mouvementsansterre


Le collectif, une autre idée de la révolution, par Florence Poznanski
L'art et l'alimentation au service de la révolution © Brooke PorterL’art et l’alimentation au service de la révolution © Brooke Porter

En ces temps de crise sanitaire et économique la place de l’humain prend une autre dimension. « Solidarité », « résilience », « prendre soin de l’autre », ces mots sont aujourd’hui sur toutes les bouches, y compris celles qui, il y a encore quelques mois, priorisaient davantage l’épanouissement individuel à celui du collectif. Si la perte des êtres chers et la préoccupation pour sa propre survie sont des traumatismes assez forts pour nous faire prendre conscience de l’indéfectible lien qui nous relie à la collectivité, cette solidarité ne peut être invoquée seulement par temps de crise, comme d’aucuns en appellent à l’intervention de l’État pour répondre aux problèmes économiques.

Cette crise doit nous interroger profondément sur notre relation au collectif, tant au niveau des politiques publiques et des services publics, qu’à l’échelle des organisations associatives ou locales auxquelles on peut appartenir. Penser le collectif, ce n’est pas mettre ensemble des individus, mais s’intéresser à ce qui les rassemble jusqu’à ce que le commun les transcende. En ce sens, les organisations (y compris celles qui mettent en avant l’humain et la collectivité) ont aussi un travail à mener pour sortir d’une approche parfois uniquement rationnelle et programmatique et la traduire dans la pratique quotidienne.

De retour d’un séjour de deux semaines avec les femmes militantes du mouvement des travailleurs et travailleuses sans terre (MST) au Brésil, je souhaite m’attarder ici sur la description de son organisation, comme une source d’inspiration mondiale à tous ceux qui s’intéressent aux moyens de transformer radicalement la société.

Le MST n’est pas le seul exemple. L’Amérique latine est pour nous ce terreau vivant d’expériences révolutionnaires comme celle des communes au Venezuela, des « caracoles » du mouvement zapatiste du Chiapas au Mexique, entre autres. Mondialement connu pour sa lutte pour la réforme agraire populaire comme fondement d’un projet politique révolutionnaire d’inspiration socialiste au Brésil, le MST est certainement le mouvement social le plus puissant d’Amérique latine, si ce n’est l’un des plus importants au monde. Il puise sa puissance dans une organisation exigeante et généreuse qui applique à tous ses niveaux la primauté du collectif et la valorisation du vivre ensemble.

Florence Poznanski, activiste, secrétaire nationale du Parti de Gauche/France Insoumise, Belo Horizonte – Brésil
@FLORENCEPOZ FLOR.POZNANSKI

Réforme agraire, graine de révolution

Le MST est un mouvement de paysans brésiliens qui luttent pour une réforme agraire populaire, c’est à dire l’abolition de la propriété privée et du latifundium et une distribution égalitaire de la terre comme source essentielle de travail et subsistance. Il naît des luttes paysannes de résistance au sortir de la dictature militaire à la fin des années 70 et s’inspire d’un vaste héritage de luttes, révoltes et victoires populaires éliminées de l’histoire officielle nationale comme la résistance des esclaves, des peuples autochtones ou les luttes des travailleurs pauvres contre l’oppression depuis l’époque de la colonisation. Son activité principale porte sur la mobilisation de plusieurs centaines de milliers de paysans pour l’occupation et l’organisation de campements de production agricole autonomes.

Dans son programme, la réforme agraire n’est pas qu’une politique publique à mettre en œuvre, mais la base d’un autre projet de civilisation qui inverse les rapports de pouvoir. Car posséder la terre, le territoire, c’est décider qui en sont exclus et qui pourront en tirer profit. Le MST se base ainsi sur une historiographie de l’organisation politique de la terre au fil des différents régimes latino-américains (colonies, républiques bourgeoises, dictatures) pour étudier les soulèvements populaires d’indépendance que le continent à connu.

Il construit son action nationale mais aussi internationale, dans le but de renforcer ces soulèvements populaires qu’ils soient locaux comme l’occupation d’une parcelle de terre improductive ou à l’échelle d’un pays comme substrat d’une révolution citoyenne. L’organisation collective est donc consubstantielle de son fondement, non seulement dans les principes du projet de société qu’il construit, mais aussi au quotidien. Pour cela, il se base sur une méthodologie d’organisation qui met en avant la formation militante, l’auto-organisation et une culture collective du vivre ensemble.

L’individu et le collectif

Il est facile de penser que le collectif serait l’annulation de l’individu. Il est plus approprié de dire que le collectif est l’annulation des privilèges qui éloignent l’individu du collectif. C’est à partir du moment où l’individu cesse de considérer l’annulation de ses privilèges comme une privation, mais bien comme une satisfaction de les mettre en commun, que sa place dans le collectif prend sens. Sa force ne dépend alors plus simplement de lui, mais de la richesse du collectif auquel il a lui-même contribué.

Parce que le mouvement doit en permanence compter sur son auto-organisation pour bâtir et entretenir ses équipements, organiser ses campements, cultiver et distribuer sa production agricole, élaborer et diffuser ses idées ou encore assurer sa sécurité, le partage des tâches au sein du collectif est essentiel. Elle commence à l’échelle des campements qui rassemblent chacun plusieurs centaines de personnes issues des classes les plus populaires : travailleurs agricoles exploités ou habitants des périphéries urbaines sans logement. On s’y organise pour construire son logement, planter la terre, éduquer les enfants, soigner les malades et défendre le campement sous la menace permanente des milices, de la police ou de la justice. Bien souvent l’État n’y assure qu’un rôle répressif ou n’offre que des services publics précaires. Le mouvement doit donc gérer l’organisation de A à Z d’une collectivité qui repose sur la participation de chacun et une exigeante discipline. Bien-sûr, cette organisation ne se fait pas sans difficultés ni conflits. Là encore c’est au niveau du collectif que les solutions sont à trouver, via de nombreuses réunions de délibération collective.

Une autre vision du pouvoir

Le campement du MST "Marielle Franco" près de São Paulo © Brooke PorterLe campement du MST « Marielle Franco » près de São Paulo © Brooke Porter

La construction de cette collectivité vise en fin de compte la naissance d’une autre forme de pouvoir : le pouvoir populaire. Un pouvoir qui ne s’exercerait plus par la domination mais par la mise en commun et le partage. Et l’organisation de ces collectifs en quête de toujours plus d’autonomie visent à substituer toute forme de domination ou de dépendance par une action collective : la domination du travail et la dépendance alimentaire par l’organisation de coopératives agricoles, la domination idéologique et culturelle par l’organisation militante.

Attaché à rétablir l’héritage de siècles de résistances populaires, il est une autre dépendance contemporaine à laquelle le MST s’applique aussi à s’émanciper c’est celle de notre propre corps. Cela commence par la promotion d’une vie saine sans pesticides avec sa capacité à alimenter le plus grand nombre avec ses produits issus de l’agroécologie1. Mais la réflexion va encore plus loin.

Alors que la société mondiale ne sait plus se soigner sans les médicaments de l’industrie pharmaceutique et que dans la plupart des pays comme le Brésil, la santé n’est pas un droit mais une marchandise, le MST s’applique à réintégrer la médecine populaire traditionnelle par les plantes. La formation des professionnels de santé est basée sur une réappropriation holistique du rapport aux besoins et aux carences du corps pour sortir du réflexe symptômes/médicaments. Sans pour autant rejeter la médecine conventionnelle, le travail des médecins populaires vise à assurer une santé de base gratuite au plus grand nombre et contribue aussi à montrer que la transformation des rapports sociaux passe aussi par la prise en compte collective de la santé corporelle et mentale des individus, dimension négligée par la plupart des organisations.

La place de l’humain et du symbolique

l'art et la culture dans les événements du MST © Brooke Porterl’art et la culture dans les événements du MST © Brooke Porter

Tout cette organisation prend du temps et ne s’achève en fin de compte jamais. Un temps qui n’est pas gâché, qui n’a pas moins d’importance que les moments de réflexion politique ou de débats de conjoncture, puisque c’est le temps de la réalisation, le temps de la vie. Cette approche est un des fondements de l’éducation populaire qui inscrit la formation du sujet politique dans sa propre trajectoire de vie. Organiser le mouvement est donc un accomplissement politique en soi. Et puisqu’il fait partie de la vie il est aussi traversé d’émotion, d’identification. Il ne faut pas penser uniquement à distribuer des tâches, mais aussi accorder le temps nécessaire dans l’organisation à l’expérience du vivre ensemble.

La célébration ne se vit pas en creux de l’action politique, dans les moments de temps libre informels, mais comme un des moteurs qui donnent du sens à cette action. Dans les activités du MST on chante, on joue de la musique, on récite des poésies, on peint et on crée. On y raconte les peurs des paysans, les tranche de vie des femmes face aux violences domestiques, on se rappelle des victoires des luttes passées, on rend hommage à ceux et celles qui sont tombées. L’art et la culture populaire prennent ainsi tout leur sens politique pour faire des valeurs scandées dans les mots d’ordre du mouvement quelque chose d’intime, de réel. Cet attachement s’insère aussi dans une stratégie politique claire de contrer la domination idéologique véhiculée par l’industrie culturelle de masse au service du capitalisme.

En alliant actions de transformations concrètes, valorisation de la vie par l’alimentation saine et le collectif et en utilisant l’art et la culture comme vecteur de mobilisation militante, l’action politique du MST a quelque chose de profondément transformateur ou bien tout simplement révolutionnaire.

Notes :

1Le MST est aujourd’hui le premier producteur de riz biologique au Brésil.

Source : https://blogs.mediapart.fr/florence-poznanski/blog/020520/le-collectif-une-autre-idee-de-la-revolution

URL de cet article : https://wp.me/p27hZR-yJ



MST : à la découverte d’un acampamento 2/6
terra rica1

» … Tout d’abord une explication sur les acampamentos et les assentamentos. Un acampamento est une occupation d’une grande propriété inexploitée pour tenter, à travers une démarche judiciaire, d’obtenir le droit de travailler cette terre : les procédures peuvent durer des années comme pour les parents de Valdir.
Un assentamento est l’installation officielle sur la terre après reconnaissance juridique de l’inexploitation de celle-ci par les anciens propriétaires…  »

terra rica5

/…/  » Valdir est un Sans Terre. Son histoire mérite d’être contée : Ses parents sont des paysans sans terre. Ils sont restés 7 ans sous des bâches, dans un acampamento, qui leur servait de lieu d’habitation. De l’âge de 9 ans à 16 ans il a grandi dans ces conditions. Un des soucis majeurs du Mouvement des Sans Terre (MST) est la formation des enfants et des jeunes. Valdir a pu en bénéficier. Mais dans quelles conditions ! Pendant 4 ans, tous les soirs, car il travaillait dans la journée, et par tous les temps, il faisait 160 kms AR en moto avec un copain pour suivre des cours dans le Mato Grosso… Leur souci ? ne pas rater le dernier passage à minuit du transbordeur qui assurait la liaison sur le fleuve Parana. Combien de fois, à cause des pluies, a-t-il du dormir dans les fourrés pour attendre la reprise des rotations à 6 h … heure de sa reprise de travail…. Aujourd’hui Valdir a une formation de comptable et il se rend dans les différents campements pour travailler à leur gestion./…/

Visite de l’acampamento du 8 mars dans le Parana
« … En route avec Jean et sa voiture,  vers l’acampamento, à une cinquantaine de kms de la Copavi, nous croisons des coupeurs de canne à sucre. C’est le choc.
Les grands propriétaires terriens, lorsque le temps de la coupe est venu, ne s’embarrassent pas : ils mettent le feu à des milliers d’hectares. Désastre écologique pour la flore mais aussi pour la faune prise au piège de ce brasier. Ainsi, il ne reste que la tige de la canne et ça procure un gain de temps….Au milieu donc de ce brûlis des coupeurs de canne engoncés de la tête au pied dans des chiffons par plus de 40% à l’ombre. Ils se protègent ainsi car tiges et feuilles sont coupantes comme un rasoir et lacèrent la peau. Ces hommes sont noirs de charbon et seul leur regard brille. Certains sont dans les champs, d’autres, épuisés, sur le bord de la route : regard hagard, sans vie. Jean et Valdir nous apprennent qu’ils travaillent au rendement et doivent couper plus de 10 tonnes par jour pour un salaire de misère. Esclaves et forçats des temps modernes, Jean nous dit que, tous les ans, il y en a qui meurent d’épuisement.

terra rica2

Leur espérance de vie est limitée : du temps de l’esclavage, un esclave pouvait vivre 20 ans au delà du début du travail. Aujourd’hui ces hommes ont une espérance de vie de 12 ans de travail ! J’essaie, sans conviction et abasourdi, de prendre des photos, mais de loin… Hier encore, nous étions dans le luxe à Porto Rico et nous-mêmes aujourd’hui dans l’insouciance de gens bien nantis…quelle détresse !… et que faire ?….

Notre arrivée à l’acampamento va finir de nous mettre mal à l’aise….!
L’acampamento du 8 mars (date de l’occupation, il y a quelques mois) ou encore appelé « Salvador Allende », à Terra Rica, comprend 300 familles ! Elles se sont installées suite à un constat d’improductivité : 1200 hectares sont inexploités depuis 20 ans. Peu après les premiers jours d’occupation, le propriétaire a sous-traité avec une usine de canne qui a planté des plants, voulant montrer ainsi que le terrain était en exploitation et que, donc, l’occupation était illégale. Le MST a immédiatement saccagé les champs pour couper court à cette menace (et c’est ce qu’on retenu les médias).

terra rica8

Valdir nous fait pénétrer dans le camp : en effet à l’entrée une barrière ferme l’accès. Elle est tenue par des femmes. Comme chacun ici, elles sont sur le qui-vive et exercent à tour de rôle une surveillance 24 h/24h.
Un peu plus tard, à l’arrière du camp, d’une position dominant les collines, une jeune fille de 15-16 ans exerce de son côté cette surveillance avec beaucoup de sérieux et d’application : je suis bouleversé de voir cette enfant prête à sonner le tocsin pour alerter les plus de mille personnes qui vivent ici … Pourquoi cette surveillance ? Peu de jours après l’occupation, des pistoleiros, hommes de mains de la fazenda ou de l’usine, sont venus attaquer le campement, de nuit, avec des armes à feu. Pendant 4 heures, jusqu’à l’aube, ils ont harcelés hommes, femmes et enfants qui avaient réussi à s’abriter dans un hangar de brique et de fer (et pas en bois heureusement). Seules trois personnes ont été blessées.
Nous entrons dans le campement. L’accueil d’Alex, avec son tee shirt rouge, est très chaleureux. C’est lui qui nous fait découvrir le camp : sur le terrain, des lots de 15 m par 15 m accueillent des centaines de cabanes. Ce sont des ossatures de bois, souvent de bambous, sur lesquelles sont tendues des bâches agricoles noires pour protéger de la pluie. Le tout est tenu par des cordes ou des fils de fer. Chacun gère son lopin comme il l’entend : certains plantent des fleurs à l’entrée, d’autres quelques légumes. Tout est propre. le sol de terre est balayé devant chaque masure.

terra rica3

Nous apprenons que lorsqu’un acampamento se met en place un « comité organisateur » distribue les tâches. Une des premières choses mises en place sera pour les enfants : visite du médecin qui deviendra hebdomadaire, création d’une pharmacie et mise en route de l’école.

Cette dernière est organisée en rotation : des cours le matin pour les uns, puis l’après midi pour les autres et enfin le soir pour les adultes. Les cours du jour concernent les 4 premières années de la scolarité enfantine; ensuite les jeunes se rendront à l’école du village voisin pour continuer leur cursus.

Un forage fournit de l’eau au camp et les services sociaux ont réussi à fournir l’électricité.
Les hommes vont dans les fazendas voisines pour trouver du travail comme journaliers en étant payés en nature par un « cesta basica », « panier de base » qui comprend nourriture, différents produits etc… Une grande parcelle du terrain occupé sera cultivée et le produit de la récolte est partagé entre tous.

terra rica6

J’ai les larmes aux yeux de voir à la fois tant de misère et tant de dignité. Ces personnes viennent des 4 coins du Parana pour pouvoir espérer avoir le droit de rester ici. Mais dans combien de temps ? Certaines occupations durent 8 ans dans ces conditions ! … et si le MST « gagne », seules 80 familles sur les 300 resteront ici, les autres devront poursuivre leur lutte ailleurs…. Je comprends un peu mieux ici la nécessaire solidarité, interne et entre les campements, pour ne pas sombrer d’une manière ou d’une autre…

terra rica7

Nous visiterons le camp, l’école, le hangar criblé de balles, le dispensaire, la petite épicerie…. dans chaque lieu des drapeaux rouges du MST, des photos posters, des épitaphes de Marx, du Che, de Jésus Christ, y compris jusque dans les classes primaires… « je suis sans terre, je suis sans terre, je sais, c’est l’identité la plus belle que j’ai gagnée ! »

Nous repartons de là, sonnés, et ce d’autant plus qu’à peine partis une pluie diluvienne se met à tomber avec un vent violent… des torrents d’eau et de boue nous font rouler au pas parce que nous ne pouvons pas nous arrêter….Nous pensons très fort à toutes ces personnes que nous venons de quitter : elles doivent s’organiser et lutter sans doute face à ce déluge… comment vivre dans de telles conditions… ? /…/ »

 

Source de cet article: https://kestenig.fr/mst-a-la-decouverte-dun-acampamento-2-6/



Présidentielles au Brésil. João Pedro Stedile du Mouvement des Sans Terre : « C’est une lutte de classe; on est avec le peuple ou contre lui »
3 octobre 2018, 11:10
Filed under: Analyse, Organisation, Transformation de l'État
Entretien avec João Pedro STEDILE – Brasil de Fato
Élire un président, des députés et des sénateurs qui s’engagent pour les intérêts des travailleurs est la principale façon pour ces derniers, d’essayer d’annuler les mesures qui affectent leurs droits de base que sont la santé, l’éducation, la sécurité. C’est l’analyse de João Pedro Stedile, de la direction du Mouvement des Travailleurs Ruraux sans terre (MST).
Dans une entrevue avec Brasil de Fato, il considère que d’annuler le vote ou de voter blanc n’est dans l’intérêt que de ceux qui désirent maintenir l’actuelle crise du pays.

João Pedro Stedile Foto: Rovena Rosa/Agência Brasil
Brasil de Fato : quelle est l’importance des prochaines élections ?
João Pedro Stédile : Les élections d’octobre ont une importance historique pour la classe ouvrière et le peuple dans son ensemble. Jamais auparavant, n’était apparue une situation aussi claire de lutte des classes. D’un côté, la bourgeoisie cherche à faire élire son président et ses parlementaires pour légitimer le coup d’État et, en même temps, continue à développer son plan machiavélique de faire porter tout le poids de la crise économique sur les épaules de la classe ouvrière. C’est ainsi qu’ils continuent à supprimer des droits aux travailleurs, suspendent la consolidation des lois du Travail (CLT), mettent les pensions en péril en s’appropriant les finances publiques qu’ils devraient utiliser pour financer les logements, la réforme agraire, la santé et l’éducation. Ils cherchent aussi à continuer à offrir nos richesses naturelles à leurs alliés : le capital étranger et le gouvernement des États-Unis.
De notre côté, c’est exactement le contraire : nous devons élire Fernando Haddad et un grand nombre de parlementaires pour en finir avec les mesures du coup d’ État institutionnel. Donc, le vote du peuple doit être un vote pour sa classe. Le peuple n’est pas arrivé à se mobiliser pour défendre le gouvernement de Dilma, et maintenant, affaibli par le chômage et les inégalités sociales, il n’a pas actuellement, la capacité de produire de grandes mobilisations. En conséquence, aujourd’hui, notre arme, c’est le vote. C’est pour cela que ce vote doit être un vote de classe. C’est seulement avec nos représentants que nous pourrons commencer à bâtir un nouveau projet pour le Brésil, en faveur du peuple, avec les réformes structurelles nécessaires.
Quel type de réformes ?
Nous devons commencer par l’économie, pour réindustrialiser le pays, garantir l’emploi et des revenus pour les salariés. De même, une réforme fiscale est importante en plus du contrôle des banques et des taux d’intérêt. Il est nécessaire aussi de réformer les moyens de communication, l’agriculture et l’éducation. Nous ne devons pas oublier non plus de convoquer à moyen terme, une assemblée constituante pour une profonde réforme du système politique et du pouvoir judiciaire.
Que doivent avoir à l’esprit les électeurs, au moment de choisir les députés et les sénateurs ?
En plus d’élire Haddad et des gouverneurs engagés avec les travailleurs, il est clair que nous devons être attentifs afin de garantir l’élection d’un grand nombre de parlementaires, à la Chambre et au Sénat, complètement engagés avec la classe ouvrière et avec un projet de changement pour le pays.
Je sais que dans tous les états, nous avons de très bon candidats de la classe ouvrière, des camarades expérimentés et des leaders populaires qui ont démontré leurs liens avec les travailleurs. Ce sont eux que nous devons élire. Des gens qui ont l’expérience de la lutte des classes. Des gens engagés avec leur classe, et non avec leurs intérêts personnels ou leurs médiocres vanités.
Le peuple doit savoir qui était avec nous dans les grèves, dans les occupations et dans les mobilisations de rue. Nous devons aussi dénoncer les candidats servant les seuls intérêts de la bourgeoisie et s’attaquant aux services publics.
Quel est le rôle du Congrès National pour un gouvernement fédéral qui a comme objectif central d’offrir la santé- et l’éducation publique de bonne qualité ?
Le prochain congrès devra être formé de parlementaires qui stimulent l’organisation et la mobilisation et utilisent leur mandat pour cela. La bataille entre les deux projets dont j’ai parlé aura lieu dans les rues. Le parlement n’est que le pale reflet de ce qui surviendra dans les rues. C’est pour cela que nous avons besoin de parlements de lutte, de mobilisation, avec courage et détermination pour expliquer au peuple que leur force n’est pas dans leur seule représentation légale mais dans leur force de mobilisation.
Le futur Congrès devra être un espace complémentaire pour un gouvernement populaire. Il devra aider à la convocation d’élections populaires pour révoquer toutes les mesures des putschistes. Il doit aider à supprimer la PEC55 qui limite les dépenses publiques dans les programmes de santé, d’éducation et de réforme agraire. Un parlementaire élu avec 200.000 votes, qui ensuite n’arrive pas à mobiliser 100 personnes pour défendre nos droits, Petrobras, Eletrobras, nos terres et nos ressources, ne sert à rien !
Comment la population peut elle contribuer à un Brésil plus juste à partir de 2019 ?
Nous devons expliquer à la population l’importance de ces élections. Le projet du pays pour les prochaines 4 années, sera décidé le 7 octobre et pour cela nous ne devons pas faiblir. Tout le monde ressent de la rage contre les politiciens de façon générique. Cela est dû au fait que la majorité des politiciens représentent les bourgeois ou eux mêmes ; ce sont les riches et les privilégiés qui s’accaparent le pouvoir du parlement pour faire vivre leurs intérêts de classe.
Même le journal « O Globo »* n’a cessé de critiquer les politiciens, mais seulement de façon générale ; il se garde bien d’en mentionner les coupables, les capitalistes, les bourgeois de manière à semer la confusion dans la tête du peuple.
Nous devons expliquer que les votes nuls ou blancs , lors de ces élections seront en faveur des putschistes, ce seront les votes de ceux qui ne veulent rien changer à la situation actuelle. Des votes aliénés, même s’ils disent qu’ils ne profiteront à personne.
Nous devons voter pour quelqu’un qui apporte le changement, pour renouveler le parlement, les gouvernements des États, et pour le candidat Haddad, nommé par Lula, seul capable d’affronter et vaincre les bourgeois putschistes.
La population a besoin de comprendre qu’elle votera pour le prix du gaz, pour la distribution des profits de Petrobras, de s’assurer qu’ils seront donnés pour l’éducation et non pour les actionnaires étrangers. Elle votera pour des moyens pour l’hôpital, elle votera pour une nouvelle politique de sécurité. La meilleure sécurité c’est l’emploi, les revenus et l’éducation pour tous. La police et l’armée ne résolvent rien. A Rio de Janeiro, les gens vivent au quotidien la répression violente et qui ne résout rien, dans leur chair.
La population votera si elle veut le contrôle social du Pouvoir Judiciaire, ou si elle veut que les magistrats continuent à gagner 30.000 Reals par mois (US$ 7.236), plus les primes pour le logement, l’habillement, les livres, des vacances de deux mois, alors que le peuple est sans le sou.
C’est pourquoi ces élections ne sont pas des batailles de partis ou de sigles. Ces derniers représentent peu de chose à l’heure actuelle. La bataille est de classes : à savoir qui est en faveur du peuple et des travailleurs, et qui est en faveur des putschistes, des bourgeois, des banques et du capital étranger
Quelles sont les tâches des militants dans la prochaine période ?
Bon, nous sommes au milieu de la lutte des classes radicalisée, et au milieu d’une énorme crise économique, sociale, environnementale et politique, cela signifie que la lutte sera longue pour pouvoir sortir de la crise dans les prochaines années avec des mesures de protection du peuple.
Pour cela, les militants doivent se retrousser les manches et s’investir corps et âme pour élire de bons gouverneurs, de parlementaires engagés et Haddad.
Après octobre, nous devons rester mobilisés et utilisant la méthodologie du Congrès du Peuple, continuer à réaliser des assemblées populaires dans tous les quartiers et municipalités convoquant le peuple pour qu’il discute d’un nouveau projet pour le pays. D’octobre à décembre, nous devons débattre de tous les changements à opérer, en économie, dans l’industrie, l’agriculture, dans l’organisation des villes, la santé, l’éducation, la réforme agraire etc. pour que le peuple présente ses propositions et qu’il, soit au clair sur ce qu’il est nécessaire de changer en premier et vite. Durant ces mois, nous devons faire une grande tournée nationale de débats dans toutes les organisations populaires.
Et là, nous devrons présenter les propositions pour les nouveaux élus, tant au niveau des États, qu’au niveau national. Ensuite, à partir de janvier 2019, avec Haddad nous devons débattre de nouvelles formes de participation populaire au gouvernement.
Maintenant, nous n’avons plus besoin de gouvernement pour le peuple et nous ne pourrons réussir à affronter la crise qu’avec un gouvernement qui soit avec le peuple. Et pour cela, nous devons organiser des mécanismes de participation populaire au gouvernement à travers des élections, référendums et consultations populaires, conseils de secteurs et grandes mobilisations de masse en défense des changements nécessaires.
La prochaine période verra beaucoup de luttes beaucoup de débats et de mobilisations. Le pire est passé, avec le coup d’état, maintenant nous devons stimuler le peuple pour qu’il aille voter, participer et construire un nouveau projet populaire pour le pays.
Traduction : Hélène Dubéros pour Amérique Latine Résistances | Révision : Wilma Jung
24 septembre 2018
Photo : Mídia Ninja
Note :
* « O Globo » : consortium brésilien conservateur de TV (TV Globo), radio (Radio Globo), presse (O Globo) et d’édition (Editora Globo). Il appuie le coup d’État militaire contre le gouvernement de João Goulart en 1964. De même, O Globo a soutenu la procédure de destitution de Dilma Rousseff.


Les organisations populaires proposent de renforcer le travail de base pour politiser les élections (Brasil de Fato)
8 janvier 2018, 3:01
Filed under: Appel à mobilisation, Lutte, Organisation, répression de l´Etat

« Construire un projet national avec le peuple  et pour le peuple. » C’est l’un des points centraux de la Déclaration politique de la 2ème Conférence nationale du Front Brésil Populaire, qui s’est déroulée ce week-end à l’École Nationale Florestan Fernandes (ENFF), dans la ville de Guararema, près de São Paulo. La réunion a rassemblé environ 350 militants de diverses organisations populaires dans le pays.

En parlant de la conjoncture politique nationale et internationale, le Front Brésil Populaire (FBP) souligne la nécessité de construire l’unité des forces démocratiques, en particulier face à «l’avancée de la restauration néolibérale». Un tel modèle de développement est guidé par les intérêts du marché et par la diminution de l’Etat, qui supprime les droits sociaux. « Ce qui est en jeu, c’est la souveraineté nationale et la restauration de la démocratie, nous n’épargnerons aucun effort pour contenir et mettre en échec la progression du programme néolibéral et réactionnaire à travers la lutte de masse », indique le communiqué.

La tenue du Congrès du Peuple brésilien, dans la première moitié de 2018, fait partie de cet objectif de construction collective d’un projet national, qui puisse influer y compris sur les élections de l’année prochaine. « Nous allons faire un grand effort de travail à la base en utilisant une méthodologie d’éducation populaire sur tout le territoire national qui culminera lors du Congrès du Peuple. Politiser le processus électoral autour de la nécessité d’un projet national et enraciner le Front Brésil Populaire sont les objectifs synthétiques du Congrès du Peuple. Ce sera certainement un processus de participation populaire riche qui impliquera des partis, des mouvements populaires, des intellectuels, des artistes, entre autres », explique le FBP.

Lire l’intégralité de la Déclaration politique de la 2e Conférence nationale du Front Brésil Populaire: https://www.brasildefato.com.br/2017/12/10/leia-a-declaracao-politica-da-2a-conferencia-nacional-da-frente-brasil-popular/

À São Paulo, les 9 et 10 décembre, lors de la 2e Conférence nationale du Front populaire, 350 militants de divers espaces organisationnels ont débattu de la crise brésilienne et mis à joour les tâches politiques des forces démocratiques et populaires.

Sur le plan international, la grave crise du système capitaliste, la décadence de la mondialisation néolibérale et le repositionnement de la Chine et de la Russie dans la géopolitique mondiale ont jeté les bases d’un cadre multipolaire du système des nations. L’impérialisme américain réagit à cette situation par sa politique d’exploitation des nations sous-développées, intervenant dans la souveraineté et la démocratie de ces pays, comme dans les exemples actuels du Venezuela et du Honduras.

C’est dans ce contexte que se situe la crise brésilienne. Le coup d’Etat soutenu par les forces réactionnaires a brisé l’ordre démocratique, favorisant l’application d’un programme de restauration du néolibéralisme. La situation est aggravée par l’augmentation du chômage et des inégalités sociales.

L’escalade de la violence, visant principalement les jeunes, la population noire, les LGBT et les femmes, amène le désespoir dans la population brésilienne. L’attaque contre l’autonomie des universités publiques par l’intervention de la police est un autre chapitre de cette nouvelle situation politique dans notre pays.

Les putschistes visent à réaligner le Brésil sur les intérêts géopolitiques des Etats-Unis, à recomposer les taux de profits des capitalistes, en détruisant les droits historiques de la classe ouvrière et en s’appropriant les ressources naturelles telles que le pétrole du pré-sal.

Ce n’est pas un hasard si cette conjonction de forces anti-nationales a déjà imposé le Projet d’Amendement constitutionnel (PEC) sur les dépenses budgétaires, qui prévoit une baisse drastique du budget des domaines clés pour le peuple comme la santé et l’éducation. L’approbation de la réforme du travail, les politiques de privatisation de Petrobrás et Eletrobras, ainsi que la destruction du parc industriel, démontrent que l’objectif est de démanteler l’État brésilien et de nuire à la souveraineté nationale.

Pour atteindre ses objectifs, le mouvement putschiste prévoit la rupture du pacte constitutionnel de 1988, jetant à la poubelle les droits sociaux, politiques et civils. Les acquis de civilisation, telles que le droit à la présomption d’innocence, le large droit de la défense et le droit à une procédure régulière sont brutalement attaqués. De cette manière, les bases d’un régime d’exception sont lancées. Pour inverser cette situation, les forces patriotiques, soutenues par un large mouvement de masse et un gouvernement démocratique et populaire, devront mener une lutte politique persistante capable de créer un rapport de forces favorables à la convocation opportune d’une Assemblée nationale constituante, qui construise de nouvelles institutions pour l’Etat,  qui rétablisse la démocratie et qui fasse avancer le projet national, démocratique et populaire.

Le Front Brésil Populaire comprend qu’en face de l’avancée de la restauration néolibérale, la construction de l’unité des forces démocratiques, nationales et populaires est une nécessité historique. Ce qui est en jeu, c’est la souveraineté nationale et le rétablissement de la démocratie. Nous n’épargnerons aucun effort pour contenir et contrecarrer l’avancée du programme néolibéral et réactionnaire à travers la lutte de masse.

Le Brésil traverse une crise de son destin qui ne sera résolue que lorsque nous avancerons dans la construction d’une stratégie de pouvoir autour d’un Projet de nation. Il s’agit de replacer le développement national et les réformes structurelles au centre de la lutte politique. Cela nécessite une force sociale de masse qui garantisse l’hégémonie des forces populaires. Par conséquent, il est fondamental que le Front Brésil Populaire continue d’accumuler des forces dans le débat sur le programme.

Un Projet national ne se construit pas avec des hégémonies. Le Front Brésil Populaire doit être un espace ouvert aux diverses contributions du camp démocratique et populaire. L’initiative de construire le Projet Brésil Populaire démontre que la première étape est de faire un effort pour synthétiser les apports existant déjà au sein des forces populaires. Reprendre le débat sur le projet national n’est pas seulement un exercice académique, mais une nécessité historique qui exige la connaissance des spécificités de la réalité brésilienne, la reprise de la lutte de masse et le débat avec le peuple brésilien.

Confronté à la nécessité de poursuivre la préparation du programme et de se préparer à la bataille électorale de 2018, le Front Brésil Populaire doit avoir plus d’enracinement social. Par conséquent, nous ferons un grand effort de travail de base en utilisant une méthodologie d’éducation populaire à travers le territoire national, qui culminera dans le Congrès du Peuple. Politiser le processus électoral autour de la nécessité d’un projet de nation et avancer dans l’enracinement du Front Brésil Populaire constituent les objectifs synthétiques du Congrès du Peuple. Ce sera certainement un processus de participation populaire riche, qui impliquera des partis, des mouvements populaires, des intellectuels, des artistes, entre autres.

Le Front Brésil Populaire estime que tout ce processus de participation populaire sera renforcé si nous pouvons garantir à Lula le droit d’être candidat à la présidence de la République. Défendre le droit de Lula à être candidat, c’est défendre la démocratie et faire un pas important vers la défaite du coup d’État. Les ennemis du peuple ne tolèrent pas le leadership de Lula et sont capables de tout pour éviter son retour à la présidence de la République. Par conséquent, nous n’excluons pas la farce du coup d’État dans le coup d’État par les secteurs réactionnaires du pouvoir judiciaire, par le parlementarisme ou le semi-présidentialisme.

Le succès de cette proposition passe donc par la défaite des conspirateurs du coup d’État dans les urnes et dans les rues. Le Front Brésil Populaire dialoguera, de manière unitaire, avec les candidatures du camp démocratique engagées sur ces objectifs.

Sans garantir la souveraineté nationale et sans restaurer la démocratie, une solution populaire à la crise brésilienne ne sera pas possible. La deuxième Conférence nationale du Front Brésil Populaire sait ce qui est en jeu en ce moment et apporte un message de lutte et d’espoir au peuple brésilien. Malgré la gravité de la crise, nous sommes sûrs que le Brésil peut retrouver son chemin. Notre peuple a la capacité de se battre et mérite de vivre dans un pays digne, souverain et démocratique.

Nous allons résister et nous allons gagner!

São Paulo, 10 décembre 2017

Édition: Camila Maciel

Source: https://www.brasildefato.com.br/2017/12/11/frente-brasil-popular-realizara-congreso-del-pueblo-brasileno-en-2018/

Traduction: Monica Passos

URL de cet article: https://wp.me/p27hZR-w3



Défis pour l’organisation populaire dans le monde entier, par Joao Pedro Estedile
imagesLors de divers échanges et réflexions entre nos mouvements, en analysant l’époque actuelle, nous sommes tombés d’accord sur le fait que nous assistons au déclin du capitalisme industriel –et des structures sociales qui en ont découlé –, devant l’hégémonie du capital financier et spéculatif, sur fond de crise structurelle financière, mais aux répercussions plus vastes puisqu’il s’agit d’un phénomène systémique.
Parallèlement à cette transformation, le capital, national et international, passe à l’offensive, cherchant par tous les moyens à s’approprier toutes les richesses de la nature (biodiversité, terres, eau, oxygène, etc.), principalement par le biais de l’industrie minière, des centrales hydroélectriques et nucléaires, qui provoquent de graves dégâts tels que la destruction des écorégions, le changement climatique, les expulsions, etc. ; et qui affectent également de façon directe la souveraineté des pays et des peuples.
C’est dans cette dynamique que s’inscrit la crise climatique caractérisée par les sécheresses, inondations, ouragans, incendies, pénurie d’eau et une myriade de problèmes qui détériorent les conditions de vie sur la planète, dont les premières victimes sont les populations les plus pauvres soit près de 3 mille millions de personnes dans le monde. Et simultanément se greffe la crise de l’énergie sur laquelle le modèle énergétique basé sur les combustibles fossiles s’est pratiquement effondré.
De plus, nous assistons à une crise alimentaire, car les sources de nourriture, bases de la vie et de la reproduction humaines, ont été commercialisées, standardisées et monopolisées par seulement 50 firmes transnationales dans le monde. Il en résulte que quelques 900 mille millions de personnes souffrent de la faim et que la sécurité alimentaire de tous les peuples se trouve menacée.
Dans le même ordre d’idées, nous sommes confrontés à la fois à l’augmentation de l’insécurité de l’emploi et au recul des droits des travailleurs. Tant et si bien que presque partout, le chômage augmente chaque année, surtout parmi les jeunes où il atteint les 50% dans certains pays.
Globalement, il s’agit d’une dynamique marquée par une concentration croissante de la propriété, des terres, richesses, villes, moyens de communication et instruments politiques, aux mains d’une minorité de capitalistes, qui ne dépasse pas 1% de la population mondiale : 737 compagnies, 80% du secteur financier et 147 firmes transnationales. Alors que 70% de la population mondiale détient seulement 2,9% des richesses.
De plus, n’oublions pas que les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés du G8, par le biais de l’Organisation Mondiale du Commerce contrôlent l’économie mondiale grâce au pouvoir du dollar, des accords de libre-échange (TLC’s). Ne perdons pas non plus de vue, qu’entre la machine de guerre et la maîtrise des médias, ils imposent leurs intérêts à l’humanité.
Et dans la mesure où, au niveau mondial, la puissance du monde de l’entreprise impose sa domination sur l’économie et les gouvernements, ceux-ci peuvent même se réunir, simplement pour ne rien décider, on note une dégradation flagrante de la démocratie et des formes de représentation, étant donné qu’elles ont cessé de répondre aux intérêts des citoyens. Ce processus est tout à fait évident dans les organismes internationaux, comme dans la plupart des pays où, bien que le système d’élections reste en place, le peuple n’a aucun droit de participation directe au pouvoir politique. En règle générale, les pouvoirs publiques n’accordent pas la priorité aux besoins des plus pauvres, ou alors appliquent des politiques compensatoires qui ne résolvent pas le problème de fond.
Par ailleurs, les guerres en cours sont stupides et inacceptables, en ce sens qu’elles se traduisent par la perte de millions de vies innocentes, dans le seul but de protéger les intérêts économiques, énergétiques, géopolitiques des pays impérialistes, qui, très souvent utilisent de faux prétextes ethniques, religieux ou de « lutte anti-terroriste ».
Dans ce scénario gravite le contrôle monopolistique des médias, non seulement par appât du gain mais pour exercer une domination idéologique sur les masses populaires. C’est par ce moyen que l’on prône et amplifie une culture mercantilisée, qui défend les fausses valeurs de la surconsommation, de l’égoïsme et de l’individualisme.
Et il est intéressant de remarquer que les secteurs universitaires et scientifiques ont été manipulés et utilisés à seules fins d’augmenter la productivité et les bénéfices du capital, sans tenir compte des besoins des peuples.

La nécessité de nous structurer

Pour faire face à cette réalité, nous devons reconnaître en premier lieu que nous nous trouvons devant une crise de projet alternatif, ce qui rend difficile la mise en oeuvre de processus d’unité et de programmes propres à modifier l’équilibre des forces. C’est un fait, malheureusement, les organisations populaires manquent encore de poids, et rencontrent de nombreuses difficultés pour mener leurs actions, car nous vivons une période historique de reflux des mouvements de masse.
De façon générale, les luttes sociales en sont encore à la phase de « protestations » et non à la structuration d’un projet de société englobant les travailleurs et les mouvements sociaux en s’appuyant sur la solidarité, l’égalité et tout particulièrement la justice, point essentiel s’il en est, car sans elle point de futur.A cet égard, nous tenons à évoquer le Rassemblement Mondial des Mouvements Populaires (EMMP), qui s’est tenu à Rome et au Vatican (27-29 octubre 2014), sous l’égide du Pape François [« Este encuentro de Movimientos Populares es un gran signo » – Papa Francisco [2014-10-28] en esp], en termes d’expérience positive qui a mis en évidence, une fois de plus, les impératifs d’organisation et de cohésion pour travailler à l’unité des travailleurs du monde entier, en toute autonomie vis à vis des Etats-gouvernements, partis politiques, religion et institutions analogues, sans pour autant rompre les relations ou interrompre le dialogue.

Pour les mêmes raisons, nous avons convenu de continuer à rassembler les secteurs les plus importants et diversifiés qui revendiquent les droits à la terre et à la souveraineté alimentaire, les droits au logement et les droits civiques en contexte urbain, les droits du travail, la fin des guerres génocides et le droit à la souveraineté des peuples, les droits de la nature et de l’environnement.
Cela devrait nous amener, par voie de conséquence, à affiner un programme qui tienne compte de la conclusion de l’EMMP : « la cause de tous les maux sociaux et environnementaux doit être recherchée dans la nature injuste et dégradante du système capitaliste qui place le profit au-dessus de l’être humain. L’énorme pouvoir des firmes transnationales qui prétendent tout absorber et privatiser -marchandises, services, pensée – est le premier instrumentiste de cette destruction» [« Declaración final Encuentro Mundial Movimientos Populares » – [2014-10-29] en esp].
En ce sens, le défi passe par l’élaboration d’un projet alternatif au capitalisme qui regroupe les forces des différents secteurs sociaux à l’échelle mondiale. Cela implique, bien sûr, une théorisation capable d’appréhender la réalité existante en lien avec les luttes sociales, car ce sont elles qui bâtissent et modifient l’équilibre du pouvoir dans la société ; et l’organicité entre les défenseurs du peuple.
Selon nous, cela renvoie à l’importance du travail de base et de la formation comme processus permanents, où se conjugue la relation pratique-théorique-pratique, qui se nourrissent mutuellement. Par conséquent, il ne peut y avoir de place pour l’activisme s’il ne reflète pas nos actes ni de théorie éloignée des luttes et pratiques quotidiennes. Après tout, les changements que nous désirons ne dépendent pas de nous autres, individus, mais de notre capacité en tant que classe ouvrière à nous organiser, nous battre et nous faire entendre. C’est pourquoi nous prenons l’engagement de créer des écoles de formation politique afin d’élever le niveau de sensibilisation de nos bases.
Un autre axe fondamental pour nos organisations et la coordination internationale vient du défi que nous devons relever face au pouvoir médiatique devenu médiateur des pouvoirs en place, devant l’érosion des partis politiques, et donc en soutien à l’ idéologie de nos sociétés gouvernées par les idées des pouvoirs hégémoniques.
C’est à dire que nous nous heurtons à un pouvoir médiatique très centralisé, tant au niveau mondial qu’à l’échelle nationale, qui tente de contrôler les idées, les désirs et l’opinion publique, ce qui en fait un instrument virtuel de répression idéologique contre toute lutte sociale. C’est pourquoi dans notre combat pour une vraie démocratie, où le peuple puisse réellement présider à sa propre destinée, nous exigeons, en premier lieu, la démocratisation des médias.
Dans cette optique il nous incombe donc de favoriser et soutenir nos propres médias et de les connecter en réseau, tout en rejoignant les médias alternatifs et populaires et la lutte pour la démocratisation de la communication afin de contrer l’hégémonie médiatique et culturelle.
– João Pedro Stedile est membre de la Coordination Nationale du MST et de la Vía Campesina Brésil. Membre du Conseil de l’ALAI.
Ce texte fait partie de la Revue Amérique Latine en Mouvement (Revista América Latina en Movimiento), No.500 de décembre 2014, sur le thème de « América Latina: Cuestiones de fondo» – [http://alainet.org/publica/500.phtml]
Traduit de l’espagnol pour El Correo par : Florence Olier-Robine
 Source:  http://alainet.org/active/79664


Le Venezuela signe avec le Mouvement des Sans Terre du Brésil un important accord
30 octobre 2014, 12:56
Filed under: Agro-écologie, Formation, Organisation, unité latino-américaine

Le vénézuélien Elías Jaua – ministre des communes et des mouvements sociaux et vice-Président pour le développement du socialisme territorial – vient de signer avec les brésiliens Alexandre Conceiçao – membre de la Direction Nationale du Mouvement des Travailleurs ruraux Sans Terre et Erivan Hilario dos Santos, Directeur de l’École Nationale de Formation Florestan Fernandes, un important accord, qui est l’aboutissement d’un double processus.

D’une part, au Venezuela, la montée en puissance du pouvoir citoyen comme base d’un futur État comunal – avec une demande croissante de formation de la part des nouveaux acteurs sociaux. D’autre part, au Brésil, le travail constant de l’université construite par les Sans Terre (photos) pour que les mouvements sociaux d’Amérique Latine disposent d’un espace permanent d’articulation, d’échange d’expériences et de formation permanente en philosophie, critique de l’économie politique, histoire, théorie de l’organisation politique, question agraire (réforme agraire, rôle de la paysannerie) et sociologie, sous la férule de professeurs volontaires venus du monde entier (1).enff3???????????????????????????????enff2Présenté par Elías Jaua comme “un accord pour la formation des communards, et pour l’organisation et la conscientisation d’un peuple qui lutte pour construire une société socialiste”, le texte porte sur trois objectifs communs :

  • La mise en place de stratégies de coopération en matière d’économie solidaire et communale, de développement local et d’économie sociale;
  • La coordination de stratégies intégrales pour la formation d’entreprises socio-productives;
  • La conception et la réalisation de programmes de formation en matière d’économie solidaire et communale, l’organisation d’entreprises de propriété sociale directe et indirecte au Venezuela.

Des formateurs, techniciens et spécialistes mettront au point ces projets de complémentarité productive, et organiseront des séminaires, ateliers, rencontres et conférences destinés aux mouvements sociaux et aux collectifs communards.

enff7L’accord signé ce 28 octobre 2014 en présence des étudiants latino-américains de l’école basée au sud du Brésil (photo) couronne aussi un itinéraire commun. En janvier 2003, Hugo Chavez, le premier, avait rompu le protocole d’un de ses voyages au Brésil pour aller écouter les paysans d’unasentamiento (unité de production agricole) installés sur un “latifundio” (grande propriété sous-exploitée) ensemencé aux cris de “occuper, résister, produire !” (2). En mai 2013, peu après son élection à la présidence du Venezuela, Nicolas Maduro avait fait une halte à Brasilia pour dialoguer et prendre note des propositions des mouvements sociaux de tout le pays (3).

Thierry Deronne, Caracas, le 29 octobre 2014.

Elías Jaua (à droite)- ministre des communes et des mouvements sociaux et vice-Président pour le développement du socialisme territorial - et  Erivan Hilario dos Santos (de face), Directeur de l’École Nationale de Formation Florestan Fernandes.

Elías Jaua et Alexandre Conceiçao, membre de la Direction Nationale du Mouvement des Travaileurs ruraux Sans Terre.

Notes

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-1Gn



(Photos :) Les Sans Terre en plein Congrès historique
Photo : Leonardo Melgarejo

Photos : Leonardo Melgarejo

agen!_015000 paysan(ne)s ont pris la route, aux quatre coins du Brésil pour rejoindre et organiser un immense campement à Brasilia.  Du 10 au 14 février, le plus grand mouvement social du Brésil fait le bilan de trente années de luttes en présence de deux cents invités internationaux. Ce sixième Congrès national du Mouvement des travailleurs ruraux Sans Terre (MST) s’est ouvert par une « mistica » (photos) où la poésie, la musique, le théâtre se rejoignent pour  réaffirmer la vision et la sensibilité du mouvement social.

140210_CongMST_88 140210_CongMST_81 140210_CongMST_83Premiers pas

En janvier 1984, ils étaient une centaine de syndicalistes, agriculteurs et religieux à se réunir dans la ville de Cascavel (état du Paraná). Convaincus que seule l’organisation des masses paupérisées mettrait fin à la concentration des terres et des richesses héritée de la colonisation, ils lançaient les bases du MST. Avec une revendication centrale: la redistribution des terres par une réforme agraire. Né au Sud du Brésil, le mouvement allait rapidement s’étendre. «Il en fallait du courage pour porter une casquette du MST», se rappelle Sival Lima de Jesus, membre fondateur du mouvement dans l’état de Sergipe, au Nord-Est du pays. En septembre 1985, Sival y appuyait la lutte de 350 familles de travailleurs ruraux occupant une propriété de 35 000 hectares, à 150 kilomètres de la capitale Aracaju. Poussées par la misère, les familles revendiquaient le droit de cultiver le terrain, laissé en friche par un fazendeiro, grand propriétaire local. La répression sera féroce. «Plusieurs fois, la police a détruit nos baraques, battu les occupants», souligne Sival. Frère laïc d’origine belge, Michel Dessy, dit Guido, amenait de la nourriture aux acampados durant les week ends. Un jour, un délégué de la Police Militaire lui intimait de quitter le campement. Guido refusait. Les policiers le tabassaient. «Si c’est ainsi que vous traitez le peuple, je reste», déclarait Guido à leur chef. Il ne quittera plus l’occupation. Le 28 juillet 1987, les Sans Terre sortaient victorieux du conflit. Ils fondaient l’assentamento dit Barra da Onça, le premier établissement agricole conquis par le MST dans la région. Leur vie en sera transformée: «A l’époque, je travaillais pour les fazendeiros, avec un salaire de misère. Aujourd’hui j’ai une terre à cultiver, de quoi manger, une maison, de l’eau, un frigo» témoigne l’agriculteur Caetano dos Santos.

Conquêtes… et questions

À travers le pays, les occupations se sont multipliées. En trois décennies, le MST a créé des milliers d’assentamentos, répartis sur 24 états de la Confédération brésilienne. 350 000 familles y ont conquis une vie digne. Une étude de l’Institut National de Colonisation et Réforme Agraire (INCRA) le confirme: pour les paysans, l’accès à la terre s’est accompagné, dans la majorité des cas, d’une élévation du patrimoine, du niveau d’éducation et d’accès aux services de santé [1].

Depuis quelques années, la dynamique semble pourtant s’essoufler. «Le MST est un des plus importants mouvements sociaux d’Amérique latine. Mais il traverse une phase délicate» observe Ricardo Antunes, professeur titulaire de sociologie à l’Université de Campinas (São Paulo). Alors que 186 000 familles Sans Terre attendent sous les bâches noires des acampamentos, la présidente Dilma Rousseff (PT, Parti des Travailleurs) n’a exproprié que 100 grandes propriétés en 2013, bénéficiant à peine 5000 familles. Ses priorités sont ailleurs: de 2002 à 2013, les exportations des multinationales de l’agronégoce sont passées de 25 à plus de 100 milliards de dollars. Alimentées par les crédits publics, les monocultures de canne-à-sucre, soja et eucalyptus s’étendent. La concentration des terres augmente.

Occupations en baisse

Si la réforme agraire est passée aux oubliettes, les programmes d’assistance et la croissance économique ont un peu soulagé le quotidien des plus pauvres. «Une partie de cette population va chercher un emploi en ville plutôt que lutter pour la terre», souligne Bernardo Mançano Fernandes, professeur de géographie à l’Université de São Paulo. Conséquence: depuis 2004, le nombre de nouvelles occupations est en baisse. Dans les assentamentos, la situation est aussi difficile: confrontés au désintérêt du gouvernement, les petits agriculteurs manquent d’infrastructures et de soutiens à la production. Confronté à un nouveau contexte, le MST doit revoir sa stratégie. Selon Ricardo Antunes, l’arrivée du Parti des Travailleurs (PT) au pouvoir, en 2003, l’a mis face à un dilemne: «Le PT a abandonné la réforme agraire. Mais une partie de la direction du MST hésite à se confronter directement à un parti qui était, historiquement, son allié.» Certains critiques vont plus loin: «Le MST a perdu son indépendance. Il n’arrive plus à mobiliser sa base pour affronter le gouvernement», affirme José Maria de Almeida, dirigeant de Conlutas, la combative centrale syndicale liée au Parti socialiste des travailleurs unifiés (PSTU).

Importance vitale

«Le MST est loin d’avoir arrêté la lutte» rétorque Gileno Damascena, membre de sa direction nationale. Le mouvement continue à lutter pied à pied contre les latifundistes, et son drapeau flotte encore sur près de 850 acampamentos. Mais «l’avancée de l’agronégoce le met face à trois défis, résume Bernardo Fernandes: développer ses assentamentos, pour qu’ils représentent une alternative aux périphéries urbaines; continuer les occupations; et maintenir son indépendance face au gouvernement.» À Brasilia, des milliers de Sans Terre mèneront le débat dès lundi. Et ne manqueront pas de faire résonner, jusque sous les fenêtres du Palais présidentiel, le mot d’ordre de leur sixième Congrès national: «Lutter, construire la réforme agraire populaire!»

“La réforme agraire se fera seulement avec de grandes mobilisations”

alexandre_AgenciaBrasil270612DSC_1830-001-e1357492112270Questions à Alexandre Conceição (photo), membre de la Coordination Nationale du MST.

Quels sont les enjeux du sixième Congrès national du MST ?

Nous allons réunir 10 à 15 000 paysans dans la capitale Brasilia, pour débattre notre stratégie dans une conjoncture politique difficile. Depuis la fin de la dictature militaire, Dilma Rousseff est la présidente qui a le moins redistribué de terres. Son gouvernement s’est allié à des représentants  des grands propriétaires terriens. Dans ce contexte, la base du MST commence à se rendre compte que ce n’est pas à une table de négociation que se fera  la réforme agraire, mais seulement par de grandes mobilisations.

Les mobilisations de juin 2013 jouent-elles un rôle dans ce contexte?

Les mobilisations de juin ont une grande importance historique. Elles ont été un cadeau de la jeunesse pour les travailleurs. Nous vivions un moment de descente des luttes sociales et la jeunesse a fait irruption dans les rues, revendiquant de meilleures conditions de vie. Nous allons inviter ces jeunes à notre Congrès et débattre avec eux des alliances à construire entre la ville et la campagne pour construire un nouveau pays.

Le Congrès du MST à Brasilia, février 2014.

Le Congrès du MST à Brasilia, février 2014.

Lors de son Congrès, le MST adoptera un nouveau Programme agraire. Quelles en sont les grandes lignes?

Notre pays est dominé par le capitalisme financier et les entreprises de l’agronégoce, qui produisent des monocultures pour le marché mondial à grand renfort de produits toxiques. Il n’y a pas de place pour la réforme agraire dans ce modèle économique, qui détruit la nature et expulse les paysans des campagnes. Nous devons lui opposer un contre-modèle: une Réforme Agraire Populaire qui redistribue les terres pour y produire des aliments sains destinés aux travailleurs brésiliens. Cette alternative créerait des emplois et des revenus dans les campagnes, impulsant un nouveau développement. Elle ne pourra être atteinte qu’à travers la lutte de la majorité de la population.

Repères…  

À la fin des années 70, des milliers de paysans appauvris occupent des terres au Sud du Brésil. Ces luttes sont appuyées par les militants de la Commission Pastorale des Terres (CPT), proches de la Théologie de la libération. Elles donneront naissance au MST en janvier 1984. Lors de son premier Congrès national (1985), le MST adopte le mot d’ordre «Occuper est la seule solution.» Sa revendication centrale: une réforme agraire mettant un point final à  la concentration des terres – 1% de propriétaires contrôlent près de 50% des terres, alors que près de quatre millions de paysans en sont dépourvus –  et améliorant les conditions de vie de la population. Sa méthode: l’organisation d’occupations (acampamentos) sur de grandes propriétés (latifundia) improductives ou acquises illégalement. S’appuyant sur la Constitution, le MST revendique leur expropriation en faveur de familles désireuses de les cultiver. Il se bat aussi pour une société «plus juste et fraternelle.» Le 17 avril 1996, 19 Sans Terre sont exécutés par la Police Militaire de l’Etat du Pará, près de la ville d’Eldorado de Carajás. La date marque aujourd’hui la Journée Internationale des luttes paysannes. Le mouvement ripostera para l’organisation d’une Marche pour l’emploi, la justice sociale et la réforme agraire. Après un périple de 1000 kilomètres, ses militants seront accueillis, le 17 avril 1997, par 100 000 personnes dans la capitale Brasilia. Une fois la terre conquise, les familles du MST y fondent une exploitation agricole (assentamento). Elles s’y fixent pour objectif de développer, sous la forme de coopératives, la production de cultures vivrières destinées au marché intérieur. La mise en place d’écoles et de postes de santé est une priorité. Le MST organise 1,5 million de personnes à travers le Brésil, dont près de 400 000 vivent dans des occupations.

Alexandre Conceiçao

Congrès à Brasilia, février 2014


[1] Incra, 2010: Pesquisa sobre a qualidade de vida, Produção e Renda nos Assentamentos da Reforma Agrária.
L’extraordinaire histoire du Mouvement des Travailleurs Sans Terre en photos : http://www.flickr.com//photos/106153364@N07/sets/72157636801339345/show/with/10405805044/
URL de cet article : http://wp.me/p27hZR-pW


En route vers un Congrès historique !

Sergippe

L e MST a été fondé en 1984. Trente ans plus tard, l’organisation prépare son sixième Congrès national, qui aura lieu du 10 au 14 février 2014 à Brasilia. Questions à José («Zê») Borges Sobrinho, agriculteur et dirigeant du MST à Sergipe.

Comment es-tu entré dans le MST?

J’ai milité dans un syndicat de travailleurs ruraux, puis dans le Mouvement des Chrétiens en milieu rural, avant d’entrer dans le MST. Je me suis identifié avec le MST en raison de mes origines: je suis fil d’une famille de paysans pauvres, sans terre. Mais aussi parce que le MST est un mouvement qui prône la lutte pour les droits des travailleurs plutôt que l’assistencialisme.

Quel est le rôle d’un Congrès du MST?

Le Congrès national est la plus importante instance du mouvement: elle réunit l’ensemble des militant-e-s du pays pour définr les lignes stratégiques de notre lutte. Notre dernier Congrès, en 2007, a rassemblé 15 000 Sans Terre.

Il aura lieu dans un contexte difficile…

En 30 ans de lutte, le MST a permis à 400 000 familles de vivre dignement en travaillant la terre. C’est une grande avancée. Le modèle d’agriculture que nous défendons crée 70% des emplois

dans le secteur agricole, et produit la majeure partie de la nourriture consommée dans le pays. La réforme agraire représente une vraie alternative de développement pour des millions de familles à la campagne.

Aujourd’hui, les grands propriétaires et les multinationales de l’agro-business concentrent toujours plus de terres. Cela nous a affaibli. En termes de distribution des terres, 2013 sera une des pires années depuis la fin de la dictature militaire (1984). Les difficultés ne se limitent pas au MST: nous traversons une période de descente des luttes sociales depuis l’entrée au gouvernement du Parti des Travailleurs (PT) en 2003.

Comment expliquer ce paradoxe?

La base du MST a voté pour les candidats du PT à la présidence, Lula puis Dilma Rousseff. Nous estimons qu’il s’agit d’un moindre mal face à la droite, très répressive. Mais, en 10 ans de gouvernement, le PT a oublié la réforme agraire et favorisé l’agro-business. Pour remédier à la situation, nous devons renforcer notre lutte. Aucun politicien ne va résoudre notre problème.

Quelle est la situation à Sergipe?

Ce contexte touche tout le pays. À Sergipe, nous avons eu une avancée importante dans la région semi-aride du Sertão. Un accord avec le gouvernemnent de l’Etat (Marcelo Déda, PT) a permis l’acquisition et la redistribution de grandes propriétés improductives pour 1200 familles Sans Terre. Dans les autres régions de l’Etat, il est toujours plus difficile pour les petits de gagner un bout de terre.

Comment améliorer cette situation?

Nous devons renforcer notre capacité de lutte, qui a perdu du punch ces dernières années face au gouvernement. Ce sont le nombre et l’organisation qui font notre force. Sans la pression populaire, c’est le pouvoir politique et financier des entreprises et des grands propriétaires qui impose ses priorités au gouvernement. Nous devons préparer et former notre direction, nos militant-e-s, notre base à un nouveau cycle de luttes.



Les « Sem Terrinha » en action…

Les 18-19 septembre 2013, première rencontre des « Sem Terrinha »  – enfants des familles sans terre – du campement Maria Lindaura (450 familles, région Nord de Sergipe). 150 enfants ont participé aux activités: ludiques (théâtre, bibliothèque, foot bien sûr) mais aussi éducatives – dans le contexte de campements sans eau, électricité, système d’égoût et de fosses septiques, les questions d’éducation en santé sont primordiales pour éviter les maladies qui guettent les familles et leurs enfants. Les parents étaient aussi présents. Et une participation spéciale pour nous: notre « Sem Terrinha » Nilo, déchaîné…

Nini-semterrinha

1380408_640457332685751_1905782753_n 1384141_640459256018892_911600590_n 966365_640457299352421_823861765_o 1410858_640456442685840_1064387304_o



« Sans assemblée constituante, la crise politique se prolongera »
Joao Pedro Stedile, membre de la coordination nationale du Mouvement des Travailleurs Sans Terre du Brésil (MST)

Joao Pedro Stedile, membre de la coordination nationale du Mouvement des Travailleurs Sans Terre du Brésil (MST)

Pour João Pedro Stedile, la présidente Dilma Roussef est politiquement vaincue et son avenir dépend maintenant beaucoup du courage dont elle fera preuve.  Quoi qu’il en soit la mobilisation populaire pour la réforme politique et les acquis sociaux devrait se poursuivre, afin « d’arracher » une constituante, unique moyen de parvenir aux réformes nécessaires.

par Nilton Viana, de la rédaction de  » Brasil de Fato », 23/07/2013.

Traduction du portugais : Frédéric Wilbaux

En Juin, lors des manifestations qui ont secoué le pays, le journal « Brasil de Fato » a publié une entrevue avec João Pedro Stedile (1), dirigeant national du « mouvement des paysans sans terre » (MST) et organisateur des mouvements sociaux brésiliens pour le changement social, afin de tirer un premier bilan et de comprendre l’importance de ce moment.

Aujourd’hui, plus d’un mois après ce moment historique, et suite à la journée de grève nationale organisée par les centrales syndicales et les mouvements sociaux, nous publions notre entrevue avec Stedile.

Le dirigeant pense que toute possibilité de changement politique par le Congrès actuel est morte et enterrée. Et il est catégorique: « si nous n’allons pas vers une constituante, nous verrons se prolonger une crise politique dont personne ne peut mesurer les conséquences. »

Brasil de Fato – Un mois après les grandes mobilisations et la grève générale du 11 Juillet, quel est votre bilan?

João Pedro Stedile – Le résultat des grandes mobilisations de juin est extrêmement  positif. La jeunesse a remis en question la politique institutionnelle et rompu avec l’apathie  de la politique de conciliation de classes,  il semblerait que tout le monde y ait gagné.

Puis nous avons eu la grève générale du 11 juillet – organisée par les syndicats et les organisations de la classe ouvrière- qui, malgré la manipulation de la presse bourgeoise, fut vraiment un succès.

La plupart des travailleurs des grands centres urbains du pays ne sont pas allés au travail.

Il s’en est suivi, dans beaucoup de villes, des mobilisations massives contre l’arrogance de la police, contre les administrations locales, comme dans les cas de Rio de Janeiro, Vitória, Porto Alegre, etc…

Tout cela fédère les masses en mouvement, les amenant à agir dans la lutte politique concrète et à utiliser la rue comme espace de revendication.

Brasil de Fato – Quel est la signification de tout cela d’un point de vue programmatique?

João Pedro Stedile – Du point de vue programmatique, nous assistons à la combinaison de deux pôles : d’un côté, la jeunesse contestant la façon de faire de la politique, le manque de représentation au Congrès, le pouvoir judiciaire et le gouvernement; dénonçant la gravité de la crise urbaine, de la situation des transports et de la vie dans les cités. Non sans critiquer la dictature médiatique de « Rede Globo » et en réclamant la démocratisation des médias.

9269772100_278a093770_z

D’un autre côté, avec l’entrée en scène des secteurs organisés de la classe ouvrière, des exigences en matière de réformes structurelles ont été misés à l’ordre du jour, en relation avec les besoins socio-économiques de toute la population.

Comment les droits sociaux sont-ils garantis ? Quid de la loi de sous-traitance, de la précarisation des conditions de travail, de la réduction du temps de travail et de la sécurité ? Sont également à l’ordre du jour : la souveraineté nationale contre les ventes de pétrole, l’agenda de politique économique, la lutte contre les taux d’intérêts élevés, une réforme fiscale qui réexamine également la politique d’excédent primaire qui a été appliquée depuis le gouvernement Cardoso.

Brasil de Fato – Pourquoi la proposition de la Présidente Dilma d’organiser une constituante et un référendum populaire ne rencontre-t-elle pas le succès?

João Pedro Stedile – Dès les premiers clameurs de la rue, la Présidente Dilma a fait la proposition d’organiser une Assemblée constituante et un référendum afin de consulter la population à propos ce ces mouvements. C’était une bonne initiative, mis à part que le référendum proposé était lié à des petits changements électoraux et non à une réforme politique majeure. Mais même ainsi, aussi incroyable que cela puisse paraître, elle a été boycottée et vaincue.

D’abord par sa base parlementaire, qui n’est pas vraiment sa base gouvernementale mais la base des entreprises qui ont financé ses campagnes. Deuxièmement, elle a été boycottée par le PMDB, parti social-démocrate et membre de l’Internationale Socialiste (Partido do Movimento Democrático Brasileiro) et par une partie de son propre parti, le PT (Partido dos Trabalhadores).

Ainsi, la moindre marge de manœuvre au travers de l’actuel Congrès a été définitivement balayée. La preuve que personne n’est prêt à procéder à des coupes dans ses propres privilèges. Pire. Au milieu de toute cette mobilisation, les principaux représentants des pouvoirs constitués se sont comportés avec mépris face aux revendications des rues, avec l’usage de jets des forces armées pour se rendre à des fêtes et aux jeux de la sélection ; les coups tordus du président du Tribunal Suprême avec ses petits négoces, sa promiscuité avec la « Rede Globo », le travail fictif d’un de ses fils qui a touché  plus de 500 mille dollars sans travailler à l’Université d’Etat de Rio de Janeiro (UERJ)…

Tout cela a laissé la présidente politiquement vaincue. Je pense que son avenir dépend maintenant beaucoup du courage dont elle fera preuve.

Tout d’abord, elle devrait remplacer immédiatement différents ministres dans le domaine des affaires civiles, de la justice et de la communication; ceux qui n’ont pas encore écouté la rue… Elle doit donner une preuve qu’elle veut du changement.. Et s’éloigner le plus rapidement possible du PMDB en montrant qu’elle entend et suit le mouvement de contestation.

Brasil de Fato – Comment voyez-vous le comportement et les objectifs de la bourgeoisie brésilienne face à ces manifestations ?

João Pedro Stedile – Les secteurs organisés de la bourgeoisie brésilienne, qui représentent diverses mouvances, sont restés relativement atones durant les manifestations, sans savoir quoi faire et tâtonnant dans leurs tactiques. Même la position de « Globo » alternait quant aux interventions de la police militaire. Ils continuent a être divisés.

Une partie continue d’appuyer le gouvernement de Dilma, bien qu’ils auraient préféré que Lula revienne pour donner davantage de sécurité au pacte de classes institué en 2002. L’autre partie de la bourgeoisie, plus liée aux secteurs de l’agro-alimentaire et du capital financier, se retrouve autour d’un seul objectif : décrédibiliser au maximum le gouvernement Dilma pour en recueillir les fruits aux élections de 2014. Toutefois, ils n’ont pas encore le candidat qui puisse défendre leurs intérêts tout en surfant sur le désir de changement de la rue.

Ils ne sont pas le mouvement : ils sont la régression; le retour aux programmes néo-libéraux et une plus grande dépendance du Brésil aux intérêts étrangers.

Ils vont continuer à essayer de motiver la jeunesse sur des thèmes réactionnaires ou encore utiliser le 7 septembre pour l’exaltation de la patrie, comme ils l’ont fait par le passé. Mais heureusement pour nous, je pense qu’« ils passent mal en photo », comme dit le dicton;  la jeunesse n’est pas dupe. L’entrée en scène de la classe ouvrière a placé la question de la lutte des classes dans la rue.

Brasil de Fato – Qu’est-ce qui pourrait arriver dans les rues à l’avenir?

João Pedro Stedile – La suite est difficile à prévoir. Il est certain que les mobilisations vont continuer. Parfois de manière ponctuelle contre des questions locales, comme le cas du gouverneur de Rio de Janeiro, les péages de Vitória, la lutte pour le tarif zéro du transport public, qui ont déjà commencé… Et les secteurs organisés de la classe ouvrière ont déjà programmé diverses mobilisations durant tout le mois d’août.

le 6 août, se tiendront des manifestations syndicales face au patronat, contre le projet de sous-traitance et pour la réduction du temps de travail.

la semaine du 12 août, auront lieu des mobilisations estudiantines, sur des thèmes relatifs à l’éducation.

le 30 août aura lieu une nouvelle grève générale avec le même ordre du jour politique et économique que lors de la grève du 11 juillet dernier.

Je suis sûr que cette grève sera encore plus importante.

– puis, la semaine du 7 septembre, il y aura des mobilisations contre les enchères du pétrole, de l’énergie électrique, ainsi que les mobilisations du  » cri des exclus » soutenues par les églises pastorales… Etc…  Bref, nous aurons un mois d’août très actif. Mais le principal, c’est que nous considérons que s’est ouverte une nouvelle période historique de mobilisation de masse, qui sera longue… jusqu’à ce que le rapport de forces dans les institutions politiques se modifie.

Brasil de Fato – Et quelle est la proposition des mouvements sociaux face à cette situation ?

João Pedro Stedile – Face a cette situation, les mouvements sociaux se sont beaucoup concertés, tenant des assemblées plénières locales, régionales et nationales afin de consolider l’unité. Nous pensons que nous devons stimuler différents types de mobilisation de masse dans les rues, comme j’ai déjà décrit par rapport au mois d’août.

Et d’un autre côté, l’unique issue politique à court terme est que nous luttions pour convoquer une assemblée constituante exclusive afin de promouvoir les réformes politiques qui ouvriront un espace aux nécessaires réformes structurelles.

Comme le congrès ne veut pas d’une constituante et contredit le gouvernement, ce sont les forces populaires qui se mobilisent et réclament un référendum pour poser une seule question : jugez-vous nécessaire une Assemblée Constituante pour réaliser les réformes?

Et avec ce référendum organisé par nous-mêmes, le but est de récolter des millions de votes, par exemple entre septembre et novembre, puis de faire une grande marche sur Brasilia et remettre au Parlement une proposition : organiser la convocation de l’assemblée constituante en même temps que les élections de 2014.

Nous aurions dès lors un Congrès temporaire, en affaires courantes, puis une autre constituante qui se tiendrait par exemple durant six mois (durant le premier semestre 2015) afin de promouvoir les réformes exigées par la rue.

Le 5 août prochain, nous allons tenir une réunion nationale de tous les mouvements sociaux brésiliens pour discuter de cela et aussi d’autres propositions. J’espère que les dirigeants qui par hasard liront cette entrevue, seront motivés pour participer à cette importante session qui se tiendra à São Paulo.

Brasil de Fato – Pensez-vous que cette proposition tient la route politiquement parlant ?

João Pedro Stedile – En ce moment, nous effectuons de nombreuses consultations entre mouvements sociaux, partis politiques, forces populaires : la convergence est assez générale.

Si nous parvenons à organiser un référendum populaire et à recueillir des millions de voix, nous serons en force pour trouver une sortie politique. Si nous ne parvenons pas à réunir une assemblée constituante, par contre, nous entrerions dans une longue crise politique dont nous ne pouvons mesurer les conséquences. Car ce ne sont les élections de 2014 qui résoudront les impasses qui ont jeté la population dans la rue.

9267301008_56d6f9c209_z9217550142_099b85e702_z

Note:

(1) Lire « Celui qui veut rester en dehors, sortira de l’histoire« , https://mouvementsansterre.wordpress.com/2013/06/25/joao-pedro-stedile-coordinateur-du-mouvement-des-sans-terre-du-bresil-celui-qui-veut-rester-en-dehors-sortira-de-lhistoire/

Photo : Pablo Vergara

Source : http://www.mst.org.br/Stedile-%E2%80%9CSe-n%C3%A3o-viabilizarmos-uma-constituinte-entraremos-numa-crise-pol%C3%ADtica-prolongada%E2%80%9D

Pour soutenir concrètement le Mouvement des Travailleurs Sans Terre, on peut écrire à Lucas Tinti, prointer@mst.org.br




%d blogueurs aiment cette page :