (FNDC) en phase de collecte des signature dans tout le Brésil.

La mobilisation nationale dénoncera également le génocide de la jeunesse afro-descendante et des populations indigènes ; la répression et la criminalisation des luttes et des mouvements sociaux ; et l’impunité des bourreaux de la dictature civile-militaire. Les centrales syndicales et les mouvements démocratiques rejetteront avec force l’approbation de la loi sur l’avortement  et la réduction de la majorité pénale.

Ces revendications ont été présentées le 26 juin à la Présidente Dilma Roussef lors d’une réunion au palais présidentiel de Planalto, à Brasília.

Photo: Antonio Cruz/ABr

 

Note :
(1) Sur la démocratisation des médias, voir https://mouvementsansterre.wordpress.com/2013/05/12/le-mouvement-des-sans-terre-entre-dans-la-campagne-pour-la-democratisation-des-medias-au-bresil/

manifestação_paulista_Marcelo-Camargo_ABrSource : Brasil de Fato, http://www.brasildefato.com.br/node/13356

Traduction : Thierry Deronne

Pour soutenir concrètement le Mouvement des Sans Terre, on peut écrire à Lucas Tinti, prointer@mst.org.br

URL de cet article : https://mouvementsansterre.wordpress.com/2013/06/26/les-centrales-syndicales-et-le-mouvement-des-sans-terre-fixent-au-11-juillet-une-greve-generale-pour-les-droits-des-travailleurs-les-libertes-democratiques-et-la-reforme-agraire-au-bresil/

 


2 commentaires so far
Laisser un commentaire

[…] (2) Sur la campagne pour démocratiser les médias au Brésil,  voir https://mouvementsansterre.wordpress.com/2013/06/26/les-centrales-syndicales-et-le-mouvement-des-sans… […]

Ping par Médias en Amérique Latine : Comment Sisyphe déplace la montagne - Pressenza




Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :