mouvementsansterre


Les paysan-ne-s de plus de 70 pays se retrouvent pour construire la souveraineté alimentaire

19/07/2017

7_conferencia_vc.jpgNous nourrissons nos peuples et construisons le mouvement pour changer le monde!

La septième Conférence internationale de La Via Campesina, le plus grand mouvement paysan au monde, commence aujourd’hui à Derio, une ville tranquille de la province de la Biscaye, au Pays basque. Elle s’y tiendra jusqu’au 24 juillet.

Plus de 450 représentant-e-s de mouvements paysans venus du monde entier se rassembleront pour continuer leur lutte contre le capitalisme et pour proposer des outils concrets de construction d’un autre monde, basé sur la dignité et la souveraineté alimentaire.

Cette conférence, organisée tous les 4 ans, est un rassemblement unique de mouvements paysans et l’espace de décision le plus important de La Via Campesina.

«Ce moment est unique car nous sommes un mouvement très divers et pourtant très uni dans les multiples luttes que nous menons. Nous sommes ceux et celles qui travaillent la terre et nourrissent le monde mais nos territoires sont constamment attaqués. Nous faisons face à une criminalisation croissance. Cette conférence est un pas de plus dans l’internationalisation de nos luttes et dans la création d’une stratégie pour contrer les forces mondiales du Capital et construire un mouvement pour le changement», déclare Elizabeth Mpofu, paysanne au Zimbabwe et coordinatrice générale de La Via Campesina.

«La Via Campesina continue de grandir, nous sommes maintenant près de 200 organisations. Nous sommes une force politique de référence à l’échelle internationale», ajoute Unai Aranguren, membre européen du Comité de coordination international de La Via Campesina.

La VIIe Conférence internationale a été précédée par la IVème Assemblée internationale des jeunes (du 16 au 17 juillet) et par laVème Assemblée internationale des femmes (du 17 au 18 juillet), des espaces pour que les jeunes paysan-ne-s et les femmes du mouvement puissent exprimer les enjeux qui leur sont propres et faire des propositions dans cette lutte.

L’Assemblée des jeunes a fait écho au fait que les jeunes sont celles et ceux le plus concerné-es par les migrations. Il est aujourd’hui plus urgent et plus nécessaire que jamais pour les mouvements sociaux d’investir dans la jeunesse paysanne. Il fait d’une part promouvoir une réforme agraire qui permette aux jeunes paysan-ne-s d’accéder à la terre, aux territoires et de pouvoir les contrôler et d’autre part intensifier les formations sur les pratiques agro-écologiques paysannes. Les jeunes ont aussi témoigné de leur solidarité à l’égard de la « Marche pour la défense de la souveraineté alimentaire et de la Terre Mère », organisée par le mouvement pour la terre en Euskal Herria.

L’Assemblée des Femmes a souligné la multiplication des cas de violences faites aux femmes, qu’elles soient domestiques, dans le travail agricole ou ailleurs dans la société patriarcale. Les participant-e-s ont également réaffirmé leur engagement à poursuivre leur lutte pour aboutir à un changement, basé sur le féminisme et la souveraineté alimentaire.

Avec un intense programme de quatre jours, le mouvement paysan réfléchira et discutera sur de nombreux sujets, dont la souveraineté alimentaire, l’agroécologie paysanne, les réseaux autonomes de formation, les droits des migrants, le commerce, la justice climatique, la criminalisation des mouvements sociaux et la construction d’alliances. Il discutera également du projet de Déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales, initié par La Via Campesina et qui a déjà atteint un stade avancé de négociation au sein du Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies. De nouvelles lignes d’action stratégiques seront définies, fixant le cadre de la lutte pour les 4 années à venir et accueillant de nouveaux membres et leaders.

Ce dimanche 23 juillet, La Via Campesina, EHNE Bizkaia (l’organisation hôte et membre du mouvement mondial au Pays basque) et leurs alliés marcheront, avec des paysans et des paysannes de la région, jusque Bilbao en solidarité avec toutes celles et tous ceux qui luttent pour défendre leurs terres et territoires contre les grands projets d’infrastructures.

Lundi 24, des visites de terrain seront organisées dans le Pays basque pour tou-te-s les participant-e-s. Des visites plus longues des 26 au 28 juillet sont également prévues pour les participant-e-s des 9 régions de La Via Campesina.

19 Juillet 2017, Derio



La Brigade des Sans Terre poursuit son travail de formation et de production de semences autochtones au Venezuela

IMG_1221

Pionnier dans l’histoire de la coopération internationale, le gouvernement bolivarien a signé un accord avec le Mouvement des Travailleurs Sans Terre du Brésil. Déployés dans tout le Venezuela depuis une dizaine d’années ceux-ci assurent la formation de petits producteurs au service de de la souveraineté alimentaire et importent des semences agro-écologiques produites dans les unités du MST au Brésil pour les distribuer aux réseaux paysans du Venezuela. Une manière pour les Sans Terre de manifester leur solidarité active face à la guerre économique et aux pénuries alimentaires organisées par le secteur privé (majoritaire) pour affaiblir la base sociale de la révolution bolivarienne. Ces photos du 13 juillet 2017 montrent la remise de semences en provenance du Brésil aux mouvements paysans vénézuéliens en présence de Marcelo Resende, représentant de la FAO au Venezuela, Denir Sosa, membre de l’équipe permanente des Sans Terre dans ce pays, et Freddy Bernal, Ministre de l’agriculture urbaine et  responsable national des Comités Locaux d’Approvisionnement et de Production (CLAP) mis en place par le gouvernement Maduro.foto

Texte : Thierry Deronne, Venezuela juillet 2017

Photos : AVN / Carmen Navas Reyes

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2SH



Mouvements sociaux au Brésil
30 juin 2017, 3:11
Filed under: Formation

O Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra

Après les différentes visites de campements et communautés, nous avons fait un break dans la ville de Porto Seguro et profité un peu de la plage avant de retourner à São Paulo à l’ENFF. Après une semaine où nous avons bougé tous les jours et voyagé en groupe, c’était avec plaisir que nous retournions dans un lieu connu et confortable. Lors de nos quelques derniers jours à São Paulo, nous avons rencontré des représentants de différents mouvements sociaux du Brésil.

DSC04355

Le Centre des Médias Populaires

Notre première rencontre fut avec le Centre des Médias Populaires, tout juste créé en 2015, dans le but de rassembler différents médias libres de tout contrôle, par opposition aux médias traditionnels. Parmi ces nouveaux vecteurs d’information, il y a par exemple le site web Saúde Popular, dédié au secteur de la santé au Brésil et aux problèmes qui y sont liés (https://saude-popular.org/)…

View original post 1 673 mots de plus



Que retenir de ces visites ?
30 juin 2017, 3:10
Filed under: Formation

O Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra

Après cette semaine de voyage, nous avons passé une nuit dans la ville côtière de Porto Seguro et profité de la plage pour nous reposer, ce qui s’est avéré plutôt nécessaire après le lot d’informations et d’expériences que nous venions de vivre.

Cette semaine nous a tout d’abord permis de voir comment la théorie que nous avons apprise à l’ENFF s’applique dans un cadre réel. Nous avons vu et discuté la manière dont les campements et les communautés s’organisaient, grâce à la présence de différents secteurs (jeunesse, finances, communication, éducation, genre, etc.). Nous avons pu voir la manière dont les noyaux (groupe d’une dizaine de familles) étaient agencés et quels systèmes de production étaient mis en place. Certains camps et communautés fonctionnent selon un système collectif, mais nous avons majoritairement vu des systèmes individuels ou semi-collectifs. Certains cultivent de manière biologique ou agroécologique, d’autres préfèrent suivre la manière traditionnelle et…

View original post 958 mots de plus



Visites de campements et de communautés permanentes
30 juin 2017, 3:09
Filed under: Formation

O Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra

Pendant une semaine, nous avons visité et nous sommes restés dans différents campements et communautés permanentes du MST. La différence entre les deux est que les campements sont au stade d’occupation des terres, alors que les communautés permanentes sont installées sur des terres redistribuées par le gouvernement. Le processus entre l’un et l’autre peut être très long et durer plusieurs années, et les terres reçues ne sont pas toujours les mêmes que les terres occupées, ce qui implique beaucoup d’instabilité quant à l’organisation des communautés.

Communauté 1 : Bela Manhã

Nous avons passé nos deux premières nuits dans la communauté permanente de Bela Manhã. Après huit ans d’occupation, le groupe a finalement acquis des terres en 2015. Aujourd’hui, chaque famille détient 10 hectares de terrain pour leur production individuelle. Je détaillerai cela plus en détail dans l’article suivant, mais une particularité des communautés du MST du Nord du Brésil est de…

View original post 1 226 mots de plus



Arrivée à Bahia
30 juin 2017, 3:09
Filed under: Formation

O Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra

Après une semaine à l’ENFF, nous avons quitté São Paulo pour nous rendre à Bahia. Après 45 minutes de bus jusqu’à l’aéroport, deux heures de vol et de nouveau trois heures de bus, nous sommes enfin arrivés à l’école d’Agroécologie Egidio Brunetto, située dans l’extrême sud de l’Etat, à Prado.

DSC04160DSC04161

Ici, le MST se bat principalement contre trois multinationales qui exploitent les terres en plantant des eucalyptus, dont la pulpe est utilisée pour la fabrication de papier. Les eucalyptus demandent énormément d’eau pour pousser, drainant 30 litres par jour du sol, pouvant provoquer une pénurie pour les villages environnant les plantations. La monoculture a aussi provoqué une perte énorme de la biodiversité et complètement détruit le sol.

C’est dans le but de proposer une alternative au modèle de l’agrobusiness que cette école d’agroécologie a été créée. Elle se situe sur une ancienne ferme d’élevage de bétail dont les terrains ont été…

View original post 331 mots de plus



2a Feira da Reforma Agraria
30 juin 2017, 3:08
Filed under: Formation

O Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra

Ce samedi, nous nous sommes rendus à la deuxième Foire Nationale de la Réforme Agraire à São Paulo.

DSC04039

Le discours d’ouverture comportait un panel de personnalités assez impressionnant, notamment par la présence de João Pedro Stédile, dirigeant de la coordination nationale du MST, et Pepe Mujica, ancien président de l’Uruguay, notamment connu pour son passé de guérillero et son refus d’accéder aux avantages présidentiels une fois élu, ayant décidé de continuer à vivre dans sa ferme et de donner 90% de son revenu à des oeuvres de charité. Aussi présents lors de cette ouverture : l’actrice Letícia Sabatella, la chef cuisto Bela Gil, et l’ancien Ministre de la Santé, Alexandre Padilha.

DSC04064

Le message portait évidemment sur l’agriculture, se focalisant sur l’importance de produire et consommer des produits de qualité. Le discours était clairement contre l’agrobusiness, les multinationales, ainsi que l’utilisation d’intrants chimiques et d’OGM. Notre prof nous a répété plusieurs fois que statistiquement, un…

View original post 127 mots de plus




%d blogueurs aiment cette page :