mouvementsansterre


« Etudier, sourire et lutter » par Wesley Lima (site du MST)

Par Wesley Lima
Du site du MST

Cours dans une école itinérante à Nova Santa Rita (RS). Photo : Leonardo Melgarejo

Une éducation faite par le peuple, pour le peuple, avec le peuple. Telle est la synthèse de la méthode pédagogique adoptée dans les écoles publiques rurales situées dans les campements et dans les unités productives du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans terre du Brésil, du nord au sud du territoire.

Ce processus connecte la réalité vécue dans les campagnes avec la scolarisation et la lutte pour la terre: les enfants, jeunes et adultes, hommes et femmes, font de la connaissance scientifique une clef pour lire leur réalité et pour, de manière critique, penser les actions collectives qui peuvent l’améliorer.

Cette méthode, pensée pour dialoguer avec les différentes réalités de notre territoire national, n’est pas unique dans sa pratique, mais possède des principes importants.

La formatrice populaire et militante des Sans Terre Estado do Ceará, ​Maria de Jesus, explique qu’il n’existe pas de distinction entre étudier et lutter, parce que ces deux activités font partie de la construction du sujet. “Ce processus de participation dans la lutte sociale, dans la lutte des classes, éduque. Et l’éducation en zone rurale vient réaffirmer la permanence de ses sujets, avec dignité, avec un projet rural opposé au projet du capital”.

Pour la formatrice populaire et militante des Sans Terre dans l’état du Ceará, ​Maria de Jesus, “il n’y a pas de distinction entre étudier et lutter”. Photo: Aline Oliveira

Pour elle, l’éducation en zone rurale est pensée contre l’hégémonie de l’agrobusiness et a pour objectif de fortifier l’agriculture paysanne basée sur l’agroécologie: “dans ce contexte, l’éducation rurale est émancipatrice. Non seulement elle forme les sujets ruraux mais elle valorise leurs dimensions culturelles, leurs luttes, leurs mémoires. C’est une éducation en mouvement. C’est une éducation en lutte permanente”.

Connaissance et lutte collective

Parce qu’elle dialogue sur ces thèmes et unifie la connaissance en tant que synthèse du technique et du politique, la militante du secteur de l’éducation dans l’état de Pernambouc, Rubneuza de Souza, souligne aussi que le développement des potentialités humaines est une “praxis”. De telle sorte qu’“en développant le travail on pense sur ce qu’on fait. Nos méthodologies en rendent compte”.

Nous prenons l’éducation comme processus de formation humaine : en plus de l’éducation populaire, les gens créent la base d’une pédagogie socialiste, qui fait de l’éducation une combinaison d’éducation et d’instruction, où la vie, le travail, la lutte, font partie de la construction de ce qu’on appelle la connaissance” explique Souza.

Par ailleurs Jésus souligne que la connaissance, en tant que fondement de la formation humaine, doit être construite à partir de matrices. La première d’entre elles est l’Histoire, suivie de la dimension culturelle, l’organisation collective et le travail. Les processus éducatifs doivent se penser à travers ces quatre processus.

A propos du travail dans les relations éducatives, Jésus explique aussi qu’il est le facteur créateur, recréateur et transformateur du processus d’humanisation et d’organisation de la lutte sur le terrain. L’objectif est d’être un instrument de résistance à l’offensive du capital dans les zones rurales qui s’exprime aussi dans l’agro-industrie et dans ses rapports d’exploitation.

Agroécologie et éducation

Etudiant(e)s à l’oeuvre dans un potager collectif dans l’extrême sud de l’état de Bahia. Photo: MST

Pour avancer dans cette dimension du travail sans perdre de vue les besoins du lieu où l’école rurale s’insère, il est nécessaire de penser à cette école et d’organiser son programme scolaire à partir de la réalité du terrain.

Les expériences qui marquent la lutte pour l’intégration d’une série de thèmes, comme l’agroécologie, en tant que matière enseignée dans les écoles rurales, se trouvent dans l’État de Bahia. Aujourd’hui, dans les régions du Sud-Ouest et de l’Extrême-Sud, ce sujet figure dans les programmes scolaires des centres de formation et des écoles publiques, qui travaillent avec les enfants.

Dans l’extrême sud de Bahia, les expériences construites à partir de la lutte commune se sont concrétisées dans la municipalité d’Alcobaça. La première étape a été de proposer à la municipalité la discipline de l’agroécologie comme composante du programme d’études dans les écoles rurales. Puis, en partenariat avec le syndicat des enseignants, il a été possible de se mobiliser pour faire approuver cette matière au sein du conseil municipal. C’était la première localité de cet état à intégrer l’agroécologie dans son programme d’enseignement public municipal.

Dans une interview pour la page web du MST, accordée en novembre 2018, Dionara Ribeiro, de la coordination pédagogique de l’École Populaire d’Agroécologie et d’Agroforesterie Egídio Brunetto (EPAAEB), explique que le point central de cette réalisation fut le  » zèle  » dans la construction collective.

« Tou(te)s les éducateur(trice)s qui ont participé à ce travail ont joué un rôle fondamental, tant dans la pratique pédagogique qu’ils ont construite dans chaque école que dans la participation, le questionnement et la réflexion menés dans chaque cours et chaque séminaire » souligne-t-elle.

La définition du collectif scolaire, composé d’éducateurs et de la coordination des écoles rurales de la région, était que la discipline de l’agroécologie serait travaillée de manière interdisciplinaire, ce qui nécessitait un travail collectif entre enseignants, une restructuration organisationnelle dans de nombreuses écoles pour la réalisation de la planification. Grâce à quoi la municipalité de Santa Cruz Cabrália, située dans la même région, a inséré la discipline agroécologique dans ses cours.

Fermer une école est un crime

Cependant, malgré la reconnaissance et les récompenses accordées à ce vaste processus éducatif, l’enseignement dans les campagnes est en danger à l’heure actuelle. La fermeture des écoles est une réalité dans les campagnes brésiliennes.

Selon une enquête de l’Université fédérale de São Carlos (UFSCar), entre 2002 et le premier semestre 2017, environ 30 000 écoles rurales du pays ont cessé de fonctionner. Aujourd’hui, le Mouvement des Sans Terre, par exemple, compte plus de 2 000 écoles publiques construites dans des campements et des unités productives, et a subi plusieurs attaques de démantèlement de ces écoles.

Un certain nombre de problèmes se posent dans les écoles rurales, qui vont du retard ou du non-paiement des salaires du personnel à l’absence totale d’infrastructures. La solution que donnent les municipalités est le départ des enfants, des jeunes et des adultes de la campagne pour étudier en ville.

C’est dans cet esprit que Jésus explique que la lutte du MST contre la fermeture des écoles et pour un projet politique et pédagogique qui dialogue avec la réalité rurale est une lutte permanente. « Nous refusons de quitter la campagne pour étudier dans la ville où notre réalité paysanne n’est pas approfondie”, dénonce-t-il.

Dans ce contexte, le Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre a lancé en 2011 la Campagne nationale contre la fermeture des écoles rurales, qui vise à promouvoir le débat sur l’éducation rurale avec la société dans son ensemble, à articuler différents secteurs contre ces régressions et à dénoncer la fermeture des écoles.

Source: http://www.mst.org.br/2019/05/21/estudar-sorrir-e-lutar.html

Traduction: Thierry Deronne

URL de cet article: https://wp.me/p27hZR-xr

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :