mouvementsansterre


Le collectif, une autre idée de la révolution, par Florence Poznanski
L'art et l'alimentation au service de la révolution © Brooke PorterL’art et l’alimentation au service de la révolution © Brooke Porter

En ces temps de crise sanitaire et économique la place de l’humain prend une autre dimension. « Solidarité », « résilience », « prendre soin de l’autre », ces mots sont aujourd’hui sur toutes les bouches, y compris celles qui, il y a encore quelques mois, priorisaient davantage l’épanouissement individuel à celui du collectif. Si la perte des êtres chers et la préoccupation pour sa propre survie sont des traumatismes assez forts pour nous faire prendre conscience de l’indéfectible lien qui nous relie à la collectivité, cette solidarité ne peut être invoquée seulement par temps de crise, comme d’aucuns en appellent à l’intervention de l’État pour répondre aux problèmes économiques.

Cette crise doit nous interroger profondément sur notre relation au collectif, tant au niveau des politiques publiques et des services publics, qu’à l’échelle des organisations associatives ou locales auxquelles on peut appartenir. Penser le collectif, ce n’est pas mettre ensemble des individus, mais s’intéresser à ce qui les rassemble jusqu’à ce que le commun les transcende. En ce sens, les organisations (y compris celles qui mettent en avant l’humain et la collectivité) ont aussi un travail à mener pour sortir d’une approche parfois uniquement rationnelle et programmatique et la traduire dans la pratique quotidienne.

De retour d’un séjour de deux semaines avec les femmes militantes du mouvement des travailleurs et travailleuses sans terre (MST) au Brésil, je souhaite m’attarder ici sur la description de son organisation, comme une source d’inspiration mondiale à tous ceux qui s’intéressent aux moyens de transformer radicalement la société.

Le MST n’est pas le seul exemple. L’Amérique latine est pour nous ce terreau vivant d’expériences révolutionnaires comme celle des communes au Venezuela, des « caracoles » du mouvement zapatiste du Chiapas au Mexique, entre autres. Mondialement connu pour sa lutte pour la réforme agraire populaire comme fondement d’un projet politique révolutionnaire d’inspiration socialiste au Brésil, le MST est certainement le mouvement social le plus puissant d’Amérique latine, si ce n’est l’un des plus importants au monde. Il puise sa puissance dans une organisation exigeante et généreuse qui applique à tous ses niveaux la primauté du collectif et la valorisation du vivre ensemble.

Florence Poznanski, activiste, secrétaire nationale du Parti de Gauche/France Insoumise, Belo Horizonte – Brésil
@FLORENCEPOZ FLOR.POZNANSKI

Réforme agraire, graine de révolution

Le MST est un mouvement de paysans brésiliens qui luttent pour une réforme agraire populaire, c’est à dire l’abolition de la propriété privée et du latifundium et une distribution égalitaire de la terre comme source essentielle de travail et subsistance. Il naît des luttes paysannes de résistance au sortir de la dictature militaire à la fin des années 70 et s’inspire d’un vaste héritage de luttes, révoltes et victoires populaires éliminées de l’histoire officielle nationale comme la résistance des esclaves, des peuples autochtones ou les luttes des travailleurs pauvres contre l’oppression depuis l’époque de la colonisation. Son activité principale porte sur la mobilisation de plusieurs centaines de milliers de paysans pour l’occupation et l’organisation de campements de production agricole autonomes.

Dans son programme, la réforme agraire n’est pas qu’une politique publique à mettre en œuvre, mais la base d’un autre projet de civilisation qui inverse les rapports de pouvoir. Car posséder la terre, le territoire, c’est décider qui en sont exclus et qui pourront en tirer profit. Le MST se base ainsi sur une historiographie de l’organisation politique de la terre au fil des différents régimes latino-américains (colonies, républiques bourgeoises, dictatures) pour étudier les soulèvements populaires d’indépendance que le continent à connu.

Il construit son action nationale mais aussi internationale, dans le but de renforcer ces soulèvements populaires qu’ils soient locaux comme l’occupation d’une parcelle de terre improductive ou à l’échelle d’un pays comme substrat d’une révolution citoyenne. L’organisation collective est donc consubstantielle de son fondement, non seulement dans les principes du projet de société qu’il construit, mais aussi au quotidien. Pour cela, il se base sur une méthodologie d’organisation qui met en avant la formation militante, l’auto-organisation et une culture collective du vivre ensemble.

L’individu et le collectif

Il est facile de penser que le collectif serait l’annulation de l’individu. Il est plus approprié de dire que le collectif est l’annulation des privilèges qui éloignent l’individu du collectif. C’est à partir du moment où l’individu cesse de considérer l’annulation de ses privilèges comme une privation, mais bien comme une satisfaction de les mettre en commun, que sa place dans le collectif prend sens. Sa force ne dépend alors plus simplement de lui, mais de la richesse du collectif auquel il a lui-même contribué.

Parce que le mouvement doit en permanence compter sur son auto-organisation pour bâtir et entretenir ses équipements, organiser ses campements, cultiver et distribuer sa production agricole, élaborer et diffuser ses idées ou encore assurer sa sécurité, le partage des tâches au sein du collectif est essentiel. Elle commence à l’échelle des campements qui rassemblent chacun plusieurs centaines de personnes issues des classes les plus populaires : travailleurs agricoles exploités ou habitants des périphéries urbaines sans logement. On s’y organise pour construire son logement, planter la terre, éduquer les enfants, soigner les malades et défendre le campement sous la menace permanente des milices, de la police ou de la justice. Bien souvent l’État n’y assure qu’un rôle répressif ou n’offre que des services publics précaires. Le mouvement doit donc gérer l’organisation de A à Z d’une collectivité qui repose sur la participation de chacun et une exigeante discipline. Bien-sûr, cette organisation ne se fait pas sans difficultés ni conflits. Là encore c’est au niveau du collectif que les solutions sont à trouver, via de nombreuses réunions de délibération collective.

Une autre vision du pouvoir

Le campement du MST "Marielle Franco" près de São Paulo © Brooke PorterLe campement du MST « Marielle Franco » près de São Paulo © Brooke Porter

La construction de cette collectivité vise en fin de compte la naissance d’une autre forme de pouvoir : le pouvoir populaire. Un pouvoir qui ne s’exercerait plus par la domination mais par la mise en commun et le partage. Et l’organisation de ces collectifs en quête de toujours plus d’autonomie visent à substituer toute forme de domination ou de dépendance par une action collective : la domination du travail et la dépendance alimentaire par l’organisation de coopératives agricoles, la domination idéologique et culturelle par l’organisation militante.

Attaché à rétablir l’héritage de siècles de résistances populaires, il est une autre dépendance contemporaine à laquelle le MST s’applique aussi à s’émanciper c’est celle de notre propre corps. Cela commence par la promotion d’une vie saine sans pesticides avec sa capacité à alimenter le plus grand nombre avec ses produits issus de l’agroécologie1. Mais la réflexion va encore plus loin.

Alors que la société mondiale ne sait plus se soigner sans les médicaments de l’industrie pharmaceutique et que dans la plupart des pays comme le Brésil, la santé n’est pas un droit mais une marchandise, le MST s’applique à réintégrer la médecine populaire traditionnelle par les plantes. La formation des professionnels de santé est basée sur une réappropriation holistique du rapport aux besoins et aux carences du corps pour sortir du réflexe symptômes/médicaments. Sans pour autant rejeter la médecine conventionnelle, le travail des médecins populaires vise à assurer une santé de base gratuite au plus grand nombre et contribue aussi à montrer que la transformation des rapports sociaux passe aussi par la prise en compte collective de la santé corporelle et mentale des individus, dimension négligée par la plupart des organisations.

La place de l’humain et du symbolique

l'art et la culture dans les événements du MST © Brooke Porterl’art et la culture dans les événements du MST © Brooke Porter

Tout cette organisation prend du temps et ne s’achève en fin de compte jamais. Un temps qui n’est pas gâché, qui n’a pas moins d’importance que les moments de réflexion politique ou de débats de conjoncture, puisque c’est le temps de la réalisation, le temps de la vie. Cette approche est un des fondements de l’éducation populaire qui inscrit la formation du sujet politique dans sa propre trajectoire de vie. Organiser le mouvement est donc un accomplissement politique en soi. Et puisqu’il fait partie de la vie il est aussi traversé d’émotion, d’identification. Il ne faut pas penser uniquement à distribuer des tâches, mais aussi accorder le temps nécessaire dans l’organisation à l’expérience du vivre ensemble.

La célébration ne se vit pas en creux de l’action politique, dans les moments de temps libre informels, mais comme un des moteurs qui donnent du sens à cette action. Dans les activités du MST on chante, on joue de la musique, on récite des poésies, on peint et on crée. On y raconte les peurs des paysans, les tranche de vie des femmes face aux violences domestiques, on se rappelle des victoires des luttes passées, on rend hommage à ceux et celles qui sont tombées. L’art et la culture populaire prennent ainsi tout leur sens politique pour faire des valeurs scandées dans les mots d’ordre du mouvement quelque chose d’intime, de réel. Cet attachement s’insère aussi dans une stratégie politique claire de contrer la domination idéologique véhiculée par l’industrie culturelle de masse au service du capitalisme.

En alliant actions de transformations concrètes, valorisation de la vie par l’alimentation saine et le collectif et en utilisant l’art et la culture comme vecteur de mobilisation militante, l’action politique du MST a quelque chose de profondément transformateur ou bien tout simplement révolutionnaire.

Notes :

1Le MST est aujourd’hui le premier producteur de riz biologique au Brésil.

Source : https://blogs.mediapart.fr/florence-poznanski/blog/020520/le-collectif-une-autre-idee-de-la-revolution

URL de cet article : https://wp.me/p27hZR-yJ



La grande conspiration des Femmes du Mouvement des Sans Terre du Brésil, Brasilia, 5-9 mars 2020

par Monique Piot Murga, représentante de France Amérique latine, membre du Comité des Amis des Sans Terre du Brésil et des Amis de la Conf’ de la Drôme.

5h du matin, dans le centre silencieux de Porto Alegre, 4 bus sont alignés le long du trottoir…

  • Rosa, tu as bien mis les gamelles dans le bus numéro 2 ?
  • Oui, elles y sont toutes, n’oublie pas de mettre mon sac à dos dans le bus !

Rosa et Diana font partie des plus de 200 femmes qui partent dans cette aube fraîche pour Brasilia, un voyage en bus de plus de 36 heures !

Elles sont déléguées de leur Etat pour participer à la Première Rencontre des Femmes du Mouvement des Sans Terre, qui, après deux ans de préparation, va se réunir du 5 au 9 mars 2020 dans la capitale fédérale.

Elles viennent toutes les deux, avec une vingtaine d’autres, d’un « assentamento » (installation de la Réforme agraire), situé à une trentaine de kilomètres de là. Un assentamento qui produit du riz biologique, du lait et du porc. Elles ont apporté avec elles une demi-tonne de riz, produit par leur coopérative, pour l’alimentation des 3500 participantes. Et aussi du matériel de cuisine, les grosses marmites qui dans l’assentamento servent lors des fêtes.

Car toute l’organisation et la logistique est partagée entre les groupes de femmes des différentes régions.

5h30, tout le matériel a été chargé, les voyageuses sont installées dans les bus et la caravane s’ébranle pour un voyage qui va durer un jour, une nuit et un deuxième jour !

A 80 kms de São Paulo, pendant ce temps, je suis, avec la délégation internationale, accueillie à l’Ecole nationale Florestan Fernades du MST. Nous avons été reçues par Fernando, Gloria et Ana, membres du secteur international du Mouvement. Nous sommes deux de France, les autres femmes viennent d’Espagne, de Suède, des Etats Unis, du Canada, de Porto Rico. Nous serons rejointes plus tard par des déléguées d’Argentine, Chili, Uruguay, Venezuela, Equateur. Le Centre de formation Florestan Fernandes est un des fleurons du MST, qui a mis la formation en priorité depuis sa création il y a 36 ans. Cette école nationale existe depuis 15 ans et a une vocation internationale de formation des cadres des mouvements sociaux. Quelques sessions de formation pour nous présenter l’histoire du MST, son organisation et nous nous préparons à notre tour pour le voyage à Brasilia.

Nous nous répartissons le travail : préparer et charger le matériel de cuisine, les stocks alimentaires, préparer le matériel culturel – banderoles, micros, sonos, haut-parleurs – charger les matelas. Et des couvertures pour celles qui ont oublié leur sac de couchage ! Chacune a ce qu’on appelle ici son « kit militant », dont on ne se sépare jamais : un sac de couchage, une assiette ou gamelle, des couverts et un verre.

On partage le bus avec les femmes de l’Ecole de formation et à 21h, le bus s’ébranle à son tour pour un voyage d’environ 15-16 heures. Le début du voyage est festif, chansons et boissons, puis très vite, le silence se fait et tout le monde se repose.

A 7h30 du matin, pause d’une heure pour se détendre et se restaurer, puis le bus repart, une distribution de sandwichs dans le bus et nous approchons de Brasilia, que nous atteignons vers 14h30. Le site de la rencontre est animé comme une ruche, les bus arrivent de tout le pays et tout le monde aide pour décharger.

La Rencontre a lieu dans une immense halle d’expositions, séparée en deux, d’un côté l’hébergement, et de l’autre côté les espaces de jour. Au fond, trois cuisines régionales – Amazonie, Nordeste, Sud et Sud-est – chacune devant être capables de servir un peu plus de 1000 personnes par repas.

Pour qu’il n’y ait pas des dizaines de femmes empêchées de suivre la Rencontre pour cause de cuisine, ce sont des hommes volontaires du Mouvement qui s’occupent de toute l’intendance alimentaire, gestion des stocks, préparation des repas, service et vaisselle des cuisines.

Et bien sûr, dans un coin un peu plus calme, un jardin d’enfants a été mis en place, certaines mamans ne pouvant pas laisser leur jeune enfant à la famille.

Au milieu, un immense espace pour les séances plénières, avec une grande scène.

Le jeudi soir, c’est la soirée d’ouverture de la Rencontre.

« Je peux affirmer qu’être une femme sans terre, c’est être une femme libérée, émancipée, courageuse.

Et c’est aussi être une femme qui pleure, qui souffre pour elle-même et pour l’autre. Le MST m’a fait femme, m’a fait un être harmonieux, qui a la fierté de vivre. Tout cela et un peu plus, c’est ce qui chaque jour me renforce pour continuer debout et convaincue que nous sommes du bon côté de l’Histoire ».

C’est avec ces mots de Messeline, paysanne de l’assentamento dans l’Etat du Pernambuco que s’est ouvert la première Rencontre des Femmes du MST ce jeudi 5 avril.

Préparé depuis 2 ans à la base du Mouvement, la Rencontre regroupe 3 500 participantes, venues de 24 Etats du Brésil et des délégations internationales de 13 pays.

Ce résultat est une grande fierté pour le secteur Genre du Mouvement. Si elles ont réussi ce qui représente un exploit, dans les conditions actuelles, c’est bien grâce à la construction historique que le MST dans son ensemble a mis en œuvre autour des questions de la participation des femmes, de l’égalité de genre, de la possibilité de construire des actions d’égalité. C’est le résultat et le mérite de toute la lutte sociale égalitaire que le MST a mis en œuvre au long de son histoire, mais cela ne s’est pas fait tout seul, les femmes ont du batailler !

Au programme durant 3 jours, débats et réflexions sur : production agroécologique, production d’aliments sains, confrontation à la violence, autonomie économique, résistance des femmes dans les territoires, en reprenant les résultats des débats et formations réalisées pendant deux ans à la base du MST, dans tous les campements et assentamentos (installations de la Réforme Agraire) des 24 Etats du pays.

« Femmes en lutte : semant la Résistance » : analyse de l’offensive du Capital et les conséquences sur les femmes.

Vendredi matin, c’est le thème de la plénière.

Atiliana, coordinatrice du Secteur Genre du MST introduit : « L’objectif politique est de faire une lecture de la conjoncture dans une perspective féministe et de la classe travailleuse, de construire l’unité et renforcer la réflexion sur qui nous sommes, en tant que femmes sans terre et en tant que classe travailleuse, afin de réussir à affronter, ensemble, ce gouvernement misogyne, qui attise particulièrement la violence contre les femmes. »

« Nous avons, depuis l’Amazonie jusqu’au Sud du pays, nos expériences de résistance et naturellement, durant ces journées, nous aurons à faire un important diagnostic et aussi une projection, sur comment les femmes participent et vont participer de plus en plus à la lutte », indique Kelly Mafort, membre de la coordination nationale du MST. Elle explique aussi que la Rencontre doit servir pour orienter les mouvements sociaux sur la question du genre.

Kelly Mafort souligne que cette Rencontre a lieu à un moment stratégique où le gouvernement Bolsonaro attaque l’ensemble des politiques de Réforme Agraire, notamment en direction des femmes. Un des objectifs est donc de définir une perspective à moyen terme pour organiser la lutte politique dans le pays.

« La conjoncture exige une action de radicalisation pour qu’on puisse affronter et vaincre ce projet néfaste qui est au pouvoir. Cette lutte radicale, elle doit venir de ceux et celles qui lutte pour la terre, pour leurs droits, mais aussi pour la vie. Et quand on parle de lutte des femmes, on parle de lutte d’êtres humains qui luttent pour se maintenir en vie. On parle donc de situations extrêmes de violence, de féminicides, qui sont encore plus importants pour les femmes du monde rural, pour les femmes noires », explique Kelly Monfort.

« La Terre publique appartient au peuple brésilien, elle ne peut être vendue, ni négociée »

Une des dénonciations importantes de cette Rencontre est la Mesure provisoire MP910, qui a prévu de « légaliser » d’ici à 2022, près de 600 000 exploitations de terres publiques. Le MST estime que ces terres vont être appropriées par des grands propriétaires ruraux. La Terre publique appartient au peuple brésilien et ne peut être ni négociée, ni vendue, elle doit être distribuée pour la Réforme Agraire, conformément à la Constitution brésilienne. Cette mesure va privilégier les propriétaires criminels qui usurpent les terres, augmentent la déforestation et la pression sur les peuples qui vivent dans les territoires de ce pays », développe Kelly Mafort.

« Supprimer le programme Prorena d’Education rurale est un crime social »

Un autre point important de son intervention concerne le décret de février 2020 qui invalide la poursuite du Programme National de l’Education de la Réforme Agraire (Prorena). Ce programme, mis en place en 2000, a permis à 192 000 jeunes et adolescents d’accéder à l’éducation depuis l’école primaire jusqu’au supérieur.

Grâce à des financements spéciaux pour le monde rural, son bilan est important : organisation des écoles rurales dans les villages et dans les assentamentos, financement des Instituts d’agro-écologie à la campagne, partenariats avec les Universités pour construire des programmes d’études spécifiques pour les étudiants issus du MST et de ses territoires.

Le maintien du Pronera est une question de justice sociale, car c’est dans le monde rural qu’existe la plus grande inégalité sociale et c’est aussi parmi la population paysanne qu’il y a le plus faible taux de scolarisation.

Supprimer ce programme est considéré par le MST comme un crime social, au même titre que la réforme de la « Bourse Familiale », l’équivalent de nos Allocations familiales.

« Féminisme Paysan Populaire », son processus historique et les perspectives pour la prochaine période.

« Le féminisme, comme mouvement politique, doit être lié à un projet d’émancipation humaine, c’est une pratique politique. C’est pourquoi nous sommes toutes féministes »

C’est avec ces paroles qu’Itelvina Massioli, de la coordination nationale du MST, a introduit la plénière du samedi matin.

L’identité du Féminisme paysan populaire nait de la relation profonde que les paysannes entretiennent avec la terre et la souveraineté alimentaire. Et son caractère populaire vient de son lien avec une perspective de classe et de lutte de classes. « La construction et l’audace de ce concept est fortement lié aux luttes de résistance des femmes paysannes, dans un contexte d’affrontement au capitalisme colonial et extractiviste qui depuis des siècles pille nos terres, nos territoires et les richesses naturelles » explique Itelvina.

Pendant longtemps, à cause de la diabolisation du mouvement féministe de la part des sociétés partriarcales et machistes, la paysannerie n’a pas reconnu comme féministe la lutte pour la terre, la souveraineté alimentaire et l’agroécologie. C’était présenté comme une lutte portée essentiellement par les hommes. Et parallèlement, la lutte pour le droit à la terre pour les femmes, pour la production d’aliments, pour la défense et la récupération des semences, les luttes contre la violence, n’étaient ni visibles, ni identifiées comme des luttes féministes.

Les femmes du MST, par les luttes concrètes, les processus de formation, de participation politique dans le Mouvement, ont conquis avec l’ensemble des membres du MST, les droits à l’éducation, à la parité à tous les niveaux de responsabilité, des mesures collectives contre les violences, le partage des responsabilités dans la gestion de l’exploitation, leur droit à signer les documents officiels pour l’attribution de la terre, des crédits, dans les décisions de cultures.

Collectivement, elles ont une place fondamentale dans la production des aliments quotidiens, dans la lutte contre la faim et dans la subsistance des familles, comme toutes les paysannes du monde.

Elles ont développé le secteur de la production par des projets collectifs, particulièrement dans le domaine de la récupération des semences et des plantes médicinales. Elles assurent la transformation et la vente des plantes médicinales, précieuses pour le secteur Santé du MST.

« Socialement égales, humainement différentes et totalement libres ! » (Rosa Luxembourg)

Ces luttes concrètes s’insèrent dans la lutte sociale globale pour la fin de la propriété privée de la terre, contre les transnationales et l’agro-négoce, contre les OGM et les agrotoxiques, et contre toute forme d’exploitation des êtres humains et de la nature. Cette conception du féminisme part de l’analyse que les paysannes sont à l’intérieur d’une société de classes et que l’origine de l’exploitation des femmes, de leur domination et de l’oppression dont elles sont victimes vient de la société capitaliste avec ses piliers que sont le colonialisme, le patriarcat et le racisme. Donc, cette conception du féminisme lutte contre ce modèle.

Le Mouvement dans son ensemble a renforcé l’idée que le Féminisme paysan populaire, avec ses luttes pour la défense de la vie, des biens naturels, des semences paysannes, pour le droit égalitaire à la terre, pour des salaires justes et égaux, a permis de donner de la visibilité aux luttes des femmes comme sujets de transformation sociale, dans l’unité et la solidarité avec les autres secteurs.

Itelvina a conclu son intervention avec une citation de Rosa Luxembourg : « Nous devons lutter pour un monde où nous soyons socialement égales, humainement différentes et totalement libres ! »

Je suis sortie de cette plénière convaincue et très passionnée par cette approche multi-facette du féminisme au MST. Alors qu’en France, on sépare les luttes écologiques, les luttes pour les droits des travailleuses dans les syndicats et les luttes pour les droits de la personne dans les mouvements féministes, les femmes du MST ont réussi à remettre ensemble tout ça et à montrer en quoi toutes ces facettes sont imbriquées et doivent être conçues comme un tout.

Après une intervention sur la place des femmes dans la lutte pour la Réforme Agraire Populaire, l’après midi a été consacré à des ateliers multiples et diversifiés d’échanges de savoirs: échange de semences, sérigraphie, prendre soin de soi, massages et relaxation, potager et autonomie économique des femmes, production agroécologique et renforcement de la force des femmes, comment inclure les hommes dans le travail sur l’égalité de genre, en sont quelques exemples auxquels la délégation internationale a pu participer.

Et toujours dans les assemblées, les interventions se terminent par des slogans repris en cœur par la salle qui se lève « comme une seule femme » ! : « Femmes en lutte, Semant la résistance ! », « Sans féminisme, il n’y a pas de socialisme ! ».

Une des choses qui m’a le plus frappé, c’est le très grand engagement des femmes les plus âgées, celles qui font partie du MST depuis plusieurs décennies et ont affronté toutes les épreuves. Elles ont une détermination inébranlable, un des slogans en rend compte : « Ils veulent nous expulser ? jamais nous ne partirons ! »

Outre l’espace des assemblées plénières, un espace était consacré à un marché des produits agricoles, artisanaux et de santé, provenant des collectifs de femmes.

La culture était aussi à l’honneur dans l’événement : une exposition de photos a retracé l’histoire des luttes des femmes du Mouvement depuis 36 ans et une autre présentait les lettres des compagnes qui n’ont pas pu venir et qui exprimaient ce que l’appartenance au MST avait permis de changer dans leur vie.

Le vendredi soir, une grande soirée culturelle a permis de montrer toutes les richesses culturelles des différentes régions du Brésil, chants, orchestres, danses traditionnelles, le spectacle était riche et haut en couleurs et entièrement réalisé par des artistes féminines.

« Le Brésil tout entier doit être reconnaissant envers les femmes du MST pour leur force et leur courage ! » Dilma Roussef

La soirée politique du samedi soir a été un moment fort permettant l’expression des appuis de la société civile et des forces politiques, religieuses, syndicales aux femmes du MST. Notre délégation internationale a eu l’honneur d’apporter un message de solidarité internationale au nom de toutes les organisations présentes. La présidente du Parti des Travailleurs, Gleisi Hoffmann, a apporté un salut chaleureux à l’assemblée et a souligné la solidarité avec les femmes du Venezuela, dont une représentante de l’ambassade était présente. Dilma Roussef, a clôturé la soirée par une intervention forte : « Le Brésil tout entier doit être reconnaissant envers les femmes du MST pour leur force et leur courage ».

Le dimanche, nous nous sommes toutes rendues à la marche du 8 mars dans les rues de Brasilia, nous joignant aux organisations féministes du district fédéral. Quelques slogans sur les banderoles : « Nous sommes les petites filles des sorcières que vous n’avez pas brûlées ! », « Sans féminisme, il n’y a pas de socialisme : »

La Conspiration des Femmes

Les femmes du MST, depuis 2005, ont changé leur mode d’action pour le 8 mars. Auparavant, ce jour était l’occasion d’organiser des formations pour les femmes sur leurs droits et les luttes. A partir de 2005, le secteur genre du MST a décidé d’organiser des « actions-choc » contre des symboles de ce contre quoi lutte le Mouvement. L’année dernière, elles ont occupé le siège de Nestlé, en protestation contre l’accaparement de l’immense réserve d’eau douce Guarani, que Nestlé est en train d’acheter. Cette année, dans le plus grand secret – c’est la « conspiration des femmes » – elles ont préparé l’occupation du Ministère de l’Education, pour protester contre la suppression du Programme d’Education rurale, qui a eu lieu le lundi 9 avril. Pour des raisons de sécurité, notre délégation n’a pas été autorisée à les accompagner !

Beaucoup d’émotions, de rires, d’embrassades, qu’il est difficile de retranscrire ! Pour ma part, j’ai eu l’immense plaisir de retrouver toutes les compagnes du MST que nous avons accueillies en France tout eu long de dizaines d’années !

Cela a été un grand moment de réflexion, d’étude, de renforcement de nos liens féministes, de rechargement de nos énergies pour la prochaine période de résistance active, chacune sur son terrain d’action ! Une grande conspiration de sorcières !

URL de cet article : https://wp.me/p27hZR-ys



« A la main »: permaculture créatrice au Venezuela avec les Sans Terre du Brésil

Venezuela, août 2019. Loin des médias, une équipe solidaire réunie par France-Amérique Latine Bordeaux Gironde, et une Brigade internationaliste du Mouvement des Sans Terre du Brésil, organisent un atelier de permaculture. Une formation impulsée par Gloria Verges et Franck David pour appuyer la création de “Tierra Libre”, le siège du réseau de producteurs de semences autochtones établi par les Sans Terre dans le village andin de La Azulita. Deux formateurs de TERRA TV se sont mêlés aux participant(e)s pour filmer les deux derniers jours de cette expérience. Au-delà de la transmission de connaissances, c’est une rencontre humaine toute particulière que révèle et raconte leur documentaire.

Image: Víctor Hugo Rivera

Son direct: Thierry Deronne

Montage: Miguel Escalona

ProductionTerra TV, Venezuela, 2019

Durée: 53 minutes. Sous-titres français

ninas

URL de cet article:  https://wp.me/p2ahp2-4Ze



Appel urgent à la solidarité internationale: contre la fermeture du Centre de Formation Paulo Freire

Le 5 septembre dernier, nous avons été surpris d’apprendre la décision judiciaire d’expulsion du Centre de Formation Paulo Freire, dans l’unité productive paysanne Normandia à Caruaru, État du Pernambuco.

Le centre possède une structure juridique appelée Association du Centre de Formation Paulo Freire, qui vise à administrer et à coordonner le centre de formation. En 1999, un auditorium a été construit et quelques logements. Aujourd’hui, le siège social a une capacité d’environ 240 personnes, tandis que l’auditorium compte en moyenne 800 personnes. En outre, l’espace comprend une cuisine, une cafétéria, un télécentre, une maison des jeunes, une académie des villes, créée en partenariat avec le gouvernement de l’État, une académie rurale, un terrain de sport et, récemment, une crèche pour enfants en partenariat avec la FUP (Fédération syndicale Unifiée des Pétroliers).

Le centre de formation n’est plus un espace d’état et est devenu un espace de formation du nord-est. Nous avons aujourd’hui des partenariats dans le domaine de l’éducation avec la ville de Caruaru pour l’organisation de deux classes d’école primaire. Nous avons également noué des partenariats avec le gouvernement de l’état pour organiser le cours «Pied enraciné».

«Pied enraciné» est le thème principal proposé par le centre de formation. Il se déroule en trois étapes, basées sur les expériences et les pratiques en agroécologie. Ce cours est conçu pour toutes les personnes vivant dans les campements et parcelles productives des paysans Sans terre de l’état de Pernambouc.

Le centre de formation Paulo Freire dessert non seulement Pernambouc, mais l’ensemble du nord-est du Brésil, proposant des cours en agroécologie et, conjointement avec différentes universités, des formations en géographie, formation vétérinaire, éducation, sécurité sanitaire et environnementale, éducation à la santé et de nombreux autres cours. Le centre est devenu, sans aucun doute, un espace précieux pour toute la région et sa fermeture serait un gâchis terrible pour tous ceux qui attachent de l’importance à l’éducation et au développement de la population sur le terrain.

Plusieurs délégations internationales de différents pays ont visité le Centre et participé à des cours de formation dispensés par le Centre.

Nous estimons que l’action proposée à l’égard du centre de formation Paulo Freire est une injustice et un affront pour tous ceux qui ont œuvré en faveur d’une vie meilleure pour les habitants du Nord-Est. Il n’y a aucune base juridique réelle qui permette cette expulsion.

Par conséquent, nous demandons respectivement que l’ordre d’expulsion soit immédiatement annulé.

La date limite pour la mise en oeuvre de cette décision judiciaire est le 19 septembre. C’est pourquoi le MST lance un appel à tous et toutes pour que vous envoyiez votre protestation, pour exiger que l’ordre d’expulsion soit stoppé immédiatement.

Les lettres doivent être envoyées avant le 19 septembre aux adresses suivantes:

au bureau régional de l’Incra (Institut national de la réforme agraire) à Recife:

marcos.campos@rce.incra.gov.br
evaluoria@rce.incra.gov.br
tyronilson.santos@rce.incra.gov.br
isaias.leite@rce.incra.gov.br
charles.emery@rce.incra.gov.br

au Gouvernement de l’État de Pernambuco – Oficina del Gobernador Paulo Câmara:
governo@governadoria.pe.gov.br

Juge Tiago Antunes de Aguiar del 24 ° Tribunal Federal de Caruaru
comunica@jfpe.jus.br

avec une copie: srimst@mst.org.br

Traduction: T.D.
URL de cet article: https://wp.me/p27hZR-xJ



Les Sans Terre présents à l’Assemblée Internationale des Peuples à Caracas

Joao Pedro Stedile, coordinateur national du MST (deuxième à partir de la gauche) lors de l’Assemblée Internationale des Peuples (24-27 février 2019, Caracas)

Du 24 au 27 février 2019 une Assemblée Internationale des Peuples de 90 pays s’est réunie à Caracas. Parmi près de 500 délégués,ceux du Mouvement des Sans Terre du Brésil. Dans l’interview qui suit, leur coordinateur national Joao Pedro Stedile explique pourquoi il faut continuer à muscler la solidarité internationale en défense de la révolution bolivarienne. Les photos décrivent sa visite, au sein d’une délégation de ces mouvements sociaux du monde entier, à la Commune de los Altos de Lidice (Ouest de Caracas) sur laquelle Terra TV sortira un documentaire en avril 2019.

« Le Venezuela est très important parce que c’est la bataille du siècle »

Carlos Aznarez – Pourquoi une Assemblée internationale des peuples maintenant?

Joao Pedro Stedile – L’effort que nous faisons avec cette articulation, sans nous substituer à d’autres comme celle des partis et des syndicats, est d’essayer de rassembler toutes les forces populaires pour que nous puissions promouvoir des luttes communes contre les ennemis communs que sont les impérialistes. C’est la raison principale pour laquelle il faut chercher de nouvelles formes d’articulation internationale qui promeuvent les luttes et qui essaient de donner une unité aux divers espaces et formes d’organisation dans nos pays. Dans cette première Assemblée, à cause du degré de conflit au Venezuela, qui est maintenant l’épicentre de la lutte des classes mondiales, du moins en Occident, où l’impérialisme veut faire basculer le Venezuela, notre numéro un, la priorité zéro pour nous tous est de partir d’ici avec un agenda de mobilisations, de dénonciations, pour que nos mouvements puissent se développer dans chacun des pays où nous sommes.

53668420_1809036989203045_799952635430961152_o.jpg

Je me fais l’avocat du diable : chaque fois que ce type de réunion se tient, il est proposé à chacun de retourner dans leurs pays et de coordonner les actions, puis, pour une raison ou l’autre, même internes de chaque pays, ces choses ne sont pas menées à bien ou les documents et résolutions sont restés au placard.

Telle est notre réflexion autocritique : nous devons sortir du monde du papier et essayer de promouvoir davantage des actions. Je crois que nous devrions promouvoir des luttes et des actions concrètes parce que les forces populaires qui sont ici sont déjà habituées aux processus d’articulation populaire dans leurs pays, elles sont mieux préparées, elles ont plus de vocation, pour construire des processus unitaires et de lutte sociale. En d’autres termes, ce n’est pas une réunion bureaucratique qui vient avec le logo ou le parti, voilà des gens qui sont impliqués dans leur pays dans de véritables processus de lutte. Nous sommes donc persuadés qu’à leur retour dans leur pays, ils inscriront la question du Venezuela, la question de l’internationalisme, à leur ordre du jour permanent dans les luttes nationales qu’ils mènent déjà.

Le Venezuela est aujourd’hui un tournant dans la lutte anti-impérialiste, comment pensez-vous qu’il soit plus valable ou plus efficace de faire preuve de solidarité avec le Venezuela sur le continent ?

Il est vrai qu’il y a une grande confusion et c’est pourquoi le Venezuela est un point clé, car même certains secteurs de gauche d’Amérique latine et d’Europe se laissent influencer par ce que dit la presse bourgeoise. Nous avions invité plusieurs forces européennes qui refusaient de venir parce que le Venezuela n’est pas la démocratie. Regardez, un pays qui a tenu 25 élections en 20 ans, où la presse privée est majoritaire, où l’opposition manifeste tous les jours comme elle le veut, comment peut-on dire qu’il n’y a pas de démocratie dans ce pays ? Ainsi, ces idées de la bourgeoisie ont aussi affecté des secteurs de la gauche, des plus institutionnels, qui plus tard n’évoluent que par logique électorale, que s’ils sont dans une année électorale, ils croient qu’il est commode pour nous d’être proches des Vénézuéliens car ils sont très radicaux. Comme par le passé, ils se sont isolés de Cuba, mais il y a Cuba, après 60 ans de résistance et maintenant avec son peuple heureux et instruit.

Le Venezuela est donc très important parce que c’est la bataille du siècle. Si l’empire réussit à renverser le Venezuela, cela signifie qu’il aura plus de forces pour renverser Cuba, le Nicaragua, tous les processus qui se proposent pour le changement, même cette gauche institutionnelle qui ne pense qu’aux élections avec une défaite du Venezuela aura plus de difficultés pour gagner les élections. Donc, même pour la lutte institutionnelle ou publique, il est très important de défendre le Venezuela et de le transformer en tranchée de résistance et de creuser ici la tombe, au moins, du gouvernement Trump.

53117901_1809038209202923_2213661607903363072_o.jpgDans vos discours et déclarations, vous avez tendance à critiquer les erreurs des gouvernements néo-développementaux, mais il y a une tendance qui veut que pour sortir de cette offensive impérialiste, il faut recourir une fois de plus à la social-démocratie : comment voyez-vous cela, est-ce valable ou faut-il se définir plus clairement en proposant le chemin du socialisme ?

L’évaluation que nous faisons, c’est qu’il y a une crise profonde du mode de production capitaliste et que l’issue qu’ils trouvent pour résoudre leurs entreprises, leur accumulation, est de s’emparer d’une forme encore plus offensive de ressources naturelles, que ce soit le pétrole, les minerais, l’eau, la biodiversité, et d’augmenter le taux d’exploitation de la classe ouvrière en retirant les droits historiques conquis durant la décennie après la Deuxième guerre mondiale. Sur le plan idéologique, ce que le capital promeut, c’est le retour de l’extrême droite, comme lors de la crise des années 1930, il a fait appel aux idées fascistes et nazies.

L’avantage que nous avons en ce moment, c’est que ce projet ne peut pas être répété comme une proposition de la droite parce qu’ils n’ont pas de mouvement de masse dans la classe ouvrière comme l’ont eu le fascisme et le nazisme, et cela nous donne un peu de sécurité. Mais, d’un autre côté, comme ils n’ont pas de masses, ils nous font la lutte idéologique et utilisent toutes les armes qu’ils ont, la télévision, Internet, les réseaux, les fausses nouvelles, dans le but de nous vaincre sur le plan de l’idéologie.

52951207_1809037585869652_2169241136277749760_o.jpgSur ce plan, le capital a déjà vaincu la social-démocratie. En Amérique latine, l’Europe et la social-démocratie dans le monde entier étaient une manière d’humaniser le capital, mais le capital ne veut plus être humain. Le capital, pour se rétablir, doit être le diable, pour aller jusqu’aux dernières conséquences, que ce soit en termes de manipulation de l’État ou de super-exploitation de la nature et du travail humain.

Alors, ce serait une erreur de la gauche que de penser que pour gagner à nouveau les élections, il faut être encore plus sociaux-démocrates. Maintenant, nous devons essayer de retourner au travail de base, à la lutte idéologique, à la récupération de notre base sociale qui est la classe ouvrière déplacée, précaire, qui fait face à de nombreux problèmes. Mais nous devons le réorganiser sous d’autres formes qui ne sont pas seulement syndicales et partisanes comme nous en avions l’habitude, mais avec de nouvelles formes, de nouveaux mouvements, pour avoir une base sociale qui met sur la table de nouvelles formes y compris la démocratie participative, car il ne suffit pas de gagner des élections, comme cela a été prouvé en Uruguay, Brésil et Argentine. Bien sûr, il est important de gagner les élections, mais nous avons la force accumulée pour réaliser des changements structurels dans l’économie et dans le régime politique.

Il y a un phénomène en Europe qui attire l’attention et c’est les gilets jaunes. Curieusement, cette vague vient d’Europe et non d’Amérique latine comme on aurait pu l’imaginer, avec une approche antisystème. Croyez-vous que ce phénomène pourrait prendre sa place dans ces nouvelles formes de lutte que nous devons donner à l’empire ?

Sans aucun doute. Nous sommes très intéressés par le processus d’articulation, nous allons essayer d’envoyer nos gens pour rester un peu et apprendre avec eux les formes qu’ils ont adoptées. Cela a attiré notre attention parce qu’ils font partie de la classe ouvrière, ce n’est pas un mouvement de la petite bourgeoisie ou d’étudiants désabusés comme cela se faisait autrefois en Europe avec ces occupations sur les places publiques, qui était un peu à gauche, plus maintenant. Nous percevons qu’il y a des initiatives depuis la classe ouvrière précaire qui était en dehors des syndicats, des partis, mais qui ont réagi à cette contradiction quand ils ont vu que le capitalisme ne résout plus précisément leurs problèmes quotidiens et ils ont adopté cette forme qui nous semblait très intéressante.

Cependant, ce n’est pas une forme que nous devrions appliquer dans chaque pays, mais leur importance est qu’ils ont été créatifs et ont découvert une forme qui sert la réalité française. C’est ce que nous devons rechercher au Brésil, en Argentine et dans chacun des pays. En d’autres termes, promouvoir un débat dans les forces populaires pour rechercher de nouvelles formes de lutte qui ralentiront le capital et leur feront du mal, parce que ce n’est pas seulement avec des manifestations, des slogans et des mots d’ordre, des rassemblements, on de freinera pas le capital. Là-bas, les gilets jaunes de France ont causé des dégâts parce qu’ils ont coupé les routes et tout le monde sait que les capitaux ne circulent plus dans les camions qui transportent les marchandises. Je félicite les camarades et j’espère que la gauche française apprendra d’eux et s’impliquera afin de tirer des leçons du point de vue méthodologique sur la manière dont nous devons travailler avec les masses désorganisées.

53155056_1809037719202972_4205214269198827520_o.jpg

53211100_1809038265869584_61881407764430848_o.jpgComment le MST propose-t-il la lutte en ce moment au Brésil où le temps passe, Lula est toujours en prison, il y a des contradictions dans le gouvernement, mais ils continuent à avancer sur les droits des travailleurs et les acquis ?

Le MST se trouve aujourd’hui dans une situation très complexe parce que nous devons redoubler d’efforts et de travail, parce que notre mouvement a une base paysanne, il a développé son expérience de lutte de classe dans les campagnes contre les grand propriétaires terriens et l’agrobusiness, qui sont les grandes multinationales. C’est là que nous nous sommes formés, que nous avons politisé et que nous avons compris que la Réforme Agraire n’est pas seulement une terre pour ceux qui la travaillent comme les idées zapatistes l’ont défendues au 20ème siècle, mais maintenant la Réforme Agraire est une lutte contre le capital international, contre sa technologie des transgènes et agrotoxiques. C’est cette lutte qui nous a politisés pour extrapoler ce que sont les mouvements paysans classiques.

Face à l’échec de la prison pour Lula et à la victoire de Bolsonaro, de nouveaux défis nous sont imposés qui extrapolent la lutte pour la réforme agraire. En même temps, pour appliquer la Réforme agraire, nous devons gagner dans la lutte politique. Ensuite, le MST doit faire preuve de plus de prudence dans la réforme agraire, car la droite est prête à ce que nous tombions dans un piège et que nous soyons battus. Maintenant, dans les campagnes, nous devons agir avec beaucoup plus de sagesse et beaucoup plus de gens pour nous protéger de la répression à venir. Pour l’instant, les milices du capital a été très ponctuelle, nous n’avons pas encore fait face à la répression de l’État, du gouvernement de Bolsonaro, mais nous ne doutons pas que c’est ce qu’ils veulent.

Sur le plan politique, ce que nous devons faire, et nous préparons nos militants, c’est essayer d’aller en ville avec notre militantisme, notre expérience, et d’y développer un mouvement qui agit précisément à la périphérie avec toutes les forces, et pour cela nous avons créé au Brésil un large front unitaire des mouvements populaires appelé le Front Populaire Brésil. Nous sommes en train de développer notre manière de faire du travail de base, que nous appelons Congrès du Peuple, c’est un nom pompeux, mais il essaie de défier, de faire du porte-à-porte pour parler aux gens, pour poser des questions sur leurs problèmes et pour les motiver à aller à une assemblée populaire dans leur quartier, leur paroisse, leur lieu de travail. Après les assemblées où les gens disent leurs problèmes, essayez de tenir des assemblées municipales, puis des assemblées provinciales, pour arriver un jour, l’année prochaine ou à la fin de l’année, à un Congrès national du peuple comme moyen de stimuler les gens à participer à la politique, à récupérer de nouveaux moyens de communication, à distribuer notre journal, à en discuter avec le peuple, à utiliser les réseaux Internet, à tenir des événements culturels, à atteindre le peuple par la musique, le théâtre et pas seulement par le discours politique que personne n’entend. Nous devons utiliser d’autres pédagogies de masse pour que les masses comprennent ce qui se passe au Brésil, la créativité dont je parlais.

52922851_1806252612814816_9026990425386254336_o.jpg

53220902_1809038945869516_2147537150407606272_o.jpgLula et sa libération restent-ils à l’ordre du jour du MST ?

C’est la deuxième grande question en politique : la liberté de Lula est au centre de la lutte des classes au Brésil. Il n’y a pas de successeur à Lula parce que celui qui choisit le leadership populaire ce n’est pas un parti, c’est le peuple, c’est pourquoi on l’appelle le leadership populaire parce que le peuple choisit ses dirigeants et Lula est le dirigeant populaire du Brésil.

C’est une tâche fondamentale pour la lutte des classes que nous réussissions à libérer Lula pour qu’il redevienne le principal porte-parole, celui qui a la capacité d’aider à mobiliser les masses contre le système et le projet de l’extrême droite. C’est pourquoi l’extrême droite est horrifiée et l’empêche même de parler, de donner des interviews, ce qui va à l’encontre de la Constitution. N’importe quel narcotrafiquant au Brésil parle à la télévision nationale, mais Lula ne peut même pas donner une interview à un journal écrit.

Nous sommes donc dans cette lutte pour la liberté de Lula qui dépendra de deux facteurs importants : la solidarité internationale. Je profite donc de cette occasion pour demander à tout le monde de nous aider, maintenant qu’il y a une campagne massive de soutien avec la nomination de Lula au prix Nobel de la paix.

Le deuxième facteur est la mobilisation nationale : au Brésil nous encourageons à converger la campagne pour Lula avec la lutte concrète, pour que les gens commencent à réaliser qu’ils devront se mobiliser contre les mesures du gouvernement néolibéral, pour la défense des droits historiques de la classe ouvrière qu’ils cherchent à éliminer.

53382616_1809038889202855_2774938864836411392_o

52686620_1809037182536359_6282119767595679744_o

Par Carlos Aznárez, Resumen Latinoamericano / traduit par Venesol

Photos: CRBZAlba Ciudad.



Note de la direction du Mouvement des Sans Terre du Paraíba après l’assassinat de deux militants dans le campement José Maria Pires – municipalité d’Alhandra

« Que serait ce monde sans les militants ? À quoi ressemblerait la condition humaine s’il n’y avait pas de militants ? Non que les militants soient parfaits, ni qu’ils aient toujours raison, qu’ils soient des surhommes et qu’ils ne se trompent jamais. Ce n’est pas ça. C’est que les militants ne cherchent pas leur intérêt, ils viennent offrir leur âme pour une poignée de rêves ».

(Ancien président de l’Uruguay, Pepe Mujica)

Le Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST-PB) a perdu ce samedi soir, 8 décembre, vers 19h30, deux militants : José Bernardo da Silva, dit Orlando et Rodrigo Celestino. Ils ont été brutalement assassinés par des hommes de main cagoulés et lourdement armés. Cela démontre la répression actuelle contre les mouvements populaires et leurs dirigeants. L’attaque a eu lieu au campement José Maria Pires, dans la municipalité d’Alhandra à Paraíba, Domaine de la ferme Garapu, appartenant au groupe Santa Tereza, occupé par les familles en juillet 2017.

Nous demandons que justice soit faite, que les coupables soient punis, et nous pensons que lutter n’est pas un CRIME. En ces temps d’angoisse et de doutes sur l’avenir du Brésil, nous ne pouvons pas laisser ceux qui détiennent le pouvoir politique et économique décider de notre destin. Nous continuons donc de réaffirmer que la lutte pour la défense de la terre est essentielle pour garantir la dignité des travailleurs ruraux et urbains.

Deux jours à peine avant les commémorations de la Journée Internationale des Droits de l’Homme, le 10 décembre, deux travailleurs sans terre sont brutalement assassinés. En ce sens, nous appelons les militants, les amis, les défenseurs des travailleurs et les travailleurs, à dénoncer la répression actuelle et les meurtres résultant des conflits à la campagne.

Solidarité avec la famille d’Orlando et de Rodrigo.

Direction du MST – PB
Lutter
, construire la réforme agraire populaire !

Traduction : Raisa Inocêncio

Source : https://liberezlula.org/2018/12/note-de-la-direction-du-mouvement-des-sans-terre-du-paraiba-apres-lassassinat-de-deux-militants-dans-le-campement-jose-maria-pires-municipalite-dalhandra/



Nous appelons à la solidarité avec les paysans Sans terre du Brésil: une mafia locale du régime Bolsonaro menace d’expulser 450 familles qui vivent depuis 20 ans dans une région du Minas Gerais.

Nous, les familles du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans terre du Sud de Minais Gerais, du Quilombo Campo Grande, dénonçons l’agression fasciste perpétrée contre nos vingt années de lutte.

Après de nombreuses années, les familles disposent déjà d’infrastructures d’énergie électrique, de maisons construite par nos maçons, et produisent une grande diversité de produits agro-écologiques, tels que le café, de nombreuses variétés de maïs, haricots, légumes, fruits, bétail à graines biologiques, poulets, cochons, etc… Ces familles génèrent, avec leur travail, la souveraineté alimentaire, non seulement pour ceux qui produisent et vivent sur la terre, mais pour des milliers de personnes qui ont accès à une alimentation saine, sans poison et de qualité.

Les camps génèrent également une distribution des revenus. La terre, qui étaient aux mains d’un seul propriétaire, apporte désormais une vie digne à près de 450 familles de plus de 2 000 personnes qui rêvaient déjà de posséder la terre avec un décret de l’État.

Or, aujourd’hui, à travers un pacte juridique entre les grands propriétaires, députés du groupe des ruralistes et entreprises agroalimentaires de la région, s’organise un processus d’expulsion pour les familles qui vivent, luttent et résistent depuis 20 années.

Refusons cette expulsion !

Il y a deux mois, les familles étaient presque définitivement installées, elles peuvent à présent perdre tout ce qu’elles ont construit au fil des ans.

C’est l’un des plus anciens conflits agraires du pays.

Nous demandons à toutes les organisations, sympathisants, d’envoyer l’e-mail ci-dessous aux adresses suivantes:

bhe.vagraria@tjmg.jus.br  (personnel agraire)

contato@crdhsulmg.com.br  (entité qui suit l’affaire)

 

A l’attention du Docteur Walter Ziwicker Esbaille Junior,

Je vous écris à propos de l’action de reprise de possession n ° 0024.11.188.917-6 déposée le 17/06/2011, pour vous demander d’agir pour empêcher cette dépossession et cette expulsion, par conformité aux articles 22 à 20 de la DUDH garante des droits sociaux, du droit de travailler, le choix du travail. Les 450 familles, soit plus de 2000 personnes, occupent ces terres depuis plus de 20 ans, ont établi leurs maisons, leur production et la reproduction de la vie dans ce lieu.

Nous faisons appel à vous pour résoudre ce conflit et garantir le droit des familles à rester sur ces lieux

Nom / Organisation, Etat, pays, date

Nous sommes la résistance!

La lutte pour Adrianopolis est la lutte pour la démocratie !

 

Traduction : T.Deronne

URL de cet article : https://wp.me/p27hZR-wL



Alexandre Conceição, dirigeant du Mouvement des Travailleurs Sans Terre : « Nous n’avons pas peur de faire face à un gouvernement fasciste »

A moins d’une semaine d’une journée électorale mémorable pour l’Amérique latine, les mouvements sociaux brésiliens redoublent d’efforts pour empêcher qu’un projet ouvertement fasciste ne s’impose dans les urnes. Dans cette interview, Alexandre Conceição (photo), dirigeant national du Mouvement des Travailleurs Sans Terre, analyse les raisons du « phénomène Bolsonaro » et explique comment la plus grande organisation populaire du continent est prête à faire face à un éventuel gouvernement d’extrême droite: « Nous avons résisté aux coups, aux gouvernements dictatoriaux, gouvernements néolibéraux et nous résisterons sûrement à un gouvernement fasciste s’il accède au pouvoir. « 

Texte: Noda (par Lucio Garriga et Gerardo Szalkowicz)

– Comment se passe la campagne?

– Nous sommes dans une campagne très forte où les ennemis de la classe ouvrière et d’un continent libre d’Amérique latine sont ensemble dans la candidature fasciste de Bolsonaro. Le pouvoir économique, le pouvoir judiciaire et le pouvoir des médias le soutiennent ouvertement. Et maintenant, nous vivons également une cyberguerre via les réseaux sociaux, en particulier dans WhatsApp, une très forte campagne de mensonges contre nos candidats. Si nous pouvions nous débarrasser des réseaux sociaux pendant deux jours, Bolsonaro coulerait complètement, car il ne donne pas d’interviews et ne participe pas aux débats politiques, c’est sa stratégie.

Cette campagne instaure la haine et la violence en promettant que le gouvernement résoudra les problèmes de corruption. C’est la dimension de la candidature à laquelle nous devons faire face. Haddad après moins de 40 jours de campagne et partant de 4 points d’intention de vote, en compte maintenant près de 42 points, donc huit pour atteindre 50%. Ils essaient de faire de Bolsonaro un mythe, mais rien n’est mythique, c’est un monstre qui abandonnera la souveraineté nationale.

-Comment analysez-vous le « phénomène Bolsonaro »?

-Bolsonaro est la consolidation du coup d’Etat à travers une candidature fasciste basée sur une campagne qui promeut la haine, la violence et la misogynie. Son projet politique et économique est de livrer les richesses naturelles et la privatisation de tous nos biens et de toutes nos sociétés nationales. D’où son soutien aux capitaux étrangers, en particulier aux entreprises américaines.

Les églises évangéliques ont-elles influencé l’ascension de Bolsonaro?

-Les églises évangéliques font également partie de cet ensemble de forces réactionnaires, à travers leurs pasteurs qui ne pensent qu’en termes d’argent et non de religion. Ils ont joué un rôle très important contre la démocratie, pour la défense de « la famille », de la propriété privée et pour lutter contre la violence avec davantage de violence. Les églises évangéliques ont joué un rôle fondamental pour que le candidat fasciste continue de progresser, en particulier dans les quartiers pauvres. Mais il faut dire que ce n’est pas toute l’église évangélique, il y a beaucoup de pasteurs qui sont avec la démocratie et soutiennent Haddad.

Comment vous préparez-vous à un éventuel gouvernement de Bolsonaro, compte tenu de leurs menaces contre le mouvement des sans terre?

– La situation sera très difficile car ils encourageront davantage la violence à travers les milices, les attaques des médias et la criminalisation. Nous avons résisté aux coups, aux gouvernements dictatoriaux, aux gouvernements néolibéraux et certainement, nous résisterons à un gouvernement fasciste s’il accédera au pouvoir. Nous devons réadapter la sécurité et notre stratégie pour continuer à occuper des terres, mais également à produire des aliments tout en veillant à la protection de la vie, de l’environnement et des territoires de la réforme agraire. Nous espérons également avoir beaucoup de solidarité de la part de l’Amérique latine et du monde entier. Je me souviens du coup d’État au Honduras de 2009 et d’une chanson de résistance hondurienne qui disait « ils ont peur parce que nous n’avons pas peur ». Nous n’avons pas peur de faire face à un gouvernement fasciste.

Source : https://www.nodal.am/2018/10/brasil-entrevista-de-nodal-a-alexandre-conceicao-dirigente-nacional-del-movimiento-sin-tierra-no-tenemos-miedo-de-enfrentar-a-un-gobierno-fascista/

Traduction : Thierry Deronne

URL de cet article : https://wp.me/p27hZR-wG



Les Sans Terre du Brésil appuient la création de Terra TV

Participez à la création de Terra TV en faisant un don ! https://www.helloasso.com/associations/france-amerique-latine-comite-bordeaux-gironde/collectes/campagne-de-soutien-a-la-creation-de-terratv



POUR SOUTENIR LA CRÉATION DE TERRA TV, UNE TÉLÉVISION NOUVELLE PRODUITE PAR DES COLLECTIFS PAYSANS EN LUTTE POUR LA TERRE, ET UNE ÉCOLE DE FORMATION POUR LES MOUVEMENTS SOCIAUX

image-helloasso_1526544004012-4165e238dd1f4d93bcaeab94bb7461cb

Lien pour les dons : https://www.helloasso.com/associations/france-amerique-latine-comite-bordeaux-gironde/collectes/campagne-de-soutien-a-la-creation-de-terratv

Qui sommes-nous ?

Depuis 20 ans l’École Populaire et Latino-américaine de Cinéma, Télévision et Théâtre (EPLACITE) a formé des milliers de membres des mouvements sociaux d’Amérique Latine pour qu’ils puissent créer eux-mêmes leur image. Un vaste réseau s’est constitué, qui permet aujourd’hui de passer à nouvelle une étape : la création d’un nouveau média, Terra TV.

Pourquoi Terra TV ?

Notre objectif est de créer une télévision différente, horizontale qui sera un outil de formation, de diffusion et d’articulation des mouvements sociaux paysans et qui permettra de nouer un dialogue entre les expériences vécues dans un grand domaine occupé et mis en culture par les paysans sans terre du Brésil, dans une organisation paysanne de Colombie, une communauté indigène d’Amérique Centrale, une commune rurale du Venezuela et peu à peu avec des collectifs d’Europe, d’Afrique, du monde entier. Ces chroniques croisées, libérées de l’ »événementiel », donneront au spectateur la possibilité de découvrir l’image faite par les paysan(ne)s eux-mêmes. En tant qu’école audio-visuelle, Terra TV accompagnera d’autres collectifs dans la création de formes innovantes, non formatées.

Terra TV aura une triple fonction :

–          Diffuser l’image, et faire le suivi, de la vie quotidienne et du travail en profondeur des organisations paysannes et les traduire en portugais, espagnol, anglais ou français.

–          Mettre en ligne des modules de formation en réalisation audio-visuelle, en agroécologie, en Histoire, en économie, en philosophie, en pratiques socioculturelles, eux aussi, traduits en portugais, espagnol, anglais ou français, avec un suivi pédagogique pour les collectifs participant(e)s.

–          Organiser, articuler et nouer des solidarités internationales grâce au suivi des processus et à l’agenda des luttes. Toute organisation qui lutte pour la terre sous n’importe quelle latitude pourra afficher ses activités.

Comment soutenir la création de Terra TV ?

Nous faisons appel à vous pour financer l’équipe de ce nouveau média et pouvoir investir dans les outils adéquats. L’équipe sera constituée par :

–          2 monteur(se)s pour assembler les séquences envoyées par les mouvements sociaux et organiser quotidiennement la grille de la WebTV.

–          2 formateurs(trices) pour répondre aux  demandes de formation en ligne des mouvements, générer du contenu formatif adapté en poursuivant  le travail effectué depuis 20 ans par l’EPLACITE.

–          4 traducteurs(trices) pour traduire les productions audiovisuelles et les textes formatifs du portugais ou de l’espagnol au français/portugais/espagnol.

–          Un(e) Webmaster pour coordonner toute l’équipe, répondre aux courriers et maintenir la conception du site à jour. C’est donc un coordinateur et un graphiste en même temps.

–          1 ordinateur type Mac Pro pour le Webmaster + location du serveur.

Autres manières d’aider ce projet..

Si vous ne pouvez aider économiquement ce projet, vous pouvez aussi le soutenir en relayant l’information dans les réseaux sociaux, journaux, etc.…

Note : Les dons au profit de Terra TV vous donnent droit à une réduction d’impôt de l’ordre 66 % du montant versé.

Source et versions en anglais, portugais, espagnol de l’appel aux dons : https://www.helloasso.com/associations/france-amerique-latine-comite-bordeaux-gironde/collectes/campagne-de-soutien-a-la-creation-de-terratv




%d blogueurs aiment cette page :