mouvementsansterre


Caquetios, une école en construction

Grâce aux accords de coopération signés entre le président Chavez et le Mouvement des Travailleurs Ruraux sans Terre, une équipe du Brésil participe depuis 11 ans aux efforts de production et de formation agricoles de la révolution bolivarienne, au Venezuela. L’école de Caquetios, dans l’état de Lara (ouest du pays), en est un exemple. Ces anciens haras entourés de champs de canne à sucre, expropriés à la bourgeoisie locale par Hugo Chavez, sont aujourd’hui un espace consacré à la formation intégrale des mouvements sociaux, notamment en agroécologie, et à la production et distribution de semences autochtones.

Ce court-métrage est le fruit de cinq jours d’atelier de réalisation documentaire donné par l’École Populaire et Latino-américaine de Cinéma, Télévision et Théâtre (EPLACITE) à une vingtaine de membres de collectifs sociaux, à Caquetios, du 6 au 11 août 2017, avec l’appui du Mouvement des Sans Terre (MST) et de France-Amérique Latine Bordeaux-Gironde (FAL 33).

 

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-3gh

Publicités


Communiqué de la Brigade Internationale Apolonio de Carvalho du MST présente au Venezuela


MOUVEMENTS SOCIAUX DE L’ALBA · 25 Juillet 2017

Appel à la solidarité

Nous, membres du Mouvement des travailleurs sans terre du Brésil (MST), qui travaillons et vivons au Venezuela au sein la Brigade Internationale Apolonio de Carvalho, dénonçons la grave situation d’insécurité qui pèse l’espace UPSA Caquetios, où nous avons développé avec la Révolution bolivarienne, une école de formation technique et politique.
La Brigade Internationaliste Apolonio de Carvalho (BIAC), qui a été pionnière de l’internationalisme du Mouvement des Sans Terre et a toujours porté haut le drapeau de l’internationalisme révolutionnaire, est arrivée au Venezuela en 2006 pour rejoindre et apprendre de l’expérience de la révolution bolivarienne. Pendant ces 11 années de militantisme au Venezuela, la BIAC a participé à diverses activités dans des domaines tels que la formation, l’éducation populaire et la production agricole. Parmi les activités effectuées aujourd’hui par la BIAC, on compte l’organisation de l’école de Caquetios, située dans la UPSA Caquetios dans l’État de Lara (« Carretera vieja -Yaritagua Barquisimeto » à 800 mts du Club Kilovatico, Ancienne Ferme Bureche).

L’école de formation intégrale (technique et sociopolitique) du domaine de Caquetios se trouve sur un espace récupéré. Elle est actuellement en cours de construction et est administrée par le gouvernement bolivarien en collaboration avec le MST, l’objectif étant d’en faire un centre de formation consacré à la formation technique agro-écologique et à la production de semences autochtones.

Que s’est-il passé à l’école?

Dans la nuit du 22 Juillet, l’école a été envahie par des individus armés qui ont intimidé physiquement et verbalement les collègues brésilien(e)s et vénézuélien(e)s qui vivent et travaillent sur le lieu. Après les avoir menacés de leurs armes, ils ont volé les fournitures, les équipements électroniques, les outils de travail, la nourriture et même un véhicule. Ils ont pris la fuite après avoir ligoté et enfermé toute l’équipe. Etant donné le déroulement de l’attaque, il est légitime de penser qu’il s’agit non pas d’une agression, mais plutôt d’une tentative d’intimidation pour que l’organisation abandonne le projet.

Notre engagement en tant que MST

En dépit de cette agression, nous allons poursuivre le projet de l’école parce que nous savons que nous vivons un moment politique où ces espaces sont essentiels pour le renforcement et la continuité de la Révolution bolivarienne. Pour consolider les objectifs de cet espace de formation, nous lançons un appel à la solidarité, avec pour objectif principal la création d’une structure qui assure la sécurité et la défense, et ce en collaboration avec l’équipe internationale des Sans Terre.

Edson Marcos Bagnara

Coordinateur de la Brigade Internationaliste Apolonio de Carvalho

Luisa Araujo

Directrice de l’Ecole Caquetíos

Contact : Escuela Caquetíos formacioncaquetios@gmail.com

Traduction : Gloria Verges, FAL 33

Source : http://albamovimientos.org/2017/07/venezuela-comunicado-de-la-brigada-internacionalista-apolonio-de-carvalho-del-mst-presente-en-venezuela

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2Y5



La Brigade des Sans Terre poursuit son travail de formation et de production de semences autochtones au Venezuela

IMG_1221

Pionnier dans l’histoire de la coopération internationale, le gouvernement bolivarien a signé un accord avec le Mouvement des Travailleurs Sans Terre du Brésil. Déployés dans tout le Venezuela depuis une dizaine d’années ceux-ci assurent la formation de petits producteurs au service de de la souveraineté alimentaire et importent des semences agro-écologiques produites dans les unités du MST au Brésil pour les distribuer aux réseaux paysans du Venezuela. Une manière pour les Sans Terre de manifester leur solidarité active face à la guerre économique et aux pénuries alimentaires organisées par le secteur privé (majoritaire) pour affaiblir la base sociale de la révolution bolivarienne. Ces photos du 13 juillet 2017 montrent la remise de semences en provenance du Brésil aux mouvements paysans vénézuéliens en présence de Marcelo Resende, représentant de la FAO au Venezuela, Denir Sosa, membre de l’équipe permanente des Sans Terre dans ce pays, et Freddy Bernal, Ministre de l’agriculture urbaine et  responsable national des Comités Locaux d’Approvisionnement et de Production (CLAP) mis en place par le gouvernement Maduro.foto

Texte : Thierry Deronne, Venezuela juillet 2017

Photos : AVN / Carmen Navas Reyes

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2SH



Mouvements sociaux au Brésil
30 juin 2017, 3:11
Filed under: Formation

O Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra

Après les différentes visites de campements et communautés, nous avons fait un break dans la ville de Porto Seguro et profité un peu de la plage avant de retourner à São Paulo à l’ENFF. Après une semaine où nous avons bougé tous les jours et voyagé en groupe, c’était avec plaisir que nous retournions dans un lieu connu et confortable. Lors de nos quelques derniers jours à São Paulo, nous avons rencontré des représentants de différents mouvements sociaux du Brésil.

DSC04355

Le Centre des Médias Populaires

Notre première rencontre fut avec le Centre des Médias Populaires, tout juste créé en 2015, dans le but de rassembler différents médias libres de tout contrôle, par opposition aux médias traditionnels. Parmi ces nouveaux vecteurs d’information, il y a par exemple le site web Saúde Popular, dédié au secteur de la santé au Brésil et aux problèmes qui y sont liés (https://saude-popular.org/)…

View original post 1 673 mots de plus



Que retenir de ces visites ?
30 juin 2017, 3:10
Filed under: Formation

O Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra

Après cette semaine de voyage, nous avons passé une nuit dans la ville côtière de Porto Seguro et profité de la plage pour nous reposer, ce qui s’est avéré plutôt nécessaire après le lot d’informations et d’expériences que nous venions de vivre.

Cette semaine nous a tout d’abord permis de voir comment la théorie que nous avons apprise à l’ENFF s’applique dans un cadre réel. Nous avons vu et discuté la manière dont les campements et les communautés s’organisaient, grâce à la présence de différents secteurs (jeunesse, finances, communication, éducation, genre, etc.). Nous avons pu voir la manière dont les noyaux (groupe d’une dizaine de familles) étaient agencés et quels systèmes de production étaient mis en place. Certains camps et communautés fonctionnent selon un système collectif, mais nous avons majoritairement vu des systèmes individuels ou semi-collectifs. Certains cultivent de manière biologique ou agroécologique, d’autres préfèrent suivre la manière traditionnelle et…

View original post 958 mots de plus



Visites de campements et de communautés permanentes
30 juin 2017, 3:09
Filed under: Formation

O Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra

Pendant une semaine, nous avons visité et nous sommes restés dans différents campements et communautés permanentes du MST. La différence entre les deux est que les campements sont au stade d’occupation des terres, alors que les communautés permanentes sont installées sur des terres redistribuées par le gouvernement. Le processus entre l’un et l’autre peut être très long et durer plusieurs années, et les terres reçues ne sont pas toujours les mêmes que les terres occupées, ce qui implique beaucoup d’instabilité quant à l’organisation des communautés.

Communauté 1 : Bela Manhã

Nous avons passé nos deux premières nuits dans la communauté permanente de Bela Manhã. Après huit ans d’occupation, le groupe a finalement acquis des terres en 2015. Aujourd’hui, chaque famille détient 10 hectares de terrain pour leur production individuelle. Je détaillerai cela plus en détail dans l’article suivant, mais une particularité des communautés du MST du Nord du Brésil est de…

View original post 1 226 mots de plus



Arrivée à Bahia
30 juin 2017, 3:09
Filed under: Formation

O Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra

Après une semaine à l’ENFF, nous avons quitté São Paulo pour nous rendre à Bahia. Après 45 minutes de bus jusqu’à l’aéroport, deux heures de vol et de nouveau trois heures de bus, nous sommes enfin arrivés à l’école d’Agroécologie Egidio Brunetto, située dans l’extrême sud de l’Etat, à Prado.

DSC04160DSC04161

Ici, le MST se bat principalement contre trois multinationales qui exploitent les terres en plantant des eucalyptus, dont la pulpe est utilisée pour la fabrication de papier. Les eucalyptus demandent énormément d’eau pour pousser, drainant 30 litres par jour du sol, pouvant provoquer une pénurie pour les villages environnant les plantations. La monoculture a aussi provoqué une perte énorme de la biodiversité et complètement détruit le sol.

C’est dans le but de proposer une alternative au modèle de l’agrobusiness que cette école d’agroécologie a été créée. Elle se situe sur une ancienne ferme d’élevage de bétail dont les terrains ont été…

View original post 331 mots de plus




%d blogueurs aiment cette page :