mouvementsansterre


Les Sans Terre présents à l’Assemblée Internationale des Peuples à Caracas

Joao Pedro Stedile, coordinateur national du MST (deuxième à partir de la gauche) lors de l’Assemblée Internationale des Peuples (24-27 février 2019, Caracas)

Du 24 au 27 février 2019 une Assemblée Internationale des Peuples de 90 pays s’est réunie à Caracas. Parmi près de 500 délégués,ceux du Mouvement des Sans Terre du Brésil. Dans l’interview qui suit, leur coordinateur national Joao Pedro Stedile explique pourquoi il faut continuer à muscler la solidarité internationale en défense de la révolution bolivarienne. Les photos décrivent sa visite, au sein d’une délégation de ces mouvements sociaux du monde entier, à la Commune de los Altos de Lidice (Ouest de Caracas) sur laquelle Terra TV sortira un documentaire en avril 2019.

« Le Venezuela est très important parce que c’est la bataille du siècle »

Carlos Aznarez – Pourquoi une Assemblée internationale des peuples maintenant?

Joao Pedro Stedile – L’effort que nous faisons avec cette articulation, sans nous substituer à d’autres comme celle des partis et des syndicats, est d’essayer de rassembler toutes les forces populaires pour que nous puissions promouvoir des luttes communes contre les ennemis communs que sont les impérialistes. C’est la raison principale pour laquelle il faut chercher de nouvelles formes d’articulation internationale qui promeuvent les luttes et qui essaient de donner une unité aux divers espaces et formes d’organisation dans nos pays. Dans cette première Assemblée, à cause du degré de conflit au Venezuela, qui est maintenant l’épicentre de la lutte des classes mondiales, du moins en Occident, où l’impérialisme veut faire basculer le Venezuela, notre numéro un, la priorité zéro pour nous tous est de partir d’ici avec un agenda de mobilisations, de dénonciations, pour que nos mouvements puissent se développer dans chacun des pays où nous sommes.

53668420_1809036989203045_799952635430961152_o.jpg

Je me fais l’avocat du diable : chaque fois que ce type de réunion se tient, il est proposé à chacun de retourner dans leurs pays et de coordonner les actions, puis, pour une raison ou l’autre, même internes de chaque pays, ces choses ne sont pas menées à bien ou les documents et résolutions sont restés au placard.

Telle est notre réflexion autocritique : nous devons sortir du monde du papier et essayer de promouvoir davantage des actions. Je crois que nous devrions promouvoir des luttes et des actions concrètes parce que les forces populaires qui sont ici sont déjà habituées aux processus d’articulation populaire dans leurs pays, elles sont mieux préparées, elles ont plus de vocation, pour construire des processus unitaires et de lutte sociale. En d’autres termes, ce n’est pas une réunion bureaucratique qui vient avec le logo ou le parti, voilà des gens qui sont impliqués dans leur pays dans de véritables processus de lutte. Nous sommes donc persuadés qu’à leur retour dans leur pays, ils inscriront la question du Venezuela, la question de l’internationalisme, à leur ordre du jour permanent dans les luttes nationales qu’ils mènent déjà.

Le Venezuela est aujourd’hui un tournant dans la lutte anti-impérialiste, comment pensez-vous qu’il soit plus valable ou plus efficace de faire preuve de solidarité avec le Venezuela sur le continent ?

Il est vrai qu’il y a une grande confusion et c’est pourquoi le Venezuela est un point clé, car même certains secteurs de gauche d’Amérique latine et d’Europe se laissent influencer par ce que dit la presse bourgeoise. Nous avions invité plusieurs forces européennes qui refusaient de venir parce que le Venezuela n’est pas la démocratie. Regardez, un pays qui a tenu 25 élections en 20 ans, où la presse privée est majoritaire, où l’opposition manifeste tous les jours comme elle le veut, comment peut-on dire qu’il n’y a pas de démocratie dans ce pays ? Ainsi, ces idées de la bourgeoisie ont aussi affecté des secteurs de la gauche, des plus institutionnels, qui plus tard n’évoluent que par logique électorale, que s’ils sont dans une année électorale, ils croient qu’il est commode pour nous d’être proches des Vénézuéliens car ils sont très radicaux. Comme par le passé, ils se sont isolés de Cuba, mais il y a Cuba, après 60 ans de résistance et maintenant avec son peuple heureux et instruit.

Le Venezuela est donc très important parce que c’est la bataille du siècle. Si l’empire réussit à renverser le Venezuela, cela signifie qu’il aura plus de forces pour renverser Cuba, le Nicaragua, tous les processus qui se proposent pour le changement, même cette gauche institutionnelle qui ne pense qu’aux élections avec une défaite du Venezuela aura plus de difficultés pour gagner les élections. Donc, même pour la lutte institutionnelle ou publique, il est très important de défendre le Venezuela et de le transformer en tranchée de résistance et de creuser ici la tombe, au moins, du gouvernement Trump.

53117901_1809038209202923_2213661607903363072_o.jpgDans vos discours et déclarations, vous avez tendance à critiquer les erreurs des gouvernements néo-développementaux, mais il y a une tendance qui veut que pour sortir de cette offensive impérialiste, il faut recourir une fois de plus à la social-démocratie : comment voyez-vous cela, est-ce valable ou faut-il se définir plus clairement en proposant le chemin du socialisme ?

L’évaluation que nous faisons, c’est qu’il y a une crise profonde du mode de production capitaliste et que l’issue qu’ils trouvent pour résoudre leurs entreprises, leur accumulation, est de s’emparer d’une forme encore plus offensive de ressources naturelles, que ce soit le pétrole, les minerais, l’eau, la biodiversité, et d’augmenter le taux d’exploitation de la classe ouvrière en retirant les droits historiques conquis durant la décennie après la Deuxième guerre mondiale. Sur le plan idéologique, ce que le capital promeut, c’est le retour de l’extrême droite, comme lors de la crise des années 1930, il a fait appel aux idées fascistes et nazies.

L’avantage que nous avons en ce moment, c’est que ce projet ne peut pas être répété comme une proposition de la droite parce qu’ils n’ont pas de mouvement de masse dans la classe ouvrière comme l’ont eu le fascisme et le nazisme, et cela nous donne un peu de sécurité. Mais, d’un autre côté, comme ils n’ont pas de masses, ils nous font la lutte idéologique et utilisent toutes les armes qu’ils ont, la télévision, Internet, les réseaux, les fausses nouvelles, dans le but de nous vaincre sur le plan de l’idéologie.

52951207_1809037585869652_2169241136277749760_o.jpgSur ce plan, le capital a déjà vaincu la social-démocratie. En Amérique latine, l’Europe et la social-démocratie dans le monde entier étaient une manière d’humaniser le capital, mais le capital ne veut plus être humain. Le capital, pour se rétablir, doit être le diable, pour aller jusqu’aux dernières conséquences, que ce soit en termes de manipulation de l’État ou de super-exploitation de la nature et du travail humain.

Alors, ce serait une erreur de la gauche que de penser que pour gagner à nouveau les élections, il faut être encore plus sociaux-démocrates. Maintenant, nous devons essayer de retourner au travail de base, à la lutte idéologique, à la récupération de notre base sociale qui est la classe ouvrière déplacée, précaire, qui fait face à de nombreux problèmes. Mais nous devons le réorganiser sous d’autres formes qui ne sont pas seulement syndicales et partisanes comme nous en avions l’habitude, mais avec de nouvelles formes, de nouveaux mouvements, pour avoir une base sociale qui met sur la table de nouvelles formes y compris la démocratie participative, car il ne suffit pas de gagner des élections, comme cela a été prouvé en Uruguay, Brésil et Argentine. Bien sûr, il est important de gagner les élections, mais nous avons la force accumulée pour réaliser des changements structurels dans l’économie et dans le régime politique.

Il y a un phénomène en Europe qui attire l’attention et c’est les gilets jaunes. Curieusement, cette vague vient d’Europe et non d’Amérique latine comme on aurait pu l’imaginer, avec une approche antisystème. Croyez-vous que ce phénomène pourrait prendre sa place dans ces nouvelles formes de lutte que nous devons donner à l’empire ?

Sans aucun doute. Nous sommes très intéressés par le processus d’articulation, nous allons essayer d’envoyer nos gens pour rester un peu et apprendre avec eux les formes qu’ils ont adoptées. Cela a attiré notre attention parce qu’ils font partie de la classe ouvrière, ce n’est pas un mouvement de la petite bourgeoisie ou d’étudiants désabusés comme cela se faisait autrefois en Europe avec ces occupations sur les places publiques, qui était un peu à gauche, plus maintenant. Nous percevons qu’il y a des initiatives depuis la classe ouvrière précaire qui était en dehors des syndicats, des partis, mais qui ont réagi à cette contradiction quand ils ont vu que le capitalisme ne résout plus précisément leurs problèmes quotidiens et ils ont adopté cette forme qui nous semblait très intéressante.

Cependant, ce n’est pas une forme que nous devrions appliquer dans chaque pays, mais leur importance est qu’ils ont été créatifs et ont découvert une forme qui sert la réalité française. C’est ce que nous devons rechercher au Brésil, en Argentine et dans chacun des pays. En d’autres termes, promouvoir un débat dans les forces populaires pour rechercher de nouvelles formes de lutte qui ralentiront le capital et leur feront du mal, parce que ce n’est pas seulement avec des manifestations, des slogans et des mots d’ordre, des rassemblements, on de freinera pas le capital. Là-bas, les gilets jaunes de France ont causé des dégâts parce qu’ils ont coupé les routes et tout le monde sait que les capitaux ne circulent plus dans les camions qui transportent les marchandises. Je félicite les camarades et j’espère que la gauche française apprendra d’eux et s’impliquera afin de tirer des leçons du point de vue méthodologique sur la manière dont nous devons travailler avec les masses désorganisées.

53155056_1809037719202972_4205214269198827520_o.jpg

53211100_1809038265869584_61881407764430848_o.jpgComment le MST propose-t-il la lutte en ce moment au Brésil où le temps passe, Lula est toujours en prison, il y a des contradictions dans le gouvernement, mais ils continuent à avancer sur les droits des travailleurs et les acquis ?

Le MST se trouve aujourd’hui dans une situation très complexe parce que nous devons redoubler d’efforts et de travail, parce que notre mouvement a une base paysanne, il a développé son expérience de lutte de classe dans les campagnes contre les grand propriétaires terriens et l’agrobusiness, qui sont les grandes multinationales. C’est là que nous nous sommes formés, que nous avons politisé et que nous avons compris que la Réforme Agraire n’est pas seulement une terre pour ceux qui la travaillent comme les idées zapatistes l’ont défendues au 20ème siècle, mais maintenant la Réforme Agraire est une lutte contre le capital international, contre sa technologie des transgènes et agrotoxiques. C’est cette lutte qui nous a politisés pour extrapoler ce que sont les mouvements paysans classiques.

Face à l’échec de la prison pour Lula et à la victoire de Bolsonaro, de nouveaux défis nous sont imposés qui extrapolent la lutte pour la réforme agraire. En même temps, pour appliquer la Réforme agraire, nous devons gagner dans la lutte politique. Ensuite, le MST doit faire preuve de plus de prudence dans la réforme agraire, car la droite est prête à ce que nous tombions dans un piège et que nous soyons battus. Maintenant, dans les campagnes, nous devons agir avec beaucoup plus de sagesse et beaucoup plus de gens pour nous protéger de la répression à venir. Pour l’instant, les milices du capital a été très ponctuelle, nous n’avons pas encore fait face à la répression de l’État, du gouvernement de Bolsonaro, mais nous ne doutons pas que c’est ce qu’ils veulent.

Sur le plan politique, ce que nous devons faire, et nous préparons nos militants, c’est essayer d’aller en ville avec notre militantisme, notre expérience, et d’y développer un mouvement qui agit précisément à la périphérie avec toutes les forces, et pour cela nous avons créé au Brésil un large front unitaire des mouvements populaires appelé le Front Populaire Brésil. Nous sommes en train de développer notre manière de faire du travail de base, que nous appelons Congrès du Peuple, c’est un nom pompeux, mais il essaie de défier, de faire du porte-à-porte pour parler aux gens, pour poser des questions sur leurs problèmes et pour les motiver à aller à une assemblée populaire dans leur quartier, leur paroisse, leur lieu de travail. Après les assemblées où les gens disent leurs problèmes, essayez de tenir des assemblées municipales, puis des assemblées provinciales, pour arriver un jour, l’année prochaine ou à la fin de l’année, à un Congrès national du peuple comme moyen de stimuler les gens à participer à la politique, à récupérer de nouveaux moyens de communication, à distribuer notre journal, à en discuter avec le peuple, à utiliser les réseaux Internet, à tenir des événements culturels, à atteindre le peuple par la musique, le théâtre et pas seulement par le discours politique que personne n’entend. Nous devons utiliser d’autres pédagogies de masse pour que les masses comprennent ce qui se passe au Brésil, la créativité dont je parlais.

52922851_1806252612814816_9026990425386254336_o.jpg

53220902_1809038945869516_2147537150407606272_o.jpgLula et sa libération restent-ils à l’ordre du jour du MST ?

C’est la deuxième grande question en politique : la liberté de Lula est au centre de la lutte des classes au Brésil. Il n’y a pas de successeur à Lula parce que celui qui choisit le leadership populaire ce n’est pas un parti, c’est le peuple, c’est pourquoi on l’appelle le leadership populaire parce que le peuple choisit ses dirigeants et Lula est le dirigeant populaire du Brésil.

C’est une tâche fondamentale pour la lutte des classes que nous réussissions à libérer Lula pour qu’il redevienne le principal porte-parole, celui qui a la capacité d’aider à mobiliser les masses contre le système et le projet de l’extrême droite. C’est pourquoi l’extrême droite est horrifiée et l’empêche même de parler, de donner des interviews, ce qui va à l’encontre de la Constitution. N’importe quel narcotrafiquant au Brésil parle à la télévision nationale, mais Lula ne peut même pas donner une interview à un journal écrit.

Nous sommes donc dans cette lutte pour la liberté de Lula qui dépendra de deux facteurs importants : la solidarité internationale. Je profite donc de cette occasion pour demander à tout le monde de nous aider, maintenant qu’il y a une campagne massive de soutien avec la nomination de Lula au prix Nobel de la paix.

Le deuxième facteur est la mobilisation nationale : au Brésil nous encourageons à converger la campagne pour Lula avec la lutte concrète, pour que les gens commencent à réaliser qu’ils devront se mobiliser contre les mesures du gouvernement néolibéral, pour la défense des droits historiques de la classe ouvrière qu’ils cherchent à éliminer.

53382616_1809038889202855_2774938864836411392_o

52686620_1809037182536359_6282119767595679744_o

Par Carlos Aznárez, Resumen Latinoamericano / traduit par Venesol

Photos: CRBZAlba Ciudad.

Publicités


Brésil: la dangereuse relation entre agrobusiness et industrie culturelle

Par Michele Carvalho, pour Brasil de Fato

L’année 2019 vient à peine de commencer que la question de la propriété de la terre au Brésil fait déjà l’objet d’assauts violents de la part du nouveau président, Jair Bolsonaro. Quelques heures après son inauguration, le capitaine à la retraite a nommé Tereza Cristina Corrêa da Costa Dias, lobbyiste de l’agrobusiness et des pesticides, au ministère de l’Agriculture, lui octroyant la responsabilité de la démarcation des terres indigènes et des quilombolas, propriétés des communautés afrodescendantes. Le gouvernement vient aussi de retirer leurs concessions aux radios associatives… Par une autre décision, Bolsonaro a supprimé le Conseil national de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (Consea). Composé de 60 personnes, y compris des représentants de la société civile et du gouvernement, cet organisme avait notamment pour objectif de préconiser une alimentation saine et sans pesticides. Par ces mesures, le nouveau gouvernement fait un cadeau au lobby des grands propriétaires et de l’agroindustrie – un mode de production qui occupe de plus en plus d’espace ces dernières années dans l’imaginaire social des brésiliens.

Ana Manuela Cha, auteure de « Agrobusiness et industrie culturelle », membre du Collectif « Culture » du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terres du Brésil

Dans son livre « Agrobusiness et industrie culturelle – Stratégies des entreprises pour la construction de l’hégémonie », la psychologue et membre du Mouvement des Travailleurs Ruraux sans terre (MST), Ana Manuela Chã, évoque l’influence des médias pour renforcer et populariser le discours de l’agrobusiness.

Michele Carvalho – Qu’est-ce que l’industrie culturelle à a voir avec l’agrobusiness ?

Ana Chã L’industrie culturelle est liée à l’agrobusiness au sens d’installer dans l’imaginaire collectif l’idée que l’agrobusiness est le seul modèle possible d’agriculture au Brésil. L’agrobusiness a construit dans les dernières décennies en particulier une hégémonie dans les champ économique et politique. Mais, au-delà, ils se consacrent aussi à construire une image du secteur comme quelque chose d’indispensable pour la croissance de l’économie brésilienne et comme proposition et projet pour la campagne brésilienne.

Quelles sont les principaux outils de l’industrie culturelle utilisés par l’agrobusiness pour faire passer cette idée qu’il est la seule issue pour le Brésil ?

Les publicités, la production de ressources culturelles à distribuer en masse comme les films, les feuilletons, la musique… c’est par ces mécanismes et véhicules de communication de masse que l’agrobusiness cherche à influencer et à construire un imaginaire sur la campagne que nous aurions aujourd’hui au Brésil. S’il y a 20 ans, nous demandions aux gens de la rue ce qu’était l’agrobusiness, une bonne partie d’entre eux n’aurait su que répondre. De nos jours, principalement à travers ces fortes campagnes télévisées, comme la plus récente, celle qui dit que l’agro est tech, pop, qu’il est tout, l’agroalimentaire se vend comme producteur d’aliments et comme producteur de vêtements. Alors qu’ils sont les grands producteurs pour l’exportation de produits de base. La grande force de l’agrobusiness au Brésil est de produire pour les exporter des céréales, mais aussi du bétail et du jus d’orange. Mais ils tiennent ce discours et vendent cette image de producteurs de denrées alimentaires, avec une énergie soi-disant “propre”.

 

 

Tout cela se produit à travers ces mécanismes, pour parler vite, de l’industrie culturelle et des médias. Toutefois, ces dernières années, au cours de la dernière décennie, l’industrie agroalimentaire a également construit ce discours, cette image dans les zones rurales. Là, en général, ils ont cherché à agir dans les domaines de l’éducation, de la culture et de l’art. Ils sont dans des écoles, des petites communautés, des petites municipalités, parrainés via la Loi Rouanet avec des fonds publics, organisant d’excellents spectacles de musique du nord-est, parrainant également des spectacles d’orchestres symphoniques, mais aussi des projets éducatifs dans les communautés pour la plupart des enfants, des adolescents, des jeunes, bref ils cherchent à faire de manière voilée cette publicité pour leur projet.

Quand l’agrobusiness a-t-il commencé à utiliser l’industrie culturelle pour diffuser son idéologie ?

Dès les années soixante, on observe l’influence et le soutien puissants de l’industrie culturelle, via les mécanismes disponibles à l’époque. Nous avons déjà de la publicité à la télévision, toujours à petite échelle, mais également à la radio. Principalement à partir du coup d’État militaire de 1964, se renforce la proposition globale issue de la révolution verte, qui a ensuite été réintroduite dans un paquet technologique basé sur les pesticides. Il leur était donc nécessaire de mener cette campagne envers le public mais aussi vers les agriculteurs. Avec la radio, par exemple, il est très facile de toucher directement les agriculteurs et de leur montrer tous les avantages qu’ils auraient à adopter cette nouvelle proposition pour l’agriculture.

Depuis lors, tout cela s’est intensifié. Le système télévisé Rede Globo, par exemple, prend pied sur l’ensemble du territoire et ce partenariat, pour ainsi dire, devient constant et plus présent. Nous aurons donc des programmes musicaux qui apportent dans une certaine mesure, un message sur ce que serait ce changement dans le domaine. Ils commencent également à considérer la campagne comme un lieu que les machines occuperaient pour substituer l’être humain et que celui-ci puisse venir en ville tranquillement et que nous continuions à disposer de ce que l’agriculture produit.

Aujourd’hui, si on examine la composition de l’Association brésilienne d’agro-industries (ABAG), on voit que le réseau de télévision Rede Globo fait partie de cette association. Et si on regarde la plus récente des industries agroalimentaires, “l’agro est tech, est pop, est tout” on voit qu’il a été conçu par la direction marketing de Rede Globo. Eux aussi sont intéressés par le renforcement du secteur agroalimentaire et, dans une certaine mesure, par son positionnement comme la seule possibilité pour les campagnes brésiliennes, et aussi de retirer de l’actualité des thèmes tels que la réforme agraire et l’agriculture familiale.

Ce processus va-t-il s’intensifier sous le gouvernement Bolsonaro, quelle perspective vois-tu sur ce plan ?

C’est encore assez nébuleux, mais comme de toute évidence, la bataille dans les champs idéologique et symbolique a constitué l’un des investissements de ce nouveau gouvernement, et qu’une de ses bases de soutien est précisément le secteur agroalimentaire, on peut penser que cela continuera, du point de vue de la publicité et de la promotion de ce projet, au même niveau symbolique.

Du point de vue de nos recherches, ces actions dans les communautés ont profité du financement et des mécanismes de la loi Rouanet, dont on ne sait toujours pas ce qu’elle va devenir. La loi Rouanet, en tant que financement public de la culture, a fini par être utilisée comme un instrument de lutte idéologique. Bien qu’elle fût complètement insérée dans une politique néolibérale de soutien à la culture, elle avait fini par revêtir un caractère de lien avec les gouvernements de Lula et Dilma. Donc nous ne savons pas combien de temps cela va durer, bien sûr, cela ne dépend pas uniquement du gouvernement. Au cours des deux dernières années, nous avons assisté, de manière tout à fait superficielle, à une diminution des projets que ces entreprises agroalimentaires mèneraient. Personne ne sait désormais comment se comportera l’industrie dans ce domaine.

Notre défi se situe désormais dans cette bataille idéologique ?

Du point de vue des défis, nous devons nous opposer au discours plus général, conservateur, hégémonique, sur la régression des droits des travailleurs. Plus spécifiquement, sur le terrain, il faut s’opposer à ce discours sur l’agrobusiness comme unique horizon pour les campagnes brésiliennes, porter à la connaissance de la société toutes les contradictions de ce modèle, comment il est effectivement responsable de plusieurs impacts environnementaux par la déforestation, comment repose encore sur le travail précaire, souvent analogue à l’esclavage, comment il est orienté vers l’exportation.

D’autre part, il faut remettre à l’ordre du jour des citoyen(ne)s le besoin urgent d’un projet de réforme agraire, de renforcer les politiques abandonnées depuis deux ans, d’encourager la production agroécologique et, fondamentalement, la possibilité pour les populations de vivre à la campagne.

La Réforme agraire populaire offre un projet intégral où le sujet qui vit et produit à la campagne a le droit de produire sa propre culture, son propre art. Droit à l’éducation, à la santé et à des conditions de vie décentes. C’est un peu là que se situe la confrontation dans le champ idéologique, sachant que les grands groupes privés ont l’avantage : ils ont la propriété des médias et même des mécanismes par lequel ils financent des activités culturelles et artistiques au Brésil.

Source: http://www.mst.org.br/2019/01/05/a-perigosa-relacao-entre-o-agronegocio-e-a-industria-cultural.html

Traduction: Thierry Deronne

URL de cet article: https://wp.me/p27hZR-wZ



Note de la direction du Mouvement des Sans Terre du Paraíba après l’assassinat de deux militants dans le campement José Maria Pires – municipalité d’Alhandra

« Que serait ce monde sans les militants ? À quoi ressemblerait la condition humaine s’il n’y avait pas de militants ? Non que les militants soient parfaits, ni qu’ils aient toujours raison, qu’ils soient des surhommes et qu’ils ne se trompent jamais. Ce n’est pas ça. C’est que les militants ne cherchent pas leur intérêt, ils viennent offrir leur âme pour une poignée de rêves ».

(Ancien président de l’Uruguay, Pepe Mujica)

Le Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST-PB) a perdu ce samedi soir, 8 décembre, vers 19h30, deux militants : José Bernardo da Silva, dit Orlando et Rodrigo Celestino. Ils ont été brutalement assassinés par des hommes de main cagoulés et lourdement armés. Cela démontre la répression actuelle contre les mouvements populaires et leurs dirigeants. L’attaque a eu lieu au campement José Maria Pires, dans la municipalité d’Alhandra à Paraíba, Domaine de la ferme Garapu, appartenant au groupe Santa Tereza, occupé par les familles en juillet 2017.

Nous demandons que justice soit faite, que les coupables soient punis, et nous pensons que lutter n’est pas un CRIME. En ces temps d’angoisse et de doutes sur l’avenir du Brésil, nous ne pouvons pas laisser ceux qui détiennent le pouvoir politique et économique décider de notre destin. Nous continuons donc de réaffirmer que la lutte pour la défense de la terre est essentielle pour garantir la dignité des travailleurs ruraux et urbains.

Deux jours à peine avant les commémorations de la Journée Internationale des Droits de l’Homme, le 10 décembre, deux travailleurs sans terre sont brutalement assassinés. En ce sens, nous appelons les militants, les amis, les défenseurs des travailleurs et les travailleurs, à dénoncer la répression actuelle et les meurtres résultant des conflits à la campagne.

Solidarité avec la famille d’Orlando et de Rodrigo.

Direction du MST – PB
Lutter
, construire la réforme agraire populaire !

Traduction : Raisa Inocêncio

Source : https://liberezlula.org/2018/12/note-de-la-direction-du-mouvement-des-sans-terre-du-paraiba-apres-lassassinat-de-deux-militants-dans-le-campement-jose-maria-pires-municipalite-dalhandra/



Nous appelons à la solidarité avec les paysans Sans terre du Brésil: une mafia locale du régime Bolsonaro menace d’expulser 450 familles qui vivent depuis 20 ans dans une région du Minas Gerais.

Nous, les familles du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans terre du Sud de Minais Gerais, du Quilombo Campo Grande, dénonçons l’agression fasciste perpétrée contre nos vingt années de lutte.

Après de nombreuses années, les familles disposent déjà d’infrastructures d’énergie électrique, de maisons construite par nos maçons, et produisent une grande diversité de produits agro-écologiques, tels que le café, de nombreuses variétés de maïs, haricots, légumes, fruits, bétail à graines biologiques, poulets, cochons, etc… Ces familles génèrent, avec leur travail, la souveraineté alimentaire, non seulement pour ceux qui produisent et vivent sur la terre, mais pour des milliers de personnes qui ont accès à une alimentation saine, sans poison et de qualité.

Les camps génèrent également une distribution des revenus. La terre, qui étaient aux mains d’un seul propriétaire, apporte désormais une vie digne à près de 450 familles de plus de 2 000 personnes qui rêvaient déjà de posséder la terre avec un décret de l’État.

Or, aujourd’hui, à travers un pacte juridique entre les grands propriétaires, députés du groupe des ruralistes et entreprises agroalimentaires de la région, s’organise un processus d’expulsion pour les familles qui vivent, luttent et résistent depuis 20 années.

Refusons cette expulsion !

Il y a deux mois, les familles étaient presque définitivement installées, elles peuvent à présent perdre tout ce qu’elles ont construit au fil des ans.

C’est l’un des plus anciens conflits agraires du pays.

Nous demandons à toutes les organisations, sympathisants, d’envoyer l’e-mail ci-dessous aux adresses suivantes:

bhe.vagraria@tjmg.jus.br  (personnel agraire)

contato@crdhsulmg.com.br  (entité qui suit l’affaire)

 

A l’attention du Docteur Walter Ziwicker Esbaille Junior,

Je vous écris à propos de l’action de reprise de possession n ° 0024.11.188.917-6 déposée le 17/06/2011, pour vous demander d’agir pour empêcher cette dépossession et cette expulsion, par conformité aux articles 22 à 20 de la DUDH garante des droits sociaux, du droit de travailler, le choix du travail. Les 450 familles, soit plus de 2000 personnes, occupent ces terres depuis plus de 20 ans, ont établi leurs maisons, leur production et la reproduction de la vie dans ce lieu.

Nous faisons appel à vous pour résoudre ce conflit et garantir le droit des familles à rester sur ces lieux

Nom / Organisation, Etat, pays, date

Nous sommes la résistance!

La lutte pour Adrianopolis est la lutte pour la démocratie !

 

Traduction : T.Deronne

URL de cet article : https://wp.me/p27hZR-wL



Alexandre Conceição, dirigeant du Mouvement des Travailleurs Sans Terre : « Nous n’avons pas peur de faire face à un gouvernement fasciste »

A moins d’une semaine d’une journée électorale mémorable pour l’Amérique latine, les mouvements sociaux brésiliens redoublent d’efforts pour empêcher qu’un projet ouvertement fasciste ne s’impose dans les urnes. Dans cette interview, Alexandre Conceição (photo), dirigeant national du Mouvement des Travailleurs Sans Terre, analyse les raisons du « phénomène Bolsonaro » et explique comment la plus grande organisation populaire du continent est prête à faire face à un éventuel gouvernement d’extrême droite: « Nous avons résisté aux coups, aux gouvernements dictatoriaux, gouvernements néolibéraux et nous résisterons sûrement à un gouvernement fasciste s’il accède au pouvoir. « 

Texte: Noda (par Lucio Garriga et Gerardo Szalkowicz)

– Comment se passe la campagne?

– Nous sommes dans une campagne très forte où les ennemis de la classe ouvrière et d’un continent libre d’Amérique latine sont ensemble dans la candidature fasciste de Bolsonaro. Le pouvoir économique, le pouvoir judiciaire et le pouvoir des médias le soutiennent ouvertement. Et maintenant, nous vivons également une cyberguerre via les réseaux sociaux, en particulier dans WhatsApp, une très forte campagne de mensonges contre nos candidats. Si nous pouvions nous débarrasser des réseaux sociaux pendant deux jours, Bolsonaro coulerait complètement, car il ne donne pas d’interviews et ne participe pas aux débats politiques, c’est sa stratégie.

Cette campagne instaure la haine et la violence en promettant que le gouvernement résoudra les problèmes de corruption. C’est la dimension de la candidature à laquelle nous devons faire face. Haddad après moins de 40 jours de campagne et partant de 4 points d’intention de vote, en compte maintenant près de 42 points, donc huit pour atteindre 50%. Ils essaient de faire de Bolsonaro un mythe, mais rien n’est mythique, c’est un monstre qui abandonnera la souveraineté nationale.

-Comment analysez-vous le « phénomène Bolsonaro »?

-Bolsonaro est la consolidation du coup d’Etat à travers une candidature fasciste basée sur une campagne qui promeut la haine, la violence et la misogynie. Son projet politique et économique est de livrer les richesses naturelles et la privatisation de tous nos biens et de toutes nos sociétés nationales. D’où son soutien aux capitaux étrangers, en particulier aux entreprises américaines.

Les églises évangéliques ont-elles influencé l’ascension de Bolsonaro?

-Les églises évangéliques font également partie de cet ensemble de forces réactionnaires, à travers leurs pasteurs qui ne pensent qu’en termes d’argent et non de religion. Ils ont joué un rôle très important contre la démocratie, pour la défense de « la famille », de la propriété privée et pour lutter contre la violence avec davantage de violence. Les églises évangéliques ont joué un rôle fondamental pour que le candidat fasciste continue de progresser, en particulier dans les quartiers pauvres. Mais il faut dire que ce n’est pas toute l’église évangélique, il y a beaucoup de pasteurs qui sont avec la démocratie et soutiennent Haddad.

Comment vous préparez-vous à un éventuel gouvernement de Bolsonaro, compte tenu de leurs menaces contre le mouvement des sans terre?

– La situation sera très difficile car ils encourageront davantage la violence à travers les milices, les attaques des médias et la criminalisation. Nous avons résisté aux coups, aux gouvernements dictatoriaux, aux gouvernements néolibéraux et certainement, nous résisterons à un gouvernement fasciste s’il accédera au pouvoir. Nous devons réadapter la sécurité et notre stratégie pour continuer à occuper des terres, mais également à produire des aliments tout en veillant à la protection de la vie, de l’environnement et des territoires de la réforme agraire. Nous espérons également avoir beaucoup de solidarité de la part de l’Amérique latine et du monde entier. Je me souviens du coup d’État au Honduras de 2009 et d’une chanson de résistance hondurienne qui disait « ils ont peur parce que nous n’avons pas peur ». Nous n’avons pas peur de faire face à un gouvernement fasciste.

Source : https://www.nodal.am/2018/10/brasil-entrevista-de-nodal-a-alexandre-conceicao-dirigente-nacional-del-movimiento-sin-tierra-no-tenemos-miedo-de-enfrentar-a-un-gobierno-fascista/

Traduction : Thierry Deronne

URL de cet article : https://wp.me/p27hZR-wG



Présidentielles au Brésil. João Pedro Stedile du Mouvement des Sans Terre : « C’est une lutte de classe; on est avec le peuple ou contre lui »
3 octobre 2018, 11:10
Filed under: Analyse, Organisation, Transformation de l'État
Entretien avec João Pedro STEDILE – Brasil de Fato
Élire un président, des députés et des sénateurs qui s’engagent pour les intérêts des travailleurs est la principale façon pour ces derniers, d’essayer d’annuler les mesures qui affectent leurs droits de base que sont la santé, l’éducation, la sécurité. C’est l’analyse de João Pedro Stedile, de la direction du Mouvement des Travailleurs Ruraux sans terre (MST).
Dans une entrevue avec Brasil de Fato, il considère que d’annuler le vote ou de voter blanc n’est dans l’intérêt que de ceux qui désirent maintenir l’actuelle crise du pays.

João Pedro Stedile Foto: Rovena Rosa/Agência Brasil
Brasil de Fato : quelle est l’importance des prochaines élections ?
João Pedro Stédile : Les élections d’octobre ont une importance historique pour la classe ouvrière et le peuple dans son ensemble. Jamais auparavant, n’était apparue une situation aussi claire de lutte des classes. D’un côté, la bourgeoisie cherche à faire élire son président et ses parlementaires pour légitimer le coup d’État et, en même temps, continue à développer son plan machiavélique de faire porter tout le poids de la crise économique sur les épaules de la classe ouvrière. C’est ainsi qu’ils continuent à supprimer des droits aux travailleurs, suspendent la consolidation des lois du Travail (CLT), mettent les pensions en péril en s’appropriant les finances publiques qu’ils devraient utiliser pour financer les logements, la réforme agraire, la santé et l’éducation. Ils cherchent aussi à continuer à offrir nos richesses naturelles à leurs alliés : le capital étranger et le gouvernement des États-Unis.
De notre côté, c’est exactement le contraire : nous devons élire Fernando Haddad et un grand nombre de parlementaires pour en finir avec les mesures du coup d’ État institutionnel. Donc, le vote du peuple doit être un vote pour sa classe. Le peuple n’est pas arrivé à se mobiliser pour défendre le gouvernement de Dilma, et maintenant, affaibli par le chômage et les inégalités sociales, il n’a pas actuellement, la capacité de produire de grandes mobilisations. En conséquence, aujourd’hui, notre arme, c’est le vote. C’est pour cela que ce vote doit être un vote de classe. C’est seulement avec nos représentants que nous pourrons commencer à bâtir un nouveau projet pour le Brésil, en faveur du peuple, avec les réformes structurelles nécessaires.
Quel type de réformes ?
Nous devons commencer par l’économie, pour réindustrialiser le pays, garantir l’emploi et des revenus pour les salariés. De même, une réforme fiscale est importante en plus du contrôle des banques et des taux d’intérêt. Il est nécessaire aussi de réformer les moyens de communication, l’agriculture et l’éducation. Nous ne devons pas oublier non plus de convoquer à moyen terme, une assemblée constituante pour une profonde réforme du système politique et du pouvoir judiciaire.
Que doivent avoir à l’esprit les électeurs, au moment de choisir les députés et les sénateurs ?
En plus d’élire Haddad et des gouverneurs engagés avec les travailleurs, il est clair que nous devons être attentifs afin de garantir l’élection d’un grand nombre de parlementaires, à la Chambre et au Sénat, complètement engagés avec la classe ouvrière et avec un projet de changement pour le pays.
Je sais que dans tous les états, nous avons de très bon candidats de la classe ouvrière, des camarades expérimentés et des leaders populaires qui ont démontré leurs liens avec les travailleurs. Ce sont eux que nous devons élire. Des gens qui ont l’expérience de la lutte des classes. Des gens engagés avec leur classe, et non avec leurs intérêts personnels ou leurs médiocres vanités.
Le peuple doit savoir qui était avec nous dans les grèves, dans les occupations et dans les mobilisations de rue. Nous devons aussi dénoncer les candidats servant les seuls intérêts de la bourgeoisie et s’attaquant aux services publics.
Quel est le rôle du Congrès National pour un gouvernement fédéral qui a comme objectif central d’offrir la santé- et l’éducation publique de bonne qualité ?
Le prochain congrès devra être formé de parlementaires qui stimulent l’organisation et la mobilisation et utilisent leur mandat pour cela. La bataille entre les deux projets dont j’ai parlé aura lieu dans les rues. Le parlement n’est que le pale reflet de ce qui surviendra dans les rues. C’est pour cela que nous avons besoin de parlements de lutte, de mobilisation, avec courage et détermination pour expliquer au peuple que leur force n’est pas dans leur seule représentation légale mais dans leur force de mobilisation.
Le futur Congrès devra être un espace complémentaire pour un gouvernement populaire. Il devra aider à la convocation d’élections populaires pour révoquer toutes les mesures des putschistes. Il doit aider à supprimer la PEC55 qui limite les dépenses publiques dans les programmes de santé, d’éducation et de réforme agraire. Un parlementaire élu avec 200.000 votes, qui ensuite n’arrive pas à mobiliser 100 personnes pour défendre nos droits, Petrobras, Eletrobras, nos terres et nos ressources, ne sert à rien !
Comment la population peut elle contribuer à un Brésil plus juste à partir de 2019 ?
Nous devons expliquer à la population l’importance de ces élections. Le projet du pays pour les prochaines 4 années, sera décidé le 7 octobre et pour cela nous ne devons pas faiblir. Tout le monde ressent de la rage contre les politiciens de façon générique. Cela est dû au fait que la majorité des politiciens représentent les bourgeois ou eux mêmes ; ce sont les riches et les privilégiés qui s’accaparent le pouvoir du parlement pour faire vivre leurs intérêts de classe.
Même le journal « O Globo »* n’a cessé de critiquer les politiciens, mais seulement de façon générale ; il se garde bien d’en mentionner les coupables, les capitalistes, les bourgeois de manière à semer la confusion dans la tête du peuple.
Nous devons expliquer que les votes nuls ou blancs , lors de ces élections seront en faveur des putschistes, ce seront les votes de ceux qui ne veulent rien changer à la situation actuelle. Des votes aliénés, même s’ils disent qu’ils ne profiteront à personne.
Nous devons voter pour quelqu’un qui apporte le changement, pour renouveler le parlement, les gouvernements des États, et pour le candidat Haddad, nommé par Lula, seul capable d’affronter et vaincre les bourgeois putschistes.
La population a besoin de comprendre qu’elle votera pour le prix du gaz, pour la distribution des profits de Petrobras, de s’assurer qu’ils seront donnés pour l’éducation et non pour les actionnaires étrangers. Elle votera pour des moyens pour l’hôpital, elle votera pour une nouvelle politique de sécurité. La meilleure sécurité c’est l’emploi, les revenus et l’éducation pour tous. La police et l’armée ne résolvent rien. A Rio de Janeiro, les gens vivent au quotidien la répression violente et qui ne résout rien, dans leur chair.
La population votera si elle veut le contrôle social du Pouvoir Judiciaire, ou si elle veut que les magistrats continuent à gagner 30.000 Reals par mois (US$ 7.236), plus les primes pour le logement, l’habillement, les livres, des vacances de deux mois, alors que le peuple est sans le sou.
C’est pourquoi ces élections ne sont pas des batailles de partis ou de sigles. Ces derniers représentent peu de chose à l’heure actuelle. La bataille est de classes : à savoir qui est en faveur du peuple et des travailleurs, et qui est en faveur des putschistes, des bourgeois, des banques et du capital étranger
Quelles sont les tâches des militants dans la prochaine période ?
Bon, nous sommes au milieu de la lutte des classes radicalisée, et au milieu d’une énorme crise économique, sociale, environnementale et politique, cela signifie que la lutte sera longue pour pouvoir sortir de la crise dans les prochaines années avec des mesures de protection du peuple.
Pour cela, les militants doivent se retrousser les manches et s’investir corps et âme pour élire de bons gouverneurs, de parlementaires engagés et Haddad.
Après octobre, nous devons rester mobilisés et utilisant la méthodologie du Congrès du Peuple, continuer à réaliser des assemblées populaires dans tous les quartiers et municipalités convoquant le peuple pour qu’il discute d’un nouveau projet pour le pays. D’octobre à décembre, nous devons débattre de tous les changements à opérer, en économie, dans l’industrie, l’agriculture, dans l’organisation des villes, la santé, l’éducation, la réforme agraire etc. pour que le peuple présente ses propositions et qu’il, soit au clair sur ce qu’il est nécessaire de changer en premier et vite. Durant ces mois, nous devons faire une grande tournée nationale de débats dans toutes les organisations populaires.
Et là, nous devrons présenter les propositions pour les nouveaux élus, tant au niveau des États, qu’au niveau national. Ensuite, à partir de janvier 2019, avec Haddad nous devons débattre de nouvelles formes de participation populaire au gouvernement.
Maintenant, nous n’avons plus besoin de gouvernement pour le peuple et nous ne pourrons réussir à affronter la crise qu’avec un gouvernement qui soit avec le peuple. Et pour cela, nous devons organiser des mécanismes de participation populaire au gouvernement à travers des élections, référendums et consultations populaires, conseils de secteurs et grandes mobilisations de masse en défense des changements nécessaires.
La prochaine période verra beaucoup de luttes beaucoup de débats et de mobilisations. Le pire est passé, avec le coup d’état, maintenant nous devons stimuler le peuple pour qu’il aille voter, participer et construire un nouveau projet populaire pour le pays.
Traduction : Hélène Dubéros pour Amérique Latine Résistances | Révision : Wilma Jung
24 septembre 2018
Photo : Mídia Ninja
Note :
* « O Globo » : consortium brésilien conservateur de TV (TV Globo), radio (Radio Globo), presse (O Globo) et d’édition (Editora Globo). Il appuie le coup d’État militaire contre le gouvernement de João Goulart en 1964. De même, O Globo a soutenu la procédure de destitution de Dilma Rousseff.


Les Sans Terre du Brésil appuient la création de Terra TV

Participez à la création de Terra TV en faisant un don ! https://www.helloasso.com/associations/france-amerique-latine-comite-bordeaux-gironde/collectes/campagne-de-soutien-a-la-creation-de-terratv




%d blogueurs aiment cette page :