mouvementsansterre


Campagne urgente de solidarité avec Lula

Chers compagnes et compagnons

Depuis l’Amérique Latine, à tou(te)s ceux et celles qui sont solidaires du peuple du Brésil

Nous vous demandons de voir s’il est possible que vous envoyiez des messages de solidarité au président Lula, destinés aux  juges de deuxième instance : Il y aura d’autres instances mais dans celle-ci ils peuvent condamner et demander une peine de prison sans qu’un crime n‘ait été commis. Une telle condamnation pourrait éliminer le droit d’Ignacio Lula da Silva de participer aux prochaines élections présidentielles d’octobre, alors que les enquêtes lui donnent 42 % de préférence, soit plus que tous les candidats du centre et de la droite réunis.

Ci-dessous nous publions un modèle suggéré de message, mais dites-le avec vos propres mots !

Et pour les mouvements et collectifs qui le peuvent, nous recommanderions que le 22 janvier, ils se rendent aux ambassades ou aux consulats du Brésil pour remettre ce type de message et demander aux diplomates qu’ils l’envoient au tribunal.

Les messages de solidarité, nous vous demandons d’en envoyer copie à : neystrozake@gmail.com, qui les transmettra aux avocats qui suivent le procès.

Ceux qui souhaitent plus d’information sur le procès peuvent accéder à Facebook : https://www.facebook.com/Lulastruth/ ou le site  www.averdadedelula.com.br

Mille mercis pour la solidarité !!

ALBA    – articulation des mouvements populaires des Amériques


Messieurs les juges du Tribunal de la Justice Fédérale de Porto Alegre,
thompson.flores@trf4.jus.br  / gebran@trf4.jus.br

Objet :
Solidarité avec le Président Lula

Messieurs,
Nous avons suivi, depuis l’Amérique Latine et d’autres continents, l’importance que revêt pour le peuple brésilien les politiques sociales du Président Lula dans le combat contre les inégalités.

Nous avons pris connaissance de la sentence du Juge Sergio Moro, de Curitiba.
Et nous avons appris qu’il n’y a aucune preuve de corruption ni d’actes illicites du Président Lula.

Depuis l’Amérique Latine et d’autres parties du monde nous savons que ce jugement est purement politique et a pour objectif principal d’empêcher que le Président Lula puisse présenter sa candidature aux prochaines élections d’octobre.

C’est pourquoi nous voulons manifester notre indignation et manifester notre solidarité au président Lula, au peuple du Brésil et nous espérons que votre tribunal respecte les lois brésiliennes et garantisse le droit du président Lula à être candidat.

Seul le peuple brésilien a le droit de décider de son futur politique.

Respectueusement

Signature:

Publicités


Les organisations populaires proposent de renforcer le travail de base pour politiser les élections (Brasil de Fato)
8 janvier 2018, 3:01
Filed under: Appel à mobilisation, Lutte, Organisation, répression de l´Etat

« Construire un projet national avec le peuple  et pour le peuple. » C’est l’un des points centraux de la Déclaration politique de la 2ème Conférence nationale du Front Brésil Populaire, qui s’est déroulée ce week-end à l’École Nationale Florestan Fernandes (ENFF), dans la ville de Guararema, près de São Paulo. La réunion a rassemblé environ 350 militants de diverses organisations populaires dans le pays.

En parlant de la conjoncture politique nationale et internationale, le Front Brésil Populaire (FBP) souligne la nécessité de construire l’unité des forces démocratiques, en particulier face à «l’avancée de la restauration néolibérale». Un tel modèle de développement est guidé par les intérêts du marché et par la diminution de l’Etat, qui supprime les droits sociaux. « Ce qui est en jeu, c’est la souveraineté nationale et la restauration de la démocratie, nous n’épargnerons aucun effort pour contenir et mettre en échec la progression du programme néolibéral et réactionnaire à travers la lutte de masse », indique le communiqué.

La tenue du Congrès du Peuple brésilien, dans la première moitié de 2018, fait partie de cet objectif de construction collective d’un projet national, qui puisse influer y compris sur les élections de l’année prochaine. « Nous allons faire un grand effort de travail à la base en utilisant une méthodologie d’éducation populaire sur tout le territoire national qui culminera lors du Congrès du Peuple. Politiser le processus électoral autour de la nécessité d’un projet national et enraciner le Front Brésil Populaire sont les objectifs synthétiques du Congrès du Peuple. Ce sera certainement un processus de participation populaire riche qui impliquera des partis, des mouvements populaires, des intellectuels, des artistes, entre autres », explique le FBP.

Lire l’intégralité de la Déclaration politique de la 2e Conférence nationale du Front Brésil Populaire: https://www.brasildefato.com.br/2017/12/10/leia-a-declaracao-politica-da-2a-conferencia-nacional-da-frente-brasil-popular/

À São Paulo, les 9 et 10 décembre, lors de la 2e Conférence nationale du Front populaire, 350 militants de divers espaces organisationnels ont débattu de la crise brésilienne et mis à joour les tâches politiques des forces démocratiques et populaires.

Sur le plan international, la grave crise du système capitaliste, la décadence de la mondialisation néolibérale et le repositionnement de la Chine et de la Russie dans la géopolitique mondiale ont jeté les bases d’un cadre multipolaire du système des nations. L’impérialisme américain réagit à cette situation par sa politique d’exploitation des nations sous-développées, intervenant dans la souveraineté et la démocratie de ces pays, comme dans les exemples actuels du Venezuela et du Honduras.

C’est dans ce contexte que se situe la crise brésilienne. Le coup d’Etat soutenu par les forces réactionnaires a brisé l’ordre démocratique, favorisant l’application d’un programme de restauration du néolibéralisme. La situation est aggravée par l’augmentation du chômage et des inégalités sociales.

L’escalade de la violence, visant principalement les jeunes, la population noire, les LGBT et les femmes, amène le désespoir dans la population brésilienne. L’attaque contre l’autonomie des universités publiques par l’intervention de la police est un autre chapitre de cette nouvelle situation politique dans notre pays.

Les putschistes visent à réaligner le Brésil sur les intérêts géopolitiques des Etats-Unis, à recomposer les taux de profits des capitalistes, en détruisant les droits historiques de la classe ouvrière et en s’appropriant les ressources naturelles telles que le pétrole du pré-sal.

Ce n’est pas un hasard si cette conjonction de forces anti-nationales a déjà imposé le Projet d’Amendement constitutionnel (PEC) sur les dépenses budgétaires, qui prévoit une baisse drastique du budget des domaines clés pour le peuple comme la santé et l’éducation. L’approbation de la réforme du travail, les politiques de privatisation de Petrobrás et Eletrobras, ainsi que la destruction du parc industriel, démontrent que l’objectif est de démanteler l’État brésilien et de nuire à la souveraineté nationale.

Pour atteindre ses objectifs, le mouvement putschiste prévoit la rupture du pacte constitutionnel de 1988, jetant à la poubelle les droits sociaux, politiques et civils. Les acquis de civilisation, telles que le droit à la présomption d’innocence, le large droit de la défense et le droit à une procédure régulière sont brutalement attaqués. De cette manière, les bases d’un régime d’exception sont lancées. Pour inverser cette situation, les forces patriotiques, soutenues par un large mouvement de masse et un gouvernement démocratique et populaire, devront mener une lutte politique persistante capable de créer un rapport de forces favorables à la convocation opportune d’une Assemblée nationale constituante, qui construise de nouvelles institutions pour l’Etat,  qui rétablisse la démocratie et qui fasse avancer le projet national, démocratique et populaire.

Le Front Brésil Populaire comprend qu’en face de l’avancée de la restauration néolibérale, la construction de l’unité des forces démocratiques, nationales et populaires est une nécessité historique. Ce qui est en jeu, c’est la souveraineté nationale et le rétablissement de la démocratie. Nous n’épargnerons aucun effort pour contenir et contrecarrer l’avancée du programme néolibéral et réactionnaire à travers la lutte de masse.

Le Brésil traverse une crise de son destin qui ne sera résolue que lorsque nous avancerons dans la construction d’une stratégie de pouvoir autour d’un Projet de nation. Il s’agit de replacer le développement national et les réformes structurelles au centre de la lutte politique. Cela nécessite une force sociale de masse qui garantisse l’hégémonie des forces populaires. Par conséquent, il est fondamental que le Front Brésil Populaire continue d’accumuler des forces dans le débat sur le programme.

Un Projet national ne se construit pas avec des hégémonies. Le Front Brésil Populaire doit être un espace ouvert aux diverses contributions du camp démocratique et populaire. L’initiative de construire le Projet Brésil Populaire démontre que la première étape est de faire un effort pour synthétiser les apports existant déjà au sein des forces populaires. Reprendre le débat sur le projet national n’est pas seulement un exercice académique, mais une nécessité historique qui exige la connaissance des spécificités de la réalité brésilienne, la reprise de la lutte de masse et le débat avec le peuple brésilien.

Confronté à la nécessité de poursuivre la préparation du programme et de se préparer à la bataille électorale de 2018, le Front Brésil Populaire doit avoir plus d’enracinement social. Par conséquent, nous ferons un grand effort de travail de base en utilisant une méthodologie d’éducation populaire à travers le territoire national, qui culminera dans le Congrès du Peuple. Politiser le processus électoral autour de la nécessité d’un projet de nation et avancer dans l’enracinement du Front Brésil Populaire constituent les objectifs synthétiques du Congrès du Peuple. Ce sera certainement un processus de participation populaire riche, qui impliquera des partis, des mouvements populaires, des intellectuels, des artistes, entre autres.

Le Front Brésil Populaire estime que tout ce processus de participation populaire sera renforcé si nous pouvons garantir à Lula le droit d’être candidat à la présidence de la République. Défendre le droit de Lula à être candidat, c’est défendre la démocratie et faire un pas important vers la défaite du coup d’État. Les ennemis du peuple ne tolèrent pas le leadership de Lula et sont capables de tout pour éviter son retour à la présidence de la République. Par conséquent, nous n’excluons pas la farce du coup d’État dans le coup d’État par les secteurs réactionnaires du pouvoir judiciaire, par le parlementarisme ou le semi-présidentialisme.

Le succès de cette proposition passe donc par la défaite des conspirateurs du coup d’État dans les urnes et dans les rues. Le Front Brésil Populaire dialoguera, de manière unitaire, avec les candidatures du camp démocratique engagées sur ces objectifs.

Sans garantir la souveraineté nationale et sans restaurer la démocratie, une solution populaire à la crise brésilienne ne sera pas possible. La deuxième Conférence nationale du Front Brésil Populaire sait ce qui est en jeu en ce moment et apporte un message de lutte et d’espoir au peuple brésilien. Malgré la gravité de la crise, nous sommes sûrs que le Brésil peut retrouver son chemin. Notre peuple a la capacité de se battre et mérite de vivre dans un pays digne, souverain et démocratique.

Nous allons résister et nous allons gagner!

São Paulo, 10 décembre 2017

Édition: Camila Maciel

Source: https://www.brasildefato.com.br/2017/12/11/frente-brasil-popular-realizara-congreso-del-pueblo-brasileno-en-2018/

Traduction: Monica Passos

URL de cet article: https://wp.me/p27hZR-w3



Les 300 familles du campement des Travailleurs Sans Terre « Hugo Chavez » expulsées manu militari au Brésil

Aujourd’hui 14 décembre 2017, sous la pluie et dans le froid, le Commando des Missions Spéciales (CME) est arrivé au campement Hugo Chávez et en a expulsé les quelques 300 familles qui y vivaient avec leurs 150 enfants, dix jours avant Noël, en dépit de l’appel lancé par les organisations, mouvements et organisations sociales nationales et internationales, religieux, artistes pour demander l’arrêt de cette procédure.

C’est une expulsion de plus parmi les 20 prévues dans la région, toutes décidées par le juge Amarildo Mazzuti de la juridiction agraire de Marabá. Le Mouvement des Sans Terre du Para dénonce l’action de la police, coordonnée par le gouvernement de l’état, le harcèlement et la violence auxquelles les familles des travailleurs ruraux ont été soumises sur place. Les familles se retrouvent à la rue, n’ont nulle part où aller, et les enfants ne pourront pas terminer leur année scolaire. Le gouvernement de l’État, ainsi que d’autres organismes publics, ne se sont pas prononcés sur ces violations des droits humains et n’ont proposé aucune solution alternative au conflit. Les familles ont résisté jusqu’au dernier moment mais ne pouvant plus gérer la situation ont choisi de commencer le démantèlement des cabanes. En cette heure, les familles organisent un campement temporaire dans une région avoisinante.

24192496867_2de5630f99_b.jpg

Ces derniers jours, les paysans avaient été attaqués par des hommes armés, ce qui avait suscité une grande mobilisation d’amis et d’organisations solidaires et rouvert le débat sur la propriété de la terre et la violence dans cette région du nord du Brésil.

Le Mouvement des Sans Terre remercie  les centaines de gestes de solidarité du Brésil et de l’étranger et réitère son engagement pour défendre les droits des familles des travailleurs ruraux sans terre dans la lutte pour la réforme agraire et la justice sociale. Celles-ci n’abandonneront pas la région.

Le latifundio veut la guerre, nous, nous voulons la terre!

Direction de l’État du Para du Mouvement des Sans Terre

Source : http://www.mst.org.br/2017/12/14/mst-repudia-acao-de-despejo-no-acampamento-hugo-chavez-no-para.html

Traduction : T.D.

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-3VY



URGENT: Appel à la solidarité contre les expulsions forcées des campements du Mouvement des Travailleurs Sans Terre au nord du Brésil

Chers compagnons,

Une attaque agressive est menée contre les paysans sans terre du MST dans l’Etat de Pará, au nord du Brésil.

Les grands propriétaires fonciers ainsi que les autorités judiciaires locales, les grands médias et la police militaire brésilienne ciblent les campements du MST dans tout le pays.

2.000 familles paysannes vivant dans 20 campements situés dans l’Etat du nord de Pará risquent d’être violemment expulsées d’ici à la fin de l’année

Lundi (11), un commando  armé a attaqué le campement Hugo Chavez. Sept hommes lourdement armés – une «sécurité privée» illégale engagée par les grands propriétaires, ont fait feu sur des paysans désarmés, y compris des femmes et des enfants.

L’ordonnance judiciaire d’expulsion des 300 familles vivant dans le campement Hugo Chavez a été confirmée pour demain par la police militaire (14). On s’attend à plus de violence, puisque les familles sont prêtes à résister.

L’escalade récente de la violence a lieu alors que le gouvernement brésilien continue de mettre en place et d’utiliser de lois régressives sur la propriété foncière, qui ont eu des conséquences dévastatrices sur les travailleurs agricoles sans terre et les déplacés.

Pendant l’administration du président non élu du Brésil, Michel Temer, le Mouvement des Sans Terre a été victime de niveaux accrus de violence étatique et de criminalisation contre nos membres

Face à l’escalade de la violence et de la répression, nous lançons un appel urgent à la solidarité internationale!

Envoyez une courte vidéo ou une déclaration de soutien et de solidarité aux familles MST du Pará à l’adresse e-mail suivante: redacao@mst.org.br et srimst@mst.org.br!

PLUS IMPORTANT: ESSAYONS D’ARRÊTER L’EXPULSION DE DEMAIN ET CETTE MONTÉE DE LA VIOLENCE.

Ecrivez aux autorités officielles pour condamner les expulsions au Pará et demander la révision de l’ordre d’expulsion du Camp Hugo Chavez!

Envoyer un email aux adresses électroniques suivantes:

Président de la Cour de justice – Ricardo Ferreira Nunes: presidencia@tjpa.jus.br

Secrétaire d’État à la Sécurité publique – Jeannot Jansen da Silva Filho: segup.ascom@gmail.com

Secrétaire de l’État du Pará – Jose Megale Filho: casacivil@palacio.pa.gov.br

Bureau du médiateur agricole – Rosi Maria Gomes de Farias: ouvidoria.agraria@tjpa.jus.br

Juge agraire de Maraba – Amarildo Mazutti: Amarildo.mazutti@tjpa.jus.br

Ombudsman agraire national – Jorge Tadeu Jatoba: ouvidoria@incra.gov.br

Copie: redacao@mst.org.br et srimst@mst.org.br

Avec votre solidarité et la pression internationale, les 2 000 familles campées de l’État de Pará espèrent passer Noël dans leurs maisons et sur leurs terres.

Conseil national du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre du Brésil www.mst.org.br – Collectif des Relations Internationales

(Traduction : T.D.)

URL de cet article: https://wp.me/p27hZR-vO



Communiqué de la Brigade Internationale Apolonio de Carvalho du MST présente au Venezuela


MOUVEMENTS SOCIAUX DE L’ALBA · 25 Juillet 2017

Appel à la solidarité

Nous, membres du Mouvement des travailleurs sans terre du Brésil (MST), qui travaillons et vivons au Venezuela au sein la Brigade Internationale Apolonio de Carvalho, dénonçons la grave situation d’insécurité qui pèse l’espace UPSA Caquetios, où nous avons développé avec la Révolution bolivarienne, une école de formation technique et politique.
La Brigade Internationaliste Apolonio de Carvalho (BIAC), qui a été pionnière de l’internationalisme du Mouvement des Sans Terre et a toujours porté haut le drapeau de l’internationalisme révolutionnaire, est arrivée au Venezuela en 2006 pour rejoindre et apprendre de l’expérience de la révolution bolivarienne. Pendant ces 11 années de militantisme au Venezuela, la BIAC a participé à diverses activités dans des domaines tels que la formation, l’éducation populaire et la production agricole. Parmi les activités effectuées aujourd’hui par la BIAC, on compte l’organisation de l’école de Caquetios, située dans la UPSA Caquetios dans l’État de Lara (« Carretera vieja -Yaritagua Barquisimeto » à 800 mts du Club Kilovatico, Ancienne Ferme Bureche).

L’école de formation intégrale (technique et sociopolitique) du domaine de Caquetios se trouve sur un espace récupéré. Elle est actuellement en cours de construction et est administrée par le gouvernement bolivarien en collaboration avec le MST, l’objectif étant d’en faire un centre de formation consacré à la formation technique agro-écologique et à la production de semences autochtones.

Que s’est-il passé à l’école?

Dans la nuit du 22 Juillet, l’école a été envahie par des individus armés qui ont intimidé physiquement et verbalement les collègues brésilien(e)s et vénézuélien(e)s qui vivent et travaillent sur le lieu. Après les avoir menacés de leurs armes, ils ont volé les fournitures, les équipements électroniques, les outils de travail, la nourriture et même un véhicule. Ils ont pris la fuite après avoir ligoté et enfermé toute l’équipe. Etant donné le déroulement de l’attaque, il est légitime de penser qu’il s’agit non pas d’une agression, mais plutôt d’une tentative d’intimidation pour que l’organisation abandonne le projet.

Notre engagement en tant que MST

En dépit de cette agression, nous allons poursuivre le projet de l’école parce que nous savons que nous vivons un moment politique où ces espaces sont essentiels pour le renforcement et la continuité de la Révolution bolivarienne. Pour consolider les objectifs de cet espace de formation, nous lançons un appel à la solidarité, avec pour objectif principal la création d’une structure qui assure la sécurité et la défense, et ce en collaboration avec l’équipe internationale des Sans Terre.

Edson Marcos Bagnara

Coordinateur de la Brigade Internationaliste Apolonio de Carvalho

Luisa Araujo

Directrice de l’Ecole Caquetíos

Contact : Escuela Caquetíos formacioncaquetios@gmail.com

Traduction : Gloria Verges, FAL 33

Source : http://albamovimientos.org/2017/07/venezuela-comunicado-de-la-brigada-internacionalista-apolonio-de-carvalho-del-mst-presente-en-venezuela

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2Y5



Du Brésil au Venezuela, les mouvements paysans disent « basta ! » à la droite putschiste

DFn2bihXYAAMvu6DFobJolWAAAQ3nI

C’est au cri de « que les corrompus nous rendent nos terres !» que des centaines de militant(e)s du Mouvement des Sans Terre ont occupé ce 25 juillet du nord au sud du Brésil de grandes propriétés appartenant à des ministres, des sénateurs, et directement ou à travers des prête-noms, au président de facto Michel Temer. A Rio de Janeiro les travailleurs sans terre ont occupé l’immense hacienda improductive de Ricardo Texeira, ex-président de la puissante fédération brésilienne de football, impliqué comme Temer dans de nombreuses affaires de corruption. L’hacienda Santa Rosa, nous explique Joaquin Pineiro, des Sans Terre, sert de plate-forme au blanchissement de capitaux, et « toutes ces terres de corrompus doivent être rendues à la reforme agraire ». La justice brésilienne a ordonné l’expulsion immédiate, ce 25 juillet, des occupants qui ont décidé de maintenir leur campement.

Temer – un ultra-libéral qui s’accroche au pouvoir depuis le coup d’État mené par la droite parlementaire contre la présidente élue Dilma Roussef – est en train de vendre aux multinationales les terres de l’Amazonie appartenant aux communautés indigènes et aux quilombolas (communautés afro-descendantes). Dans le reste du Brésil, il met aux enchères les terres destinées à la réforme agraire (manière d’acheter le vote des secteurs de l’agrobusiness au sein du congrès et de freiner sa possible destitution pour corruption). Allié privilégié des multinationales, le président de facto multiplie la répression contre les militants sociaux. Les travailleurs sans terre dénoncent l’impunité qui entoure les assassinats et autres exactions, réclament la démission du putschiste, la tenue immédiate d’élections libres et la reprise de la réforme agraire.

Au Venezuela, les amis de Temer rêvent, impatients, de mener la même politique sauvage de privatisation de l’économie, de restitution des terres aux grands propriétaires  et de répression des mouvements sociaux. Leur violence raciste et de classe (que les médias internationaux déguisent en « révolte populaire » comme ils l’ont fait pour les mobilisations de la droite contre Dilma Roussef) n’est que la répétition générale de ce qu’ils feraient une fois au pouvoir. Depuis le coup d’État contre le président Chavez en 2002 jusqu’à aujourd’hui, en passant par les 43 morts des « guarimbas » de 2014, cette droite est responsable de la violence et de la majorité des morts. Des mouvements paysans ont répondu en occupant des terres improductives appartenant à ces partisans du coup d’État.

DDM_wq-XcAEa5xKDFlgrD6XgAAJp7f

La grande différence avec le Brésil est qu’ici, le gouvernement bolivarien, malgré ses inerties conservatrices, résiste aux violences de la droite et continue à donner des réponses positives aux revendications des paysan(ne)s : ce lundi ; après des années de luttes amères, d’expulsions à l’aube, l’Institut National des Terres leur a enfin remis 5.000 hectares du grand domaine Las Mercedes (État de Barinas) et leur a octroyé le titre de propriété. Comme l’explique le journaliste Marco Teruggi : « Il faut poursuivre le mouvement avec d’autres récupérations stratégiques comme les grandes propriétés de Cajarito El Diamante, La Primavera, El Otoño, celles du Sud du Lac de Maracaibo, une longue liste de terres encore aux mains de ceux qui, historiquement, ont vécu de la pauvreté des paysans et financent aujourd’hui les violences de l’extrême droite putschiste. Manière de donner un double signal : en direction des grands propriétaires pour les décourager de continuer à financer la déstabilisation, et en direction des mouvements sociaux, pour montrer qu’on peut renforcer une dynamique positive depuis l’État en faveur de ceux qui veulent semer la terre. » (1)

Thierry Deronne, Venezuela, 26 juillet 2017

Note

  1. Lire, de Marco Teruggi : Campesinos rescatan 5 mil hectáreas de un terrateniente financista de la violencia, http://www.hastaelnocau.wordpress.com/2017/07/25/campesinos-rescatan-5-mil-hectareas-de-un-terrateniente-financista-de-la-violencia

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2WV



VII Conférence Internationale de La Via Campesina – Document politique de l’Assemblée des jeunes

25/07/2017

asamblea_juventud_vc.jpg

Nous, jeunesse de La Via Campesina, unie à l’occasion de notre IVe Assemblée internationale des jeunes, nous sommes rassemblé dans le Pays basque – Euskal Herria pour renforcer notre mouvement pour la souveraineté alimentaire. Nous sommes paysan-nes, pêcheurs-ses, peuples autochtones originaires d’Afrique, des Amériques, d’Europe, d’Asie et du Moyen-Orient et représentons des organisations venues de 47 pays. Nous avons convergé pour échanger des idées, développer des stratégies et faire entendre la voix de la jeunesse.

Les luttes de la jeunesse sont le reflet du contexte politique global dans lequel nous sommes particulièrement affecté-e-s. La crise mondiale présente des dimensions économique, sociale, politique et culturelle. Nous assistons à une attaque de plus en plus forte de la démocratie par le capitalisme. Nous éprouvons une violence structurelle et la criminalisation de nos luttes et mouvements sociaux. Un nombre de plus en plus important de militant-e-s paysan-ne-s ou environnementaux-les est ciblé et assassiné. Nous subissons des migrations forcées dues aux guerres, au changement climatique et aux conditions économiques et sociales oppressantes. Nos ressources (terre et territoires, semences, ressources marines, ressources en eau, etc.) sont accaparées par les industries extractives, y compris l’agribusiness, les activités minières et même le secteur des énergies renouvelables (centrales hydro-electriques, fermes solaires, etc.). Le travail de la jeunesse et des migrant-e-s est sous-évalué et brutalement exploité.

Le patriarcat et la discrimination fondée sur l’âge freinent la visibilité et la participation des jeunes aux processus décisionnels. Les médias capitalistes dominants continuent de propager le postulat erroné selon lequel l’agriculture n’a pas d’avenir et que seul l’emploi urbain dans le secteur formel peut être source de prospérité.

La terre et les territoires sont maintenant perçus comme des marchandises, exploitées via des investissements spéculatifs et via l’accaparement des terres. Ceci a pour résultat des coûts élevés et une disponibilité limitée de la terre. Cela restreint la possibilité pour les jeunes, notamment les jeunes femmes, d’accéder à la terre. Au même moment, les dures réalités et la faible rentabilité de l’agriculture fait qu’il est difficile pour les jeunes de prospérer grâce à la terre. L’accaparement des terres par le capital transnational pour les investissements industriels, la production d’énergie, l’extractivisme et le développement sont des phénomènes répandus. La situation est encore aggravée par les conséquences graves et différenciées du changement climatique.

Ensemble, ces processus forcent les jeunes à migrer à quitter les zones rurales. Les jeunes sont privé-e-s de toute opportunité et de leur responsabilité à jouer un rôle significatif dans l’action de nourrir les peuples et la Terre Mère. Les campagnes voient leur population vieillir et cela a un impact direct et des conséquences immédiates sur le présent et l’avenir de l’Humanité.

Nous luttons pour la démocratisation de nos sociétés et pour la participation pleine et entière de la jeunesse aux processus décisionnels. Nous devons nous assurer qu’au sein de nos propres organisations, les jeunes sont capables de développer des compétences de leadership. Nous devons promouvoir des politiques publiques fortes et notamment une réforme agraire intégrale et populaire afin de garantir aux jeunes leur droit de rester sur la terre.

Nous exhortons les Nations Unies à adopter la Déclaration des droits paysans qui affirme notre droit universel, en tant que jeunes, à la terre, à l’autodétermination et la souveraineté alimentaire.

Nous condamnons les assassinats, les injustices et les massacres du capitalisme patriarcal. Nous nous déclarons solidaires de tous les peuples opprimés se battant pour la paix et la dignité.

En nous appuyant sur notre expérience, nous rejetons les allégations selon lesquelles le libre-échange accroît le bien-être de notre société. Nous exigeons que l’agriculture soit exclue des accords commerciaux et que la voix des jeunes paysan-ne-s soit reconnue dans les processus décisionnels.

L’agroécologie paysanne est notre chemin vers la souveraineté alimentaire et la solution à la crise mondiale pluridimensionnelle. L’agroécologie est une vision politique et d’un mode de vie qui nous a été légué par nos ancêtres, nous rejetons toute cooptation de ce terme par l’agri-business. Les processus et les écoles d’agroécologie que nous avons créé au sein de notre mouvement se développent à travers le monde en engendrent une multitude d’expériences couronnées de succès. Nous réaffirmons que les formations en agroécologie se doivent d’être intégrales, globales et de réunir des aspects aussi bien techniques que politiques et idéologiques, y compris des compétences essentielles en communication et des outils méthodologiques. La méthodologique de « paysan à paysan » que nous appliquons dans nos écoles d’agroécologie est un instrument important et probant d’échange d’information et de renforcement des processus de communication et de formation au sein de notre mouvement. Nous constatons que cette méthode respecte les traditionnels de nos territoires et de nos peuples, de manière à ce que nous puissions transmettre ce savoir entre les générations. Nous proposons d’étendre et de défendre notre méthode de formation en agroécologie et de la rendre accessible partout dans notre mouvement et à travers le monde.

Nous travaillons à combler le fossé entre la jeunesse urbaine et rurale. Malgré les apparences, les combats auxquels nous faisons face sont le résultat des mêmes forces oppressives du capital et du pouvoir mondiaux. Nous devons inclure dans notre mouvement tous les jeunes qui pratiquement l’agriculture urbaine, qui tentent de retourner à la terre, qui construisent la souveraineté alimentaire au niveau des communautés ou qui travaillent pour la justice sociale, à quelque titre que ce soit.

Il n’y aura pas de souveraineté alimentaire ou de justice sans féminisme ou sans égalité entre toutes et tous. Nous reconnaissons et respectons la diversité sous toutes ces formes, y compris la diversité raciale, de genre, de sexualité ou de classe. Nous allons éradiquer le patriarcat et les discriminations où qu’elles aient lieu. Nous nous engageons à mener le travail difficile d’identifier nos propres biais et les façons dont nous pouvons nous-même relayer le patriarcat malgré de bonnes intentions.

La lutte de la jeunesse mondiale n’est pas seulement la nôtre. Nous devons continuer à construire des solidarités et des convergences entre nos luttes via le partage d’informations et la création collective de savoirs.

Nous, jeunesse de La Via Campesina, devons exploiter la richesse de notre diversité culturelle, géographique, identitaire et linguistique pour continuer à renforcer notre mouvement grâce à une lutte permanente et une mobilisation active.

Nous réaffirmons notre lutte pour la terre, les territoires et nos droits collectifs sur les ressources nécessaires à pratiquer l’agroécologie paysanne comme mode de vie. Nous réaffirmons notre droit, notre capacité et notre engagement à remplir notre rôle dans la construction de la souveraineté alimentaire. Les semences que nous semons aujourd’hui nous nourriront dans le futur. La terre est prête et fertile.

Nous investissons dans la jeunesse paysanne, semer aujourd’hui pour récolter demain.

URL de cet article : http://www.alainet.org/fr/articulo/187061




%d blogueurs aiment cette page :