mouvementsansterre


Campagne urgente de solidarité avec Lula

Chers compagnes et compagnons

Depuis l’Amérique Latine, à tou(te)s ceux et celles qui sont solidaires du peuple du Brésil

Nous vous demandons de voir s’il est possible que vous envoyiez des messages de solidarité au président Lula, destinés aux  juges de deuxième instance : Il y aura d’autres instances mais dans celle-ci ils peuvent condamner et demander une peine de prison sans qu’un crime n‘ait été commis. Une telle condamnation pourrait éliminer le droit d’Ignacio Lula da Silva de participer aux prochaines élections présidentielles d’octobre, alors que les enquêtes lui donnent 42 % de préférence, soit plus que tous les candidats du centre et de la droite réunis.

Ci-dessous nous publions un modèle suggéré de message, mais dites-le avec vos propres mots !

Et pour les mouvements et collectifs qui le peuvent, nous recommanderions que le 22 janvier, ils se rendent aux ambassades ou aux consulats du Brésil pour remettre ce type de message et demander aux diplomates qu’ils l’envoient au tribunal.

Les messages de solidarité, nous vous demandons d’en envoyer copie à : neystrozake@gmail.com, qui les transmettra aux avocats qui suivent le procès.

Ceux qui souhaitent plus d’information sur le procès peuvent accéder à Facebook : https://www.facebook.com/Lulastruth/ ou le site  www.averdadedelula.com.br

Mille mercis pour la solidarité !!

ALBA    – articulation des mouvements populaires des Amériques


Messieurs les juges du Tribunal de la Justice Fédérale de Porto Alegre,
thompson.flores@trf4.jus.br  / gebran@trf4.jus.br

Objet :
Solidarité avec le Président Lula

Messieurs,
Nous avons suivi, depuis l’Amérique Latine et d’autres continents, l’importance que revêt pour le peuple brésilien les politiques sociales du Président Lula dans le combat contre les inégalités.

Nous avons pris connaissance de la sentence du Juge Sergio Moro, de Curitiba.
Et nous avons appris qu’il n’y a aucune preuve de corruption ni d’actes illicites du Président Lula.

Depuis l’Amérique Latine et d’autres parties du monde nous savons que ce jugement est purement politique et a pour objectif principal d’empêcher que le Président Lula puisse présenter sa candidature aux prochaines élections d’octobre.

C’est pourquoi nous voulons manifester notre indignation et manifester notre solidarité au président Lula, au peuple du Brésil et nous espérons que votre tribunal respecte les lois brésiliennes et garantisse le droit du président Lula à être candidat.

Seul le peuple brésilien a le droit de décider de son futur politique.

Respectueusement

Signature:

Publicités


Les organisations populaires proposent de renforcer le travail de base pour politiser les élections (Brasil de Fato)
8 janvier 2018, 3:01
Filed under: Appel à mobilisation, Lutte, Organisation, répression de l´Etat

« Construire un projet national avec le peuple  et pour le peuple. » C’est l’un des points centraux de la Déclaration politique de la 2ème Conférence nationale du Front Brésil Populaire, qui s’est déroulée ce week-end à l’École Nationale Florestan Fernandes (ENFF), dans la ville de Guararema, près de São Paulo. La réunion a rassemblé environ 350 militants de diverses organisations populaires dans le pays.

En parlant de la conjoncture politique nationale et internationale, le Front Brésil Populaire (FBP) souligne la nécessité de construire l’unité des forces démocratiques, en particulier face à «l’avancée de la restauration néolibérale». Un tel modèle de développement est guidé par les intérêts du marché et par la diminution de l’Etat, qui supprime les droits sociaux. « Ce qui est en jeu, c’est la souveraineté nationale et la restauration de la démocratie, nous n’épargnerons aucun effort pour contenir et mettre en échec la progression du programme néolibéral et réactionnaire à travers la lutte de masse », indique le communiqué.

La tenue du Congrès du Peuple brésilien, dans la première moitié de 2018, fait partie de cet objectif de construction collective d’un projet national, qui puisse influer y compris sur les élections de l’année prochaine. « Nous allons faire un grand effort de travail à la base en utilisant une méthodologie d’éducation populaire sur tout le territoire national qui culminera lors du Congrès du Peuple. Politiser le processus électoral autour de la nécessité d’un projet national et enraciner le Front Brésil Populaire sont les objectifs synthétiques du Congrès du Peuple. Ce sera certainement un processus de participation populaire riche qui impliquera des partis, des mouvements populaires, des intellectuels, des artistes, entre autres », explique le FBP.

Lire l’intégralité de la Déclaration politique de la 2e Conférence nationale du Front Brésil Populaire: https://www.brasildefato.com.br/2017/12/10/leia-a-declaracao-politica-da-2a-conferencia-nacional-da-frente-brasil-popular/

À São Paulo, les 9 et 10 décembre, lors de la 2e Conférence nationale du Front populaire, 350 militants de divers espaces organisationnels ont débattu de la crise brésilienne et mis à joour les tâches politiques des forces démocratiques et populaires.

Sur le plan international, la grave crise du système capitaliste, la décadence de la mondialisation néolibérale et le repositionnement de la Chine et de la Russie dans la géopolitique mondiale ont jeté les bases d’un cadre multipolaire du système des nations. L’impérialisme américain réagit à cette situation par sa politique d’exploitation des nations sous-développées, intervenant dans la souveraineté et la démocratie de ces pays, comme dans les exemples actuels du Venezuela et du Honduras.

C’est dans ce contexte que se situe la crise brésilienne. Le coup d’Etat soutenu par les forces réactionnaires a brisé l’ordre démocratique, favorisant l’application d’un programme de restauration du néolibéralisme. La situation est aggravée par l’augmentation du chômage et des inégalités sociales.

L’escalade de la violence, visant principalement les jeunes, la population noire, les LGBT et les femmes, amène le désespoir dans la population brésilienne. L’attaque contre l’autonomie des universités publiques par l’intervention de la police est un autre chapitre de cette nouvelle situation politique dans notre pays.

Les putschistes visent à réaligner le Brésil sur les intérêts géopolitiques des Etats-Unis, à recomposer les taux de profits des capitalistes, en détruisant les droits historiques de la classe ouvrière et en s’appropriant les ressources naturelles telles que le pétrole du pré-sal.

Ce n’est pas un hasard si cette conjonction de forces anti-nationales a déjà imposé le Projet d’Amendement constitutionnel (PEC) sur les dépenses budgétaires, qui prévoit une baisse drastique du budget des domaines clés pour le peuple comme la santé et l’éducation. L’approbation de la réforme du travail, les politiques de privatisation de Petrobrás et Eletrobras, ainsi que la destruction du parc industriel, démontrent que l’objectif est de démanteler l’État brésilien et de nuire à la souveraineté nationale.

Pour atteindre ses objectifs, le mouvement putschiste prévoit la rupture du pacte constitutionnel de 1988, jetant à la poubelle les droits sociaux, politiques et civils. Les acquis de civilisation, telles que le droit à la présomption d’innocence, le large droit de la défense et le droit à une procédure régulière sont brutalement attaqués. De cette manière, les bases d’un régime d’exception sont lancées. Pour inverser cette situation, les forces patriotiques, soutenues par un large mouvement de masse et un gouvernement démocratique et populaire, devront mener une lutte politique persistante capable de créer un rapport de forces favorables à la convocation opportune d’une Assemblée nationale constituante, qui construise de nouvelles institutions pour l’Etat,  qui rétablisse la démocratie et qui fasse avancer le projet national, démocratique et populaire.

Le Front Brésil Populaire comprend qu’en face de l’avancée de la restauration néolibérale, la construction de l’unité des forces démocratiques, nationales et populaires est une nécessité historique. Ce qui est en jeu, c’est la souveraineté nationale et le rétablissement de la démocratie. Nous n’épargnerons aucun effort pour contenir et contrecarrer l’avancée du programme néolibéral et réactionnaire à travers la lutte de masse.

Le Brésil traverse une crise de son destin qui ne sera résolue que lorsque nous avancerons dans la construction d’une stratégie de pouvoir autour d’un Projet de nation. Il s’agit de replacer le développement national et les réformes structurelles au centre de la lutte politique. Cela nécessite une force sociale de masse qui garantisse l’hégémonie des forces populaires. Par conséquent, il est fondamental que le Front Brésil Populaire continue d’accumuler des forces dans le débat sur le programme.

Un Projet national ne se construit pas avec des hégémonies. Le Front Brésil Populaire doit être un espace ouvert aux diverses contributions du camp démocratique et populaire. L’initiative de construire le Projet Brésil Populaire démontre que la première étape est de faire un effort pour synthétiser les apports existant déjà au sein des forces populaires. Reprendre le débat sur le projet national n’est pas seulement un exercice académique, mais une nécessité historique qui exige la connaissance des spécificités de la réalité brésilienne, la reprise de la lutte de masse et le débat avec le peuple brésilien.

Confronté à la nécessité de poursuivre la préparation du programme et de se préparer à la bataille électorale de 2018, le Front Brésil Populaire doit avoir plus d’enracinement social. Par conséquent, nous ferons un grand effort de travail de base en utilisant une méthodologie d’éducation populaire à travers le territoire national, qui culminera dans le Congrès du Peuple. Politiser le processus électoral autour de la nécessité d’un projet de nation et avancer dans l’enracinement du Front Brésil Populaire constituent les objectifs synthétiques du Congrès du Peuple. Ce sera certainement un processus de participation populaire riche, qui impliquera des partis, des mouvements populaires, des intellectuels, des artistes, entre autres.

Le Front Brésil Populaire estime que tout ce processus de participation populaire sera renforcé si nous pouvons garantir à Lula le droit d’être candidat à la présidence de la République. Défendre le droit de Lula à être candidat, c’est défendre la démocratie et faire un pas important vers la défaite du coup d’État. Les ennemis du peuple ne tolèrent pas le leadership de Lula et sont capables de tout pour éviter son retour à la présidence de la République. Par conséquent, nous n’excluons pas la farce du coup d’État dans le coup d’État par les secteurs réactionnaires du pouvoir judiciaire, par le parlementarisme ou le semi-présidentialisme.

Le succès de cette proposition passe donc par la défaite des conspirateurs du coup d’État dans les urnes et dans les rues. Le Front Brésil Populaire dialoguera, de manière unitaire, avec les candidatures du camp démocratique engagées sur ces objectifs.

Sans garantir la souveraineté nationale et sans restaurer la démocratie, une solution populaire à la crise brésilienne ne sera pas possible. La deuxième Conférence nationale du Front Brésil Populaire sait ce qui est en jeu en ce moment et apporte un message de lutte et d’espoir au peuple brésilien. Malgré la gravité de la crise, nous sommes sûrs que le Brésil peut retrouver son chemin. Notre peuple a la capacité de se battre et mérite de vivre dans un pays digne, souverain et démocratique.

Nous allons résister et nous allons gagner!

São Paulo, 10 décembre 2017

Édition: Camila Maciel

Source: https://www.brasildefato.com.br/2017/12/11/frente-brasil-popular-realizara-congreso-del-pueblo-brasileno-en-2018/

Traduction: Monica Passos

URL de cet article: https://wp.me/p27hZR-w3




%d blogueurs aiment cette page :